Devoir de Philosophie

L'homme Qui Rit Mais, seigneur docteur, le cap à l'ouest.

Publié le 12/04/2014

Extrait du document

L'homme Qui Rit Mais, seigneur docteur, le cap à l'ouest... Oui, patron. C'est le vent debout! Oui. patron. C'est un tangage diabolique! Choisis d'autres mots. Oui, patron. C'est le navire sur le chevalet! Oui, patron. C'est peut-être le mât rompu! Peut-être. Vous voulez que je gouverne à l'ouest! Oui. Je ne puis. En ce cas, fais ta dispute avec la mer comme tu voudras. Il faudrait que le vent changeât. Il ne changera pas de toute la nuit. Pourquoi? Ceci est un souffle long de douze cents lieues. Aller contre ce vent-là! impossible. Le cap à l'ouest, te dis-je! J'essaierai. Mais malgré tout nous dévierons. C'est le danger. La brise nous chasse à l'est. Ne va pas à l'est. Pourquoi? Patron, sais-tu quel est aujourd'hui pour nous le nom de la mort? IV. ENTRÉE EN SCÈNE D'UN NUAGE DIFFÉRENT DES AUTRES 53 L'homme Qui Rit Non. La mort s'appelle l'est. Je gouvernerai à l'ouest. Le docteur cette fois regarda le patron, et le regarda avec ce regard qui appuie comme pour enfoncer une pensée dans un cerveau. Il s'était tourné tout entier vers le patron et il prononça ces paroles lentement, syllabe à syllabe: Si cette nuit, quand nous serons au milieu de la mer, nous entendons le son d'une cloche, le navire est perdu. Le patron le considéra, stupéfait. Que voulez-vous dire? Le docteur ne répondit pas. Son regard, un instant sorti, était maintenant rentré. Son oeil était redevenu intérieur. Il ne sembla point percevoir la question étonnée du patron. Il n'était plus attentif qu'à ce qu'il écoutait en lui-même. Ses lèvres articulèrent, comme machinalement, ces quelques mots bas comme un murmure: Le moment est venu pour les âmes noires de se laver. Le patron fit cette moue expressive qui rapproche du nez tout le bas du visage. C'est plutôt le fou que le sage, grommela-t-il. Et il s'éloigna. Cependant il mit le cap à l'ouest. Mais le vent et la mer grossissaient. V. HARDQUANONNE Toutes sortes d'intumescences déformaient la bruine et se gonflaient à la fois sur tous les points de l'horizon, comme si des bouches qu'on ne voyait pas étaient occupées à enfler les outres de la tempête. Le modelé des nuages devenait inquiétant. La nuée bleue tenait tout le fond du ciel. Il y en avait maintenant autant à l'ouest qu'à l'est. Elle avançait contre la brise. Ces contradictions font partie du vent. La mer qui, le moment d'auparavant, avait des écailles, avait maintenant une peau. Tel est ce dragon. Ce n'était plus le crocodile, c'était le boa. Cette peau, plombée et sale, semblait épaisse et se ridait lourdement. A la surface, des bouillons de houle, isolés, pareils à des pustules, s'arrondissaient, puis crevaient. L'écume ressemblait à une lèpre. C'est à cet instant-là que l'ourque, encore aperçue de loin par l'enfant abandonné, alluma son fanal. Un quart d'heure s'écoula. V. HARDQUANONNE 54

« \24Non. \24La mort s'appelle l'est. \24Je gouvernerai à l'ouest. Le docteur cette fois regarda le patron, et le regarda avec ce regard qui appuie comme pour enfoncer une pensée dans un cerveau. Il s'était tourné tout entier vers le patron et il prononça ces paroles lentement, syllabe à syllabe: \24Si cette nuit, quand nous serons au milieu de la mer, nous entendons le son d'une cloche, le navire est perdu. Le patron le considéra, stupéfait. \24Que voulez-vous dire? Le docteur ne répondit pas. Son regard, un instant sorti, était maintenant rentré. Son oeil était redevenu intérieur. Il ne sembla point percevoir la question étonnée du patron. Il n'était plus attentif qu'à ce qu'il écoutait en lui-même. Ses lèvres articulèrent, comme machinalement, ces quelques mots bas comme un murmure: \24Le moment est venu pour les âmes noires de se laver. Le patron fit cette moue expressive qui rapproche du nez tout le bas du visage. \24C'est plutôt le fou que le sage, grommela-t-il. Et il s'éloigna. Cependant il mit le cap à l'ouest. Mais le vent et la mer grossissaient. V. HARDQUANONNE Toutes sortes d'intumescences déformaient la bruine et se gonflaient à la fois sur tous les points de l'horizon, comme si des bouches qu'on ne voyait pas étaient occupées à enfler les outres de la tempête. Le modelé des nuages devenait inquiétant. La nuée bleue tenait tout le fond du ciel. Il y en avait maintenant autant à l'ouest qu'à l'est. Elle avançait contre la brise. Ces contradictions font partie du vent. La mer qui, le moment d'auparavant, avait des écailles, avait maintenant une peau. Tel est ce dragon. Ce n'était plus le crocodile, c'était le boa. Cette peau, plombée et sale, semblait épaisse et se ridait lourdement. A la surface, des bouillons de houle, isolés, pareils à des pustules, s'arrondissaient, puis crevaient. L'écume ressemblait à une lèpre. C'est à cet instant-là que l'ourque, encore aperçue de loin par l'enfant abandonné, alluma son fanal. Un quart d'heure s'écoula. L'homme Qui Rit V. HARDQUANONNE 54 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles