Devoir de Philosophie

Les chemins de la lecture, Gérard Chauveau LA RECHERCHE ET L'APPRENTISSAGE

Extrait du document

lecture
Les chemins de la lecture, Gérard Chauveau LA RECHERCHE ET L'APPRENTISSAGE DE LA LECTURE Apprendre à lire ? LA lecture n'existe pas ; il faut étudier des lectures et les opérations mises en jeu dans tel ou tel acte de lire ? placer l'enfant au centre des recherches 2 erreurs : ? Le réductionnisme (lire c'est décoder et compréhension ne ferait pas partie de leceture OU lire c'est photographier) ? Le laxisme (lire = comprendre ; et tout problème de compréhension est un problème de lecture) ? Lire, c'est comprendre MAIS comprendre n'est pas lire LES PROBLEMES SPECIFIQUES DE LA LECTURE ? Lire-écrire exige une double abstraction ? Ecrit : un langage qui utilise non les mots (oral) mais les représentations des mots (écrit). De plus, les mots (oral) sont déjà eux-mêmes des représentations des objets. ? Dans l'écrit, pas d'interlocuteur physique ; contraint le lecteur à un monologue avec sa feuille imprimée. ? L'écrit est l'opposé polaire du langage parlé, il est l'algèbre du langage. ? L'analyse synthèse de mots (le décodage) Le lecteur doit posséder le code pour avoir accès au sens ; Pour lire les mots, un des meilleurs moyens est de s'appuyer sur les correspondances graphies-phonies ? La compréhension du texte ? Une gymnastique visuelle Parcourir la ligne vers la droite, tourner la page, etc. ? La reconstruction du message verbal Re-produire du sens. Il faut que l'élève ait cette attitude énonciative devant l'écrit. ? Les différents types d'écrits Culture des supports- Définition de la situation de lecture ? Les signes textuels L'enfant doit apprendre à se servir des signes destinés à faciliter ou guider sa lecture. ? La capacité de lecture 3 codes (code des supports, code des signes textuels, code alphabétique ou orthographique) + l'activité intelligente du lecteur (modalité de traitement de l'information) LE SAVOIR-LIRE DE BASE 3 volets indissociables dans l'acte de l...

«  Se centrer sur l’image sans tenir compte des propriétés de l’écrit  Prendre en compte les caractéristiques quantitatives de l’écrit (longueur, nombre de segments…)  Se préoccuper des aspects qualitatifs de l’écrit (prononciation de lettres ou syllabes, reconnaissance de mots isolés..)  Reproduire la signification du texte, avec des essais et efforts (=le tout juste savoir-lire)  Comprendre le texte rapidement et sans erreur (=le savoir-lire de base) LES TROIS DIMENSIONS DE L’APPRENTISSAGE DE LA LECTURE Les débuts de l’acquisition de la lecture sont très souvent préscolaires. Attention donc à ne pas confondre alphabétisation (approche formelle et scolaire) et compétences de lecteur. Une acquisition culturelle  Entrer en littérature, devenir un pratiquant de la langue écrite  un processus d’appropriation d’expériences sociales préexistantes. L’acquisition de la lecture- écriture est une acculturation  L’apprenti lecteur communique et interagis avec ceux qui savent lire-écrire Une acquisition sociale. (rôle des échanges-médiation de l’adulte)  La lecture partagée On lit à deux-voix ; quand on lit un conte à l’enfant, l’enfant fait des découvertes importantes sur l’écrit ; l’adulte assure l’étayage de l’activité cognitive de l’enfant  Les supporteurs (encourager la lecture-écriture chez l’enfant)  Les lecteurs de compagnie (l’enfant lit par lecteur interposé)  Les modèles (personnes de référence)  Tout ça=le réseau d’apprentissage de l’enfant Une acquisition conceptuelle L’enfant recontre des problèmes logiques face à l’écrit  La structure de la langue Les enfants ont du mal à comprendre que la chaîne parlée peut se décomposer en mots, que tous les mots prononcés sont écrits, etc. COMPRENDRE LA LECTURE ET L’ECRITURE Les difficultés conceptuelles L’enfant doit comprendre qu’il existe deux mondes qui n’ont rien à voir, celui du figuratif et celui du linguistique (où différentes formes peuvent réprésenter le même objet : A, a,…) Entrer dans l’écrit  Facteur culturel (l’enfant doit posséder un capital culturel pour apprécier les raisons d’être de l’écriture)  Facteur psychologique (comprendre le but d’un lecteur)  + l’acte de lire lui-même qui mobilise de nombreuses opérations Compendre la langue écrite Chauveau mène ici une nouvelle expérience avec des CP. Il dégage 4 catégories d’écriture : »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles