Devoir de Philosophie

Claude-Achille DEBUSSY: PELLÉAS ET MÉLISANDE (résumé et analyse de l’œuvre – Répertoire lyrique)

Publié le 24/09/2015

Extrait du document

achille

Claude-Achille DEBUSSY

Né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en- Laye, mort à Paris le 25 mars 1918, Debussy est un des plus illushes, et en tous cas le plus original musicien que la France ait produit.

 

Créateur de l'impresdonisme musical, il a écrit de nombreuses oeuvres symphoniques et de musique de chambre. Au théâtre, Debussy a donné Pelléas et Mélisande. Son apparition en 1902 a été une révélation sensationnelle, dont Vinfluence ne cesse encore de se faire sentir.

PELLÉAS ET MÉLISANDE

 

Drame lyrique en 5 actes (13 tableaux) de Claude-AchiHe Debussy. Texte de Maurice Maeterlinck. Créé à Paris, au Théâlre National de l'Opéra-Comique, le :¥) avril 1002.

 

Versions allemandes d’Otto Neilzel (d’après la traduction de F. v. Oppeln-Bronikowski) représentée pour la première fois le 19 avril 1907 à Francfort et de Hans Reinhart

 

(Théâtre municipal de Zurich, 4 février 1950} ; anglaise d’Henry Crafton Chapman.

achille

« RÉSUMÉ : Dans la forêt d'Allemonde, Mélisande, une jeune inconnue, a été découverte tout en pleurs par Golaud, rude seigneur féodal qui l'emmène et l'épouse. Mais un penchant irrésistible attire inst inctivement Mélisande vers Pelléas, un demi-frère de Golaud beaucoup plus jeune que lui. Golaud, dévoré de jalousie, tue fina­ lement Pelléas, blessant en même temps Mélisande mortelle­ ment. Celle-ci meurt sans laisser deviner son secret. Ces trois âmes inquiètes demeurent séparées sans avoir pu comprendre les jeux cruels du destin ... PERSO!'INAGES : ARKEL, roi d'Allemande (b) PELLEAS, petit-fils d'Arkel (0 GO­ LAUD, demifrère de Pelléas (bar) UN MEDECIN (b). MELISANDE (s) GENEVIEVE, mère de Pelléas et de Golaud (ms) LE PETIT YNIOLD, fils d'un premier mariage de Golaud (s) Des ser vante s (p m). ANALYSE AcTE 1. - Scène 1. Une forèt. Golaud (bar) s'est égaré dans la forêt en suivant les traces d'une bête qu'il poursuivait. Il y découvre la douce et tendre Mélisande (s) qui ne peut dire ni d'où elle vient, ni ce qu'elle fait là. On comprend seulement qu'elle a été très effrayée et qu'elle s'est enfuie, Golaud l'emmène. Scène 2 : Une salle dans le château. Geneviève (ms) lit à Arkel une lettre de Golaud à son frère Pelléas dans laquelle il lui raconte la découverte de Mélisande, qu'il a épousée sans demander l'assentiment de l'aïeul. Il espère être pardonné ; dans ce cas, Pelléas l'avertira en allumant une lampe au sommet de la tour [AIR DIT • DE LA LETTRE • : Voici ce qu'il écrivait ... ]. Pelléas (t) sollic ite de partir auprès d'un ami malade, mais Arkel (b) et Geneviève lui con­ seillent de demeurer encore jusqu'au retour de son frère et de Mélisande. Ils ne sont plus fâchés et Pelléas donnera le signal convenu. Scène 3 : Devant le château. Mélisande et Geneviève parlent des ténèbres qui règnent sur le sombre et vieux château d'Arkel. Geneviève en a été, elle aussi, impres­ sionnée quand elle vint ici ; cependant, voici plus de quatorze ans déjà qu'elle y habite. Pelléas arrive et rencontre pour la première fois »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles