Devoir de Philosophie

L'Histoire De La Crise, De 1929 À Celle D'Aujourd'Hui.

Extrait du document

histoire
L'Histoire De La Crise, De 1929 À Celle D'Aujourd'Hui. INTRODUCTION DEFINITIONS Par définition, une crise économique peut durer plus ou moins longtemps et se caractérise par un important changement négatif subit dans la situation économique d'un ou plusieurs pays. Les crises ne se ressemblent pas entre elles car elles peuvent être le fruit de facteurs différents et que chacune d'elles nécessite des solutions particulières. On reproche souvent au capitalisme et à la mondialisation de favoriser l'apparition de crise à grande échelle. Effectivement, les crises se propagent souvent d'un pays vers d'autres du fait de l'interdépendance qui existe entre chaque pays de nos jours. C'est pourquoi il est intéressant de les étudier. INDICATEURS DE LA CRISE Il est possible de mesurer l'impact des crises grâce à différents indicateurs pour chacun de ses aspects. Ainsi, pour étudier les effets d'une crise sur l'économie d'un pays on pourra regarder le PIB (Produit Intérieur Brut) qui donne une image de la richesse créée par un pays c'est-à-dire sa capacité à créer des biens et services). Dans un contexte plus précis on peut aussi se pencher sur l'évolution de la bourse qui montre les tendances du marché de tel ou tel secteur. C'est indicateurs peuvent aussi être utilisés pour prévoir des crises et s'y préparer. Effectivement, avant chaque crise certaines informations peuvent avertir de son arrivée. Néanmoins, ces indicateurs économiques ne donnent pas d'informations sur les conséquences sociales d'une crise. C'est pourquoi il peut-être intéressant de regarder l'IDH (l'Indice de Développement Humain) qui peut révéler les évolutions de la qualité de vie des habitants d'un pays touché par la crise. Dans ce dossier nous étudierons donc dans une première partie la crise 1929 puis dans une seconde partie la crise de 2009 en tachant de mettre en évidence leurs causes et leurs conséquences. « DE L'EFFONDREMENT DE WALL STREET A LA GRANDE DEPRESSION « LES ETAPES DE LA CRISE DE 1929 La crise de 1929 se déroula selon les étapes suivantes : Les entreprises surévaluent les prévisions de la consommation, investissent trop et deviennent insolvables. La crise est financière. Les difficultés se généralisent rapidement à tous les domaines bancaires à cause de la mixité entre finances et dépôts. Le krach boursier est soudain. La récession s'est substituée à la croissance. La dépression s'instaure durablement. Jeudi 24 octobre 1929 : la bourse de New York s'écroule. Le décalage entre l'offre et la demande a fait chuter les prix des actions. 13 millions de titres sont vendus à des cours très bas et le 29 octobre, de nouveau 16 millions de titres. Les milliards fictifs créés par la bulle spéculative s'envolent en fumée. Les banques, en manque de liquidité, gèlent les crédits aux entreprises et aux particuliers. La crise boursière devient crise bancaire. Des milliers de banques font faillite. D'étapes en étapes, le krach boursier d'octobre 1929 se transforme en crise économique. En fait, celle-ci était déjà latente. La récession était amorcée depuis un an déjà. Les productions avaient du mal à se vendre, les stocks ne s'écoulaient plus. La crise avait démarré. Le krach boursier ne fit que l'accélérer. Cest le KRASH boursier, la bulle éclate enfin après les nombreuses années de spéculation. Il est impossible de récupérer son argent, Hoover pert entièrement sa crédibilité, c'est un mouvement de panique. Un effet boule de neige s'installe après 1929, c'est le déclin de l'action et de l'acte économique. De nombreux licenciements sont effectués, ce qui induit une baisse de la consomation, puis une baisse de la demande et enfin une diminution de la production. On en revient au licenciement initial ce qui nous montre que c'est un cercle vicieux. La classe moyenne est la plus touchée car c'est la société de consommation. L''économie continue sa chute vertigineuse et touche des pays d'Europe encore fébriles après le lourd déficit de la première guerre mondiale. Le moral des gens est au plus mal, ils ne savent plus comment se sortir de cette situation. La dépression est très présente, moralement comme économiquement. Entre 1929 et 1932, la production industrielle américaine chuta de moitié, les investissements de 89 %. Les entreprises faisaient faillite les unes derrière les autres. Les prix baissaient car les ventes diminuaient. Les profits suivaient le mouvement. Trois fois moins de profits en 1932 qu'en 1928. Mais les entreprises continuaient à verser des dividendes aux actionnaires. Des dividendes supérieurs aux profits d'ailleurs. Les capitalistes préféraient piller les fonds de leurs propres entreprises pour continuer à s'enrichir. Pour essayer de rétablir les prix, et donc leurs profits, les grands groupes, les monopoles, diminuèrent la production. Ce qui accéléra encore la crise. Tout était bon pour protéger la classe capitaliste des conséquences de la crise de son propre système et pour la faire payer à la classe ouvrière et à toute la population. Les agriculteurs furent les premières victimes. Pendant la Première Guerre mondiale, la production agricole américaine avait explosé pour répondre au marché international. Mais avec le retour de la paix, les exportations s'étaient réduites. Sans débouchés suffisants, des milliers de paysans se retrouvaient étranglés par les dettes. La crise les ruina définitivement. Ils furent alors chassés de leurs terres par la misère. Pas parce qu'ils ne produisaient pas assez, mais pour la raison inverse ! Dans les villes, le chômage, les licenciements par milliers faisaient sombrer une grande partie de la classe ouvrière dans la pauvreté. Le spectre de la faim et de la misère réapparaissait. Les familles ouvrières, ne pouvant plus payer leur loyer et chassées de chez elles, construisaient des bidonvilles aux abords des grandes cités étincelantes. En 1932, il y avait plus de 12 millions de chômeurs aux États-Unis, plus du quart de la population active ! Sans espoir d'embauche, sans aide gouvernementale, ces millions de chômeurs s'alignaient dans les queues sans fin devant les soupes populaires. La situation était pire encore pour les ouvriers noirs. L'économie américaine était bloquée par le fonctionnement irrationnel du capitalisme. Et la crise, partie des États-Unis, s'étendit au monde entier. Elle se généralisa car l'économie était depuis longtemps déjà mondialisée - comme on dit aujourd'hui. Après le krach boursier, les États-Unis décidèrent de rapatrier leurs capitaux d'Europe. Les banques allemandes et autrichiennes, les plus liées aux États-Unis, se retrouvèrent alors au bord du gouffre financier. L'activité économique irriguée jusque-là par ces capitaux fut asphyxiée. De plus, la récession américaine provoqua l'effondrement du commerce mondial. Les exportations de tous les pays s'écroulaient, entraînant leur propre industrie dans leur chute. En quelques années, dans le monde entier, la chute de la production industrielle fut spectaculaire. Les pays furent touchés les uns après les autres. Partout, les méventes, les faillites et l'explosion du chômage. En 1933, on estimait à 30 millions le nombre de chômeurs - auxquels il faut certainement ajouter environ 10 millions de chômeurs non comptés - et tout cela dans les pays industriels seulement, car dans les colonies et dans les pays pauvres, personne ne compte les miséreux. Face à cette catastrophe économique, les gouvernements cherchèrent des moyens de&l...

« ajouter environ 10 millions de chômeurs non comptés - et tout cela dans les paysindustriels seulement, car dans les colonies et dans les pays pauvres, personne necompte les miséreux. Face à cette catastrophe économique, les gouvernements cherchèrent des moyens deprotéger leur propre bourgeoisie. Bien souvent au détriment des autres. Leur politique serésumait au grand principe du « chacun pour soi » ! Les gouvernements ressemblaient àdes hommes en train de s’enfoncer dans des sables mouvants et qui chercheraient à s’ensortir en appuyant sur la tête des autres. Mais chacun de leur geste eut des conséquencessur la situation générale. L’ensemble des politiques suivies par les différents gouvernements forme la trame desévénements qui menèrent à la guerre. De plus, cette situation incite les gens a s'enivrerdans les extrêmes, ce qui entraine souvent des conflits, car dans tous les cas l'excès n'estpas bon. LES CAUSES DE LA CRISES DE 1929 Le monde capitaliste dans lequel a éclaté la crisede 1929 n’était certainement pas un monde stable et prospère. Au contraire, il sortaitdepuis à peine 10 ans de la boue des tranchées, et la guerre avait laissé aux humainscomme aux économies bien des cicatrices. Les États-Unis, eux, étaient les vrais vainqueurs. Leur industrie et leur agriculture avaientconnu un véritable boom pendant cette guerre. À partir de 1918, en échange des prêtsaccordés à leurs alliés, ils récupérèrent la plus grande partie des stocks d’or mondiaux.Résultat, parmi tous ces pays industrialisés détruits ou ruinés par la guerre, les États-Unispurent faire figure de seule économie stable. On peut donc dire que face au déclin de l’Europe, les Etats-Unis deviennent la 1èrepuissance économique du monde et possèdent la moitié du stock d’or mondial. A présent,ce sont les Etats-Unis qui sont créanciers de l’Europe. Wall Street remplace la bourse deLondres comme 1ère place financière. La concentration des richesses dans quelques mains et la misère pour l’immense majoritéde la population, tout cela étouffait le développement économique. Certes, les années1920 apportèrent l’illusion d’une période de prospérité retrouvée. Mais elle fut de courtedurée. La prospérité a surtout été une réalité aux États-Unis. La production industrielle explosa àpartir de 1922. Elle était tirée par de nouvelles industries : l’automobile, la chimie, lecaoutchouc, l’aluminium, le pétrole. Toutes ces nouveautés envahissaient la viequotidienne. L’électricité se généralisa dans les villes dominées par les gratte-ciel. Bientôt ily eut une voiture pour cinq Américains. La radio, le cinéma élargissaient l’horizon debeaucoup. La technique permettait de produire plus, plus vite et moins cher. Cependant, tous ces progrès économiques, au lieu d’élever l’ensemble de la société,alimentèrent les contradictions du capitalisme. Sous l'air Hoover, les gens n'hésitaient pas à utiliser des crédits et investissaient dessommes importantes en bourse. La bourse voit son cour se multiplier parfois jusqu'à 4,cela devient un acte quotidien que d'investir. La société d'investissement se développe, lemarché financier est en plein essor en 1929. Un américain sur trois met son argent enbourse, ces américains font souvent partis de la classe moyenne. Petit à petit, l'augmentation des risques a entrainé une hausse du prix des actions, quis'est répercuter sur la société avec une augmentation de l'endettement. Entre 1922 et 1929, aux États-Unis, la production augmenta de 50 %. Mais les salaires neconnurent qu’une augmentation de 7 %. Rien à voir avec les dividendes versés auxactionnaires qui, eux, grimpèrent de 65 %. Dans les années dites de prospérité, au moinsun tiers de la population américaine restait dans la pauvreté : une grande partie desfermiers du Sud, l’immense majorité de la population noire et les personnes âgées. La production s’accroissait beaucoup plus vite que le niveau de vie de la population. Cetécart entre les deux devait forcément finir par se transformer en crise, quand la productionne pourrait plus s’écouler. Cette contradiction permanente du capitalisme était amplifiée par le développement desmonopoles. Ceux-ci dominaient de plus en plus l’économie. Aux États-Unis, par exemple, ily avait 181 constructeurs d’automobiles en 1903. Il n’en restait que 44 en 1926. Dans lepétrole, la chimie, l’électricité, le tableau était similaire. Leur position leur permettaitd’aspirer toutes les richesses de la société. Les trusts utilisèrent les profits tirés desprogrès techniques, non pour améliorer les capacités de production mais pour spéculer. À partir de 1925, les investissements productifs ont commencé à baisser. La production neleur rapportant pas les profits espérés, les capitalistes se tournaient de plus en plus vers lafinance. Les banques, les industriels, les financiers, tous jouaient en bourse. Laspéculation créa une bulle qui allait finir par éclater en octobre 1929, mettant alors à nu lescontradictions du système. Entre la Première Guerre mondiale, les crises de l’après-guerre et la grande criseéconomique de 1929, le monde eut à peine le temps de respirer. LES EFFETS DE LA CRISE DE 1929 Le krach Boursier : Au cours des années 1920, l’Amérique sombre dans une crise économique illustrant leplus gros crash boursier de son histoire. Les effets touchent toute l’économie du pays, etun certain mardi 29, 13 millions d’actions sont mises en vente. C’est ce qu’on appellera le« jeudi-noir ». Le cours des actions s’effondre et toute l’économie américaine sombre à une vitesse folle.Les industries n’ont plus d’investisseurset souffre du manque de liquidité. L’agriculture quiétait déjà en crise plonge pour se retrouver au plus bas. La consommation décroit et lesbanques font faillite devant l’incapacité des actionnaires à rembourser leur prêt. La récession es année 30 : La crise s’étend au monde entier et particulièrement enl’Europe. Cela est dû à la certaine dépendance des pays européens envers l’économieaméricaine. Les chiffres du chômage connaissent des hausses sans précédant. LES SOLUTIONS PROPOSEES Les dévaluations monétaires : En Allemagne, Hitler est au pouvoir pour redresser son économie. Ailleurs les dirigeantstentent de faire face à la déchéance de leur pays par des dévaluations monétaires, enFrance, la dévaluation du franc sera bien trop tardive devant la pression de gouvernementpour maintenir sa valeur. La dévaluation du dollar quand a elle sera de près de 40%. Le protectionnisme grandissant : La tendance est à une politique plus protectionniste quejamais. Aux Etats-Unis, Roosevelt met en place le « New deal », programme definancement public destiné à lancer de grands travaux. L’intervention étatique prend le passur le libéralisme. Fermeture temporaire et conditionnelle des banques : Roosevelt au lendemain de soninvestiture ordonne la fermeture des banques pour 4 jours pour mettre fin à la terreur desmultiples faillites. Les banques pourront rouvrir leur établissement à condition de pouvoirpayer ses créanciers. L’embargo sur l’or : Puis s’en suit l’embargo sur l’or et la création de la Tennessee ValleyAuthority, où la compagnie gouvernementale mise en place dans le cadre du « new deal »vise à baisser le chômage par la réalisation de grands travaux (12 millions d’Américainssont au chômage durant les années 30). LA CRISE ACTUELLE : REFLEXION LES CAUSES DE LA CRISE ACTUELLE La crise que connait le monde en ce début de »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles