Devoir de Philosophie

TPE

Extrait du document

Les paris sportifs L'état doit-il intervenir pour encadrer les paris sportifs ? DUJARDIN Nicolas LAOUBI Rayane FRANGIE Vincent NGUYEN Gaspar Sommaire : Les paris sportifs, une activité certes lucrative pour les sociétés qui les organisent, mais provoque des situations financières dramatiques pour les joueurs dits pathologique. A- Les entreprises de paris sportifs ont une logique de profit. B- Une stratégie marketing qui favorise la dépendance. L'intervention de l'Etat est-elle envisageable pour encadrer les paris sportifs ? A-Des rentrées fiscales non négligeables surtout dans le contexte actuel. B- Pour certains joueurs, ce sont leurs principales sources de revenu professionnel. Les jeux d'argents sont interdits aux mineurs. Des paris pris par les Grecs sur les combats de Gladiateur jusqu'aux multinationales gérant le marché des paris sportifs où des millions d'individus s'adonnent aux paris chaque jours, il semblerait que les paris en tout genre, et tout particulièrement les paris sportifs aient toujours suscité un fort engouement de la part de la population de toute époque. Mais en quoi consiste exactement le pari sportif ? Le pari sportif consiste à miser de l'argent sur un résultat sportif. En fonction de ce résultat, le parieur voit sa mise initiale s'accroître, selon le résultat et l'enjeu du pari. A contrario, si le joueur ou l'équipe sur laquelle le parieur a misé subit une défaite, le parieur verra sa somme initiale disparaitre au profit des entreprises qui organisent ces paris. Le plaisir de jouer, la possibilité d'un gain plus ou moins élevé, l'excitation et le suspens qui en découle ont à priori toujours contribué au succès des paris. Tout ceci confère au marché des paris sportif une force d'attraction que l'on ne peut nier. En effet, on dénombre aujourd'hui 300.000 parieurs sportifs réguliers en France. Néanmoins, malgré une minorité d'individus qui arrivent à tirer profit des paris sportifs et à s'enrichir par son biais, d'autres n'ont pas le savoir nécessaire afin d'en faire une source de revenus et jouent régulièrement jusqu'à l'excès. Ces joueurs sont « cantonnés » dans un cercle vicieux et ne peuvent s'empêcher de jouer de fortes sommes d'argent, entrainant une dépendance, suivi d'un endettement et dans les cas les plus extrêmes d'un suicide. Dans l'intérêt de ses parieurs, certaines associations ont étés crées afin de leur venir en aide et de les aider du mieux qu'ils peuvent à vaincre cette pathologie qu'est la dépendance. Du fait du nombre croissant de ce type de joueurs, certaines associations font pression sur l'Etat afin que celui-ci encadre ce marché qui fait des heureux, mais surtout des malheureux. Cependant, il s'avère que les entreprises de paris sportifs sont un véritable « trésor » pour l'Etat. En effet, les rentrées fiscales dues au marché du jeu d'argent en général ont rapporté 4.7 milliards d'euros à l'Etat en 2011. Il est donc judicieux de nous poser la question suivante : L'Etat doit-il intervenir pour encadrer les paris sportifs ? Afin de répondre à cette interrogation, nous allons voir tout d'abord que les paris sportifs sont une activité certes lucrative pour les sociétés qui les organisent, mais que celles-ci provoquent des situations financières dramatiques pour les joueurs dits pathologiques. Il conviendra ensuite d'examiner si une intervention de l'Etat est envisageable afin d'encadrer les entreprises de paris sportifs. Les paris sportifs, une activité certes lucrative pour les sociétés qui les organisent, mais provoque des situations financières dramatiques pour les joueurs dits pathologique. a) La stratégie marketing des entreprises de paris sportifs. Pour attirer ses clients, les différentes entreprises de paris sportifs utilisent chacune leur propre stratégie marketing. Elles sont en réalité basées sur les mêmes principes fondamentaux. En effet, afin d'élaborer une stratégie marketing, il faut que l'entreprise présente une bonne analyse du marché et bien évidemment des objectifs à atteindre. C'est une démarche ayant pour but de coordonner au maximum l'offre et la demande, afin d'optimiser les profits comme dans n'importe quelle entreprise privée rationnelle. L'élaboration d'une stratégie marketing est « vitale » pour toute entreprise. Effectivement sans celle-ci, il est fort probable que les efforts pour attirer les futurs parieurs soient incohérent voir inefficace. La stratégie marketing de l'entreprise doit accentuer le fait que les produits et les services de celle-ci satisferont pleinement les besoins de leurs clients. Pour convaincre leurs futurs clients les entreprises doivent s'adapter aux éventuels changements de perceptions et de demandes de leurs clients. Cela leur permet de cibler de nouveaux marchés grâce à la connaissance des attentes des clients. Elle leur permet aussi fidélité. Une étude de marché semble primordiale dans le cas d'une stratégie marketing. Elle permet de distinguer les clients selon leur besoins et de les identifier à travers différents groupe, afin de les aborder plus efficacement que ses concurrents. C'est l'un des fondamentaux, autrement dit un élément clefs de la stratégie marketing de l'entreprise. Il faut tirer à maximum profit de ses « forces » afin de correspondre au mieux aux besoins des divers clients. Par exemple, si selon votre étude de marché, il y a plus de clients qui recherchent avant tout la qualité, alors il faudra mettre en avant le service de qualité supérieur à vos concurrents que vous êtes en mesure de fournir. Cette stratégie marketing s'opère par l'intermédiaire de différentes méthodes qui auront pour but de convaincre vos clients et d'appliquer les points énoncés précédemment. Il y a bien évidemment la publicité, aussi bien la publicité télévisée que la publicité sur les panneaux publicitaire. Ainsi nous pouvons analyser le slogan du PMU : «On parie que vous allez gagner» Ce slogan a pour but de cibler un public plus jeune et plus joueur qui ignore le côté pervers des paris. L'entreprise explique à travers le verbe « parier » que gagner est à la portée de tous et que tout le monde a la possibilité de parier. Ce procédé est la première qui nous vient en tête lorsque l'on parle d'attirer des clients, mais il y a pourtant d'innombrables autres combines qui existent afin d'obtenir les faveurs d'autres acquéreurs. On peut faire des expositions, distribuer des prospectus, effectuer des prospections téléphoniques, ou bien créer une stratégie de point de vente, qui consiste à s'appuyer sur d'autre pour vendre vos produits. Lorsque tous ces points auront été murement réfléchis et décidés, le plan marketing doit alors être rédigé. Il consiste en la planification de l'exécution de cette dite stratégie marketing, et bien évidemment l'évaluation du succès ou non de cette stratégie. Le plan marketing n'est jamais définitif puisque les besoins des clients changent sans cesse et le climat économique aussi par la même occasion, le plan marketing doit donc être sans cesse révisé afin de ne pas « décevoir » les clients et de ne plus répondre à leurs attentes. Un bonus de bienvenue est un montant gratuit offert par un opérateur de paris en ligne lors de l'ouverture d'un compte joueur. Ce bonus peut vous être octroyé soit lors de votre 1er dépôt ou après avoir placé un 1er pari. En réalité, cette somme que l'on vous verse après l'ouverture du compte n'est pas « réelle ». C'est de l'argent virtuel. On peut dire que cette somme est virtuelle car, dans l'extrême majorité des cas, elle est soumise à plusieurs conditions avant de pouvoir être encaissé. Autrement dit, cet argent sera encaissable qu'à partir du moment où toutes les conditions seront réunis sans exceptions, si bien entendu il vous reste un gain. Pour les entreprises de paris sportifs, ce bonus de bienvenue est une véritable aubaine. En effet, elle permet à la fois d'attirer de nouveaux clients par le biais d'une offre alléchante, et en même temps de permettre de tester le système de paris avec la somme « virtuelle » mise à disposition des nouveaux parieurs après ouverture du compte. Paradoxalement, cette somme, de base, faite pour attirer les débutants, peut être utilisé à bonne escient par des joueurs ayant de l'expérience, voir même des joueurs professionnels. C'est une véritable occasion pour ces joueurs puisque cela peut leur permettre de gagner une somme plus ou moins importante, sans avoir à miser avec leur propre argent. Si les paris sportifs demeurent pour beaucoup avant tout un divertissement, certaines personnes jouent jusqu'à l'excès. Les joueurs dépendants des jeux et des paris sportifs sont qualifiés de joueurs compulsifs lorsqu'ils jouent de plus en plus souvent des sommes d'argent de plus en plus importante». Le jeu est alors « pathologique ». Le terme « excessif » est propre à chacun, de sorte qu'aucune norme de jeu pathologique n'existe à ce jour. Prenons par exemple deux joueurs : un premier joueur cadre supérieur et un second sans emploi. . Si ces deux joueurs jouent et perdent chacun 200 euros, la perte engendrée n'aura pas le même impact pour le cadre supérieur et le demandeur d'emploi. Le jeu est également appelé « pathologique » lorsque les besoins du joueur deviennent incontrôlables, comme pour un fumeur qui ne peut vivre sans tabac, le joueur pathologique a besoin de « sa dose d'adrénaline », qu'il obtient en recourant aux paris. Faute de jouer, le parieur peut devenir agressif. Sans sa dose, le joueur, se fera du mal et sera violent envers son entourage. Selon des études en France et à l'étranger, environ 0,5% de la population est susceptible de se livrer au jeu de manière pathologique (cela représente environ 300 000 Français). Les symptômes d'une addiction aux paris sportifs se traduisent par les difficultés des parieurs à freiner le plaisir qu'ils éprouvent en jouant. Ces parieurs ont des comportements déviants marqués par un isolement social, des tendances lunatiques et un désintérêt pour l'actualité sociale.... Un joueur compulsif rencontre de sérieux problèmes dans sa vie sociale et économique. La dépendance aux paris sportifs souvent peut se traduire par une incapacité à s'arrêter de jouer, quel que soit le résultat de son pari. Le joueur peut promettre à son entourage qu'il va s'arrêter de jouer sachant pertinemment qu'il risque de récidiver. Il est souvent même convaincu que les pertes de la semaine seront compensées par les gains à venir. Le parieur présente aussi des sauts d'humeur fréquents. En France, 600000 personnes sont touchées par l'addiction aux jeux Les conséquences économiques de l'addiction peuvent être : l'isolement social, la perte d'emplois et le surendettement. Certains parieurs malades iront consulter un spécialiste addictologue. Pour certains joueurs, les paris sportifs peuvent être un moyen de joindre les deux bouts ou d'augmenter leurs revenus. En effet, certains parieurs sont des personnes en situation précaire qui espèrent, en jouant, compléter leurs revenus et ainsi améliorer leurs conditions de vie. Mais cette frustration peut vite les pousser à parier sans même réfléchir, entraînant d'importantes pertes d'argent. Le gouvernement est donc préoccupé par l'addiction aux jeux d'argent. Cette addiction peut avoir de graves conséquences telles qu'une délinquance qui se traduit dans le cadre des paris sportifs par l'emprunt voir le vol et le détournement d'argent de joueurs pathologique qui désirent assouvir leur besoin de jouer. Cette pratique va être effectuée par ceux qui présentent des difficultés financières et qui recherchent par cette « méthode » la solution à leur problème. Dans certains cas « extrêmes », ce type de joueurs en vient même à voler à leur propre famille, et donc à négliger celle-ci. Les divers emprunts des parieurs non remboursé vont provoquer progressivement l'insolvabilité de certains. Ils seront donc interdits bancaire et fichés Banque de France, ce qui peut être dramatique dans la vie d'une personne. Leur vie sociale va donc être anéanti par la faute de tous ces facteurs stressant de la vie d'un Homme. Le pire des scénarios qui peut arriver à un joueur compulsif est bien évidemment le suicide. L'accumulation de toutes ces conséquences dues à cette addiction pousse la personne à mettre fin à ses jours. On peut prendre l'exemple d'un jeune français, « Benjamin  Cavalon », réceptionniste d'hôtel et véritable addict aux paris sportif. Il s'est suicidé suite à des pertes d'argent très importantes. En effet, il s'était mis à jouer beaucoup d'argent après un premier gain très important de 40.000 euros sur un seul pari sportif. Comme beaucoup d'autres joueurs, Benjamin a gagné un gros montant d'argent en un seul coup. C'est d'ailleurs ce qui l'a attiré à nouveau vers le jeu : l'appât facile du gain, une recherche du plaisir instantané. Même s'il perd beaucoup, Benjamin a « comme une voix dans la tête » qui lui murmure qu'il pourrait reprendre l'argent perdu en pariant à nouveau. Pourtant, au fond de lui, il sait très bien que c'est rarement le cas... C'est donc un cercle vicieux qui le pousse à jouer des sommes faramineuses quotidiennement : 8300 Euros, 11 100 Euros, 8000 Euros.... dans l'espoir de rééditer sa performance. Une fois son solde dépassé, il a emprunté de l'argent (50 000 Euros) émis des chèques ne lui appartenant pas, pour enfin voler 16 000 Euros à son père tout en sachant qu'il ne pourrait rembourser ses dettes. Tout ceci donc mené à son suicide. Ce n'est pas le seul cas recensé. Chez les joueurs pathologiques, les taux de suicide se situent entre 17% et24%, et 13.3% des parieurs ont des antécédents suicidaires. Sur 74 cas parmi les joueurs pathologiques, 63 sont de sexe masculin avec un âge compris entre 21 et 71 ans. B) Les entreprises de paris sportifs doivent être le plus possible gagnantes. 1) Principe de bases La démocratisation des paris sportifs a permis à de grandes entreprises de voir le jour. Celles-ci, grâce à des théories mathématiques, réussissent à générer de nombreux bénéfices sur des jeux où hasards et probabilités sont liés. Parmi les grandes entreprises de paris sportifs, on peut citer Betclic, Bwin, le PMU, Parions sport, Unibet ... Attardons nous maintenant sur l'entreprise française du PMU. Tout d'abord, PMU signifie Paris Mutuelle Urbain. Cette entreprise française conçu de base pour répondre aux besoins du marché des paris hippique, s'est ensuite étendue vers d'autres sport sur lesquels parier et des jeux de hasard, depuis la loi sur l'ouverture du marché des jeux en ligne, en 2010. Né grâce à l'initiative des bookmakers (Intermédiaire morale ou physique qui permet le pari), cette entreprise est devenue en l'espace de dizaines d'années le géant du pari sportif français, et s'est même développé à l'international. Le 2 Juin 1891, une nouvelle loi concernant les paris sportifs voient le jour. L'arbitrage des bookmakers prend fin. Les parieurs jouent donc les uns contre les autres et les sommes jouées sont partagées entre les gagnants. C'est le début du pari mutuel. A la suite de la loi du 16 avril 1930 concernant les sociétés de Course, celles-ci reçoivent l'autorisation d'enregistrer sous forme mutualiste les paris à l'extérieur des hippodromes. Seuls les organismes autorisés depuis 1891 auront accès à cette loi. Ainsi ces sociétés créent un service commun : le Pari Mutuel Urbain. En 1954, André Carrus organise le traitement des paris, de façon manuelle mais pratique et rapide. Du bordereau encoché aux aiguilles à trier, tout le réseau fonctionne grâce à un système ingénieux de traitement différé et une organisation « carré ». Par application du décret de 4 Octobre 1983, le PMU devient un GIE (Groupement d'Intérêt Economique) en 1985. Il faudra attendre 1987 pour que le traitement des paris soit informatisé. Le pari sportif va alors faire un grand bond en avant. En effet, il passe alors d'un système manuel à un système informatique complexe. C'est donc pour cela que l'on peut dire qu'Internet tient un rôle plus qu'important dans la réussite de l'entreprise du PMU. En effet, en 1999, un nouveau système d'information central voit le jour. Cette révolution technologique va permettre au Pari Mutuel Urbain de diversifier leur offres de jeux et de proposer des services inédits jusqu'à lors comme l'information sur les divers sports, tel que le sport hippique. L'un des éléments clefs ayant contribué au succès de cette grande entreprise française est sa capacité d'innovation, son originalité, son audace. Effectivement, le PMU est la première entreprise à proposer la prise de paris par télévision, par le biais de sa chaîne Equidia, via satellite. C'est une première mondiale ! L'année 2001 va encore apporter du renouveau au monde des paris sportifs. L'évolution technique permet d'offrir encore de nouveaux services aux joueurs. Les horaires d'enregistrement et de paiement des paris sont élargis et il est alors possible de payer en tous lieux. Les réseaux de vente du matin et de l'après-midi vont fusionner afin de satisfaire davantage leurs clients en leur offrant de nouvelles perspectives. Dès le 1er juillet 2003, les parieurs ont l'opportunité de jouer dans plus de 6 000 points de vente jusqu'au départ de chaque course et de toucher leurs gains quasiment après la fin de la dite course. Parallèlement, le 24 novembre 2003, les internautes peuvent parier sur les courses en se connectant sur le site internet du Pari Mutuel Urbain, pmu.fr. Encore une fois, Internet est donc un outil indispensable à l'avancé économique d'une entreprise, dans ce cas-ci du PMU. En effet, chaque parieur pourra dès lors parier de chez lui d'un simple clic. Cette facilité d'accès aux paris va permettre au PMU d'accroitre leurs nombres de clients, et de fidéliser davantage leurs clients habituels qui pourront parier plus aisément. Cette stratégie qui vise à profiter de l'essor d'Internet va permettre au PMU de maximiser son chiffre d'affaire, comme le désire n'importe quelle entreprise privée rationnelle. En juin 2006, Le PMU va sortir sa dernière grande nouveauté connue à ce jour. Il sera désormais possible pour leurs clients de parier via téléphone mobile. Cela va venir « renforcer » le principe que « tout le monde peut parier » et va souligner de nouveau le côté novateur de cette grande entreprise française. On a donc, à travers cette étude de cas, présenter l'évolution pas à pas d'un « grand » du secteur des paris sportifs, Le Pari Mutuel Urbain (PMU). Ce qui ressort le plus de cette étude, c'est l'ingéniosité constante mis en oeuvre par cette entreprise. Elle a su parfaitement s'adapter à son temps, en innovant sans cesse ! Les avancées technologiques telles qu'Internet et les paris mobiles ont permis une forte démocratisation des paris ! Leur slogan « on parie que vous allez gagner » prend alors tout son sens grâce à leur effort qui rende le pari accessible à tous ! C'est une grande entreprise qui a réussi ce qu'elle a entreprit et donc un modèle à suivre pour toutes les autres entreprises de paris sportifs. Les paris sportifs sont basés sur des côtes. Les côtes sont des proportions chiffrées donné par les sites de paris sportifs. Ces côtes sont fixées par les bookmakers par avance. La cote européenne (le format décimal). C'est le format de cote le plus commun. Le profit d'un pari est indiqué sous la forme d'un nombre décimal. Exemple : Si un joueur mise 10 EUR avec une cote à 1.60, il remportera en cas de bon pronostic 16 EUR (soit 10 x 1.60).La cote anglaise (le format fractionnel) : Le profit d'un pari est indiqué sous la forme d'une fraction. La cote anglaise se transforme facilement en cote européenne en ajoutant un 1. Exemple : Si un joueur mise 10 EUR avec une cote à 3/5, il remportera en cas de bon pronostic 16 EUR (soit 1+3/5). La cote américaine : Dans ce type de cote, on distingue deux cas de figure. Soit la cote est exprimée sous forme de nombre positif, soit sous forme de nombre négatif. La cote négative indique la mise nécessaire pour réaliser un profit de 100 unités. Pour le calculer, il faut utiliser la formule suivante : Mise x (1 + 100/cote américaine).Exemple : Si un joueur mise 10 EUR avec une cote à « - 125 », il remportera en cas de bon pronostic 18 EUR (soit 10 x (1+100/125)).La cote positive indique le profit sur un pari de 100 unités. Pour calculer le profit, il faut utiliser la formule suivante : Mise x (1 + cote américaine/100).Exemple : Si un joueur mise 20 EUR avec une cote a + 125 il remportera en cas de bon pronostic 36 EUR (soit 20 x (1+100/125)).La forme décimale est la préférée des Français car c'est la plus simple d'utilisation et la plus claire d'utilisation. En effet il suffit de multiplier sa mise par la côte pour savoir son gain. Les côtes sont fixés par les mathématiques, effectivement aujourd'hui l'informatique est principalement utiliser dans l'élaboration des côtes. Les ordinateurs relisent des milliers de résultats de matchs entre plusieurs équipes de football par exemple, sur plusieurs années afin de voir les progressions de l'équipe en question. Grace à toutes ces donné, l'ordinateur va sortir une statistique générale. De son coter « l'Homme » joue également un rôle important dans les paris sportifs. Des spécialiste du sport, de leurs coter, récupèrent des informations sur les joueurs d'une équipe, dans l'exemple du football, si un joueur important de l'équipe n'est pas blessé ou absent ...L'entreprise pour être toujours gagnante se sert donc d'un système de cotes qu'elle manie et remanie à sa manière pour pouvoir optimiser son profit. De base, pour effectuer ses cotes, elle place le parti ayant le plus de chance de gagner dans son sport la plus petite côte, et plus le parti a de chance de gagner plus la cote sera proche de 1 (cote européenne) c'est-à-dire qu'elle ne rapportera qu'une faible somme par rapport à la somme misé. A l'inverse, plus un parti à une chance de perdre plus la cote sera grande pour inciter le parieur a misé au-dessus alors que ses chances de gagner sont faibles. Une fois ces cotes écrites par les Bookmakers, elles sont misent en ligne une semaine avant le match. Se sont, sans le savoir, les acheteurs qui font évoluer les cotes. Les cotes varient selon l'offre et la demande. Si une équipe est très prisée, sa cote baissera, et inversement. De plus, en fonction du nombre de parieurs sur les partis, celles-ci sont parfois autorisées à changer leur cote jusqu'à une certaine date très proche en général du jour du match, de la course... pour optimiser leur profit. Par exemple, supposons un match de football avec une équipe A favorite avec environ 60% de chance de gagner et une équipe B avec 15% de chance de gagner, le match nul étant probable à 25%. En outre nous dirons qu'il y a environ ; 1000 parieurs en tout. Si plus de 60% des parieurs parient sur la victoire de l'équipe A, la cote va baisser de ce côté la alors que la cote de la victoire de l'équipe B va monter de même pour que pour celle du match nul, à l'inverse si plus de 15% des parieurs parient pour une victoire de l'équipe B alors la côte pour la victoire de celle-ci va baissée et celle de l'équipe A monté. Les entreprises de paris sont rationnelles et cherchent à maximiser leur profit donc leur côte de départ fixé sont faites que si les pourcentages de parieurs est environ égal au pourcentage de chance de gagner alors elles sont gagnantes. De là, nous dirons que le parieur moyen parie environ 10 euros. La côte de l'équipe A est de 1,5, celle de l'équipe B est de 4 et celle du match nul est de 2,5 alors : -en cas de victoire de l'équipe A avec 60% de gagnant l'entreprise perd 3000 euros. ((600x10) x1, 5)-(600x10)) mais en contrepartie gagne 4000 euros ((15+25) x100). Elle fait donc un profit de 1000 euros. -en cas de victoire de l'équipe B avec 15% de gagnant l'entreprise perd 4500 euros (((150x10) x4)-(150x10)) mais en contrepartie gagne 8500 euros ((60+25) x100). Elle fait donc un profit de 4000 euros. -en cas de match nul avec 25% de gagnant l'entreprise perd 3750 euros ((250x10) x2, 5)-(250x10)) mais en contrepartie gagne 7500 euros ((60+15) x100). Elle fait donc un profit de 3750. On peut donc constater que les entreprises de paris sportifs grâce à leurs informateurs peuvent créer des côtes intéressantes pour les parieurs et en même temps être presque toujours gagnantes. Un nouveau phénomène se popularise, les paris fixés pendant le match «direct live». D'après le figaro.fr ces paris représentent 55% des paris. Il s'agit de paris dit à cotes fixe, et non variable comme les autres paris. Pour les entreprises, dans un pari a taux fixe, l'enjeu est important car elle prend beaucoup de risques. L'entreprise peut aussi bien gagnée que perdre. 2) Stratégies  -Suite de Fibonacci  La suite de Fibonacci est une suite de nombre dans laquelle tout nombre est égale à la somme des deux précédents. Cette suite commence généralement par le terme 0 et 1 mais elle peut commencer par n'importe quels termes qui se suivent. Exemple : Soit une suite commencent par 0 et 1 le prochain terme de la suite correspondra à la somme des deux termes qui précèdent soit 0+1 qui donneront 1 puis pour obtenir le prochain terme on additionne les deux précédents qui sont 1 et 1, on obtient donc 1+1=2 de la suite sera donc 0,1, 2, etc... Nous allons à présent impliquer le principe de cette suite aux paris sportifs. De même que pour la martingale cette technique est utilisée dans l'intérêt du parieur pour gagner de l'argent. Cette technique ne s'utilise uniquement qu'avec une cote qui ne change pas. Et de préférence avec une cote élevée supérieure à 2.6. On commence d'abord par énumérer la suite de Fuibonacci commencent par 0 et 1 : On a : 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, etc... Afin d'optimiser les gains, le parieur doit se référer à cette suite, en commencent par parier le montant du premier terme de cette suite non nul soit 1 dans cette suite. Dans le cas de gain, descendre de 2 rang du tableau (excepté si le gain sont remportés alors que l'ont est seulement dans les deux première du tableau). En cas de perte le parieur doit continuer de miser jusqu'à obtentions de gain, le montant est équivalant au nombre de la suite, supérieur au montant parier aux paris précédent. En cas de perte le montant à parier est égal à la somme des montants pariés Mise Cote Gain Perte Gain cumulé Perte cumulé 1 2.6 2.6 1 2.6 1 1 2.6 2.6 1 5.2 2 2 2.6 5.2 2 10.4 4 3 2.6 7.8 3 18.2 7 5 2.6 13 5 31.2 12 8 2.6 20.8 8 52 20 13 2.6 33.8 13 85.8 33 21 2.6 54.6 21 140.4 54 Tableau représentant les pertes et gains d'un joueur utilisant les suites de Fibonacci. Le principal intérêt de cette technique, selon moi, est qu'avec cette technique, les mises à mettre en jeu montent beaucoup moins vite qu'avec une martingale. Ce qui évite d'exploser rapidement son budget. Martingale Une martingale est une technique permet tout en respectant les règle d'augmenter ces chances de gagner à un jeu dit de « hasard ». La martingale permet à long terme de faire en sorte que les chances de gagner sont supérieur à celle de perdre. Mais cette technique est bien connu est fut très utiliser dans les casinos et autre jeux de hasard c'est pourquoi aujourd'hui de nombreuse règle empêche l'utilisation de cette technique. Celle-ci ne marche uniquement qu'avec une cote supérieure ou égale à 2, le principe est simple : miser une somme de départ, en cas de gain, remiser cette somme. En cas de perte miser le double de cette somme et ainsi de suite jusqu'à obtention de gain puis après avoir gagné repartir de la somme de départ. Mise Cote Gain Perte Gain cumulé Perte cumulé 1 2 2 1 2 1 2 2 4 2 6 3 4 2 8 4 14 7 8 2 16 8 30 13 16 2 32 16 62 29 32 2 64 32 126 61 64 2 128 64 254 125 128 2 256 128 510 253 Tableau représentant les gains et pertes d'un joueur utilisant la technique de la Martingale. A présent comparons les deux technique a travers un tableau comparant les deux technique. Numéro du pari N°1 N°2 N°3 N°4 N°5 N°6 Mise Martingale 1 2 4 8 16 32 Fibonacci 1 1 2 3 5 8 Gain Martingale 3*1=3 2*3=6 4*3=12 8*3=24 16*3=48 32*3=96 Fibonacci 1*3=3 1*3=3 2*3=6 3*3=9 5*3=15 8*3=24 perte Martingale 1 2 4 8 16 32 Fibonacci 1 1 2 3 5 8 Gain cumulé Martingale 3 9 21 45 93 189 Fibonacci 3 6 12 21 36 60 Perte cumulé Martingale 1 3 7 13 29 61 Fibonacci 1 2 4 7 12 20 Tableau comparent la martingale et la suite de fibonacci, on suppose une cote fixe de 3. Cette technique est beaucoup plus simple que le suite de fibonacci est peut rapporter gros si les chances de victoires sont de 1 sur 2 mais l'inconvénient est que si l'on veut obtenir beaucoup on peut exploser son capital en très peu de temps. On note que même en commencant la martingale par 1 les mises augmentent très rapidement : 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256, etc... alors que la pour la suite de fibonacci on constate que cela augmente bien moins vite par conséquent les pertes sont moindres de même pour les gains si la côte n'est pas assez relevés. (rappel de la suite de fibonacci en partant de 1 et 2 : 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, etc...) II- Cependant, des rentrées fiscales non négligeables due aux paris sportifs, permettent à la fois de satisfaire de nombreux joueurs qui en font leurs principales sources de revenues et à la fois l'Etat. A) Certain joueurs en font leurs principales source de revenues En effet, certains joueurs arrivent à faire du paris sportif leur principale source de revenus. On les appelle les joueurs professionnels. Nous pouvons prendre l'exemple de Billy Walters qui, à ce jour, est considéré comme le meilleur parieur du monde. Attardons nous donc alors sur son cas. Au debut, celui-ci était un joueur addict qui s'est souvent retrouvé jusqu'à perdre tout ce qu'il possedait pour miser. A partir de 30 ans, il a décidé de s'y mettre serieuseument. C'est au début des années 80 que sa carrière va s'envoler. Il va alors devenir un véritable businessman. En effet, à cette époque, un groupe de parieurs appelé « Computer Group », se réunit pour maximiser leur paris grâce à un logiciel mis en place et qui leurs sert à calculer les probabilités pour déterminer les issues des rencontres sur lesquelles ils parient. Billy Walters va alors rejoindre cette organisation et servir « d'intermediaire » et donner un nouveau visage à ce groupe. Son role sera de prendre des paris la où il le peut et en échange de ce service, il touchera un pourcentage sur les paris et surtout il aura accès entierement aux informations du groupe et les utilisera pour son propre compte afin de connaitre parfaitement le marché des paris et d'ainsi maximiser ses chances de profit. Computer Group, accusé d'activite illégale, fut liquidé par le FBI, et c'est à partir de ce moment la que notre parieur américain prit son envol et continua sa route en solitaire. Il s'entoure alors de génies de la statistiques et de divers mathématiciens, afin d'appliquer quelques principes des modéles mathématiques enoncés precedemment, qui lui permettent de monter un système de mise unique au monde que lui seul connait. Il estime avoir dû revoir sa stratégie pour s'adapter à l'évolution des paris sportifs environ une trentaine de fois, et son taux de paris gagnants est de 57% ; cela nous montre bien que sa stratégie est élaboré et perfectionné jusqu'au moindre détail, ce qui explique ce taux de réussite et les profits plus qu'importants qu'il engendre. Cependant, on peut penser que le facteur chance joue en sa faveur, puisque Monsieur Walters a déjà gagné 1 millions de dollars en une session de roulette et a été interdit de casino depuis. Son audace le caractérise aussi. En effet, lorsqu'il joue au golf, il parie quelquefois sur sa propre partie, et a déjà remporté 400.000 dollars en un seul trou. Ce personnage peut faire fortement penser a un trader, puisque comme ceux la, ils donnent des ordres de mises à ses « agents ». Certains parieurs professionnels considèrent même que les paris sportifs permettent de maitriser beaucoup plus d'élements que les marchés financiers, car il est bien plus simple d'obtenir des informations sur des évenements sportifs, que sur une entreprise côtée en bourse. L'une de ses innombrables stratégies connue à ce jour est de faire pression sur les bookmakers pour qu'ils fassent varier leur cotes. Pour cela, il parie des centaines de milliers de dollars sur l'équipe inverse de celle sur laquelle il veut miser, afin d'obliger les bookmakers à changer leurs cotes. Une fois la cote changée, il n'a plus qu'a miser un montant bien plus important sur l'autre équipe afin de gagner encore plus d'argent. Apparemment, cela a bien fonctionné puisqu'aujourd'hui, on estime que Billy Walters est a la tête d'une fortune d'au moins 1 milliards de dollars. Pour arriver a ce niveau de réussite, il faut bien entendu faire des etudes sur les paris sportifs. Un parieur qui espère vivre des paris sportifs doit effectuer des analyses approfondies des cotes, des statistiques, de l'environnement, de la forme des joueurs etc. Mais cela est nécessaire car cela permet de maitriser les risques et de conclure des pronostiques fiables. Mais surtout, le plus important pour un parieur professionnel, c'est de savoir gérer son capital et ses mises. La plupart des professionnels recommandent de ne jamais parier plus de 20% de son capital afin d'optimiser la gestion de son porte-monnaie. On peut considéré un parieur comme professionnel à partir d'un gain annuel d'au moins 1000 euros nets. Nous sommes bien loin des 15 millions de dollars nets annuels que gagne notre parieur sportif Billy Walters.La vie de parieur professionnel possède des avantages ainsi que des inconvénients. Ce n'est pas une vie de « rêve » comme la plupart des gens le pense, puisqu'ils passent entre 10h et 15h de son temps à récolter des informations en une journée. Nous sommes bien au dela des 7h quotidienne de travail qu'une personne effectue en moyenne en France. En plus de cela, son taux d'activité varie en fonctions des évenements sportifs, tels que Les Jeux Olympiques, ou bien la Coupe du Monde de Football... Certains vont même jusqu'à diminuer leur temps de sommeil afin d'optimiser leur profit par le travail supplémentaire que leur procure ses évènement. Un bon nombre de professionnels créent des sites internet dans le but d'aiguiller les débutants par le biais de conseils et de règles fondamentales. Cela leur permet également une rentrée d'argent supplémentaire.Les parieurs professionnels ainsi que les entreprises de paris sportifs sont les deux grands gagnants dans cette histoire, au détriment des parieurs pathologiques due aux paris sportifs. B) Des rentrées fiscales qu'il serait plus que dommage de se privé dans le contexte economique actuel. Depuis 2007, le monde entier est touché par une crise financière sans précédent. En effet, des prêts à taux variables hypothécaires (prêt accordé à un créancier pour un bien de type immobilier) appelé « subprimes » sont octroyés à la classe moyenne américaine qui ne peut devenir propriétaire d'un bien immobilier sans l'aide de ces prêts. Les banques, en pensant assurer le remboursement des crédits qu'ils accordent, font hypothéquer le bien immobilier des créanciers qui sont dans l'incapacité de payer leur crédit. Par cette démarche, ils pensent pouvoir « assurer leur arrières » mais c'était sans prendre en compte les prix de l'immobilier qui vont flancher. Ainsi, des milliers de ménages se retrouvent dans l'incapacité de rembourser leur prêt et les banques ayant usé et abusé de ce type de prêt se retrouvent alors dans une situation financière critique. La titrisation de ces créances douteuses en « titres » ou produits d'investissement dit « toxique »  va créer un climat de méfiance entre les banques, ce qui va freiner les investissements et par conséquent la croissance. C'est de là qu'a débuté la crise économique que nous connaissons aujourd'hui. Bien évidemment, cette crise étant d'envergure internationale, la France, pilier de l'économie mondiale, est également touchée par celle-ci. La France, en état de crise, fait donc tout son possible afin de pouvoir faire rentrer le maximum de fonds possible, pour régler le problème de la dette public engendré par cette crise économique. C'est de là que l'émergence du marché des paris sportifs, qui prend de plus en plus d'ampleur durant ces dernières années, sonne comme une aubaine pour l'Etat qui voit en eux un fort « potentiel ». En effet, le secteur des paris en ligne a permis de générer près de 1.4 milliard d'euros de recette fiscale depuis 2010, avec près de 325 millions (hors TVA) juste en 2012. La libéralisation du marché des paris et de jeux de hasard en ligne qui s'est opéré le 8 Juin 2010 a donné un véritable « coup de pouce » aux rentrées fiscales du Trésor Public, puisqu'elle a permis une ouverture maitrisée à la concurrence. En plus de lutter contre les sites illégaux, cette loi a permis aux « géants » des paris en ligne tel que le PMU ou la Française des Jeux de perdre leur monopole malgré le fait qu'il garde leur suprématie sur le secteur. C'est donc grâce à l'apparition de nouveaux concurrents sur ce marché que l'Etat a pu prélever plus de fonds dans les diverses sociétés et donc permettre des rentrées fiscales importante. Il est très important de souligner que dans le secteur des jeux en ligne, seul les paris sportifs adoptent « une bonne tenue » avec une progression fulgurante de 20% d'augmentation de mise. L'augmentation des rentrées d'impôts liées à la bonne tenue des paris sportifs (+5,7 % des mises) ne compensera pas une poursuite de la chute du poker en ligne. D'un autre côté, des associations et même l'Etat lui-même indique que les paris sportifs sont parfois dangereux car ils peuvent engendrer des dépenses ou encore la ruine. Mais, celui- ci ne se fait pas prier et de par le fait qu'il ne fait aucune réelle action contre celles-ci et qu'il les taxes sans scrupules, l'état de la même façon qu'il fait pour les cigarettes nous montre qu'il souhaite en réalité que ces entreprises gagnent de plus en plus d'argent sur le dos des parieurs notamment des parieurs dits compulsifs pour pouvoir lui-même gagner un montant toujours plus conséquent. De ce fait on peut donc dire que malgré les problèmes que les paris sportifs engendrent l'état dans son contexte économique de crise souhaite d'abord s'occuper de son argent plutôt que de sa population en détresse. Il n'y a donc sur ce point qu'un faible intérêt pour la collectivité de maintenir ces paris sportifs vu qu'ils servent uniquement à l'état qu'à gagner toujours plus d'argent pour «  relancer son activité économique ». Il y a donc un intérêt considérable pour l'Etat à ce que l'activité des paris sportifs prospère, afin que des rentrées fiscales non négligeables parviennent aux caisses de l'Etat. Par contre, en ce qui concerne le bien être de la collectivité, celle-ci est contestable ! Elle a porté préjudice à plusieurs personnes, notamment aux parieurs dits pathologique, et est donc néfaste dans sa globalité L'état taxe à hauteur de 50% la PBJ () des paris sportifs. Autant dire que le secteur des paris sportifs se porte plus que bien et est bénéfique pour l'Etat. Le cas des entreprises de paris sportifs peut nous permettre de remettre en cause l'un des postulats de l'analyse libérale, « la main invisible ». Cette notion mis en place par l'économiste néoclassique britannique Adam Smith cherche à démontrer l'efficacité des mécanismes du marché concurrentiel et notamment comment celui-ci permet de satisfaire le plus grand nombre. En effet, pour les libéraux, la somme des intérêts personnels est égale au contentement de l'intérêt général. Il faut donc que chaque entreprise adapte un comportement « égoïste »  CONCLUSION : Les entreprises de paris sportifs s'arment de multiples stratagèmes afin de faire du profit. En effet, l'utilisation de côtes alléchantes, de publicité, sur tous les supports possibles (Ex : Internet, les applications sur smartphone) contribuent à la réussite de ces entreprises. Ces stratagèmes, rendus possible par une stratégie marketing efficace, confèrent au marché des paris sportifs un attrait non négligeable. La dépendance à ces jeux est donc « favorisé » par les combines entreprit par les sociétés de paris sportifs. Les joueurs dit « pathologique » souffrent donc de l'essor du marché des paris sportifs. Néanmoins, l'argent que rapportent celles-ci à l'état n'est pas négligeable surtout en tant de crise c'est pourquoi l'état ne peut se permettre de les interdire. De là, il peut tout de même les réglementer, pour dans un premier temps limiter les pertes et les ruines qu'elles causent puis en second lieu pour gagner une partie non négligeable de l'argent qu'elles fournissaient auparavant. Nous dirons donc au final que les paris sportifs ont un intérêt secondaire pour la société pour l'argent qu'ils rapportent mais aussi pour la joie qu'il peut procurer au parieur. A l'inverse ils peuvent devenir dangereux voir néfastes pour le parieur car ils peuvent créer une dépendance ce qui peut engendrer de grosses pertes où même encore la ruine. Ces entreprises arrivent à faire d'énormes profits, au détriment des parieurs Qu'elles mènent à la ruine et parfois même au suicide Les paris sportifs, une activité certes lucrative pour les sociétés qui les organisent, mais provoque des situations financières dramatiques pour les joueurs dits pathologique. A- Les entreprises de paris sportifs ont une logique de profit. B- Une stratégie marketing qui favorise la dépendance. L'intervention de l'Etat est-elle envisageable pour encadrer les paris sportifs ? A-Des rentrées fiscales non négligeables surtout dans le contexte actuel. B- Pour certains joueurs, ce sont leurs principales sources de revenu professionnel. Lexique Pari sportif : Procédé consistant à miser de l'argent sur une rencontre sportive. On dénombre aujourd'hui une multitude de paris différents, le plus simple étant de parier sur la victoire d'une équipe ou d'un joueur. Gain : Argent que l'on gagne à l'issue d'une victoire d'un pari. Addiction : Conduite basée sur une envie irrépressible que l'on ne peut, même avec de la volonté, réprimée. Stratégie marketing : Une stratégie marketing est une démarche mise en place par un, plusieurs individu, ou encore une entreprise dans un but de profit visant à augmenter le chiffre d'affaire de ceux-ci. PMU : « Pari mutuel urbain », le PMU est une des principales entreprises de paris sportif. Bonus de bienvenue : Argent offert par une entreprise pour l'inscription à une société de pari sportif pour inciter des individus à commencer et même s'engager dans le procédé de pari sportif. L'INPES : « Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé », L'INPES, comme son nom l'indique, est un institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Bookmaker : Un bookmaker est une personne morale (virtuelle) ou physique permettant de parier de l'argent sur des évènements, le plus souvent sportifs. En effet, c'est lui qui crée et met en place les cotes des paris sportifs. Cote : La cote d'un pari permet de savoir quel serait le gain en cas de victoire. Celle-ci est calculée et proposée par les bookmakers en fonction de leurs estimations de chances de victoire ou de nul entre deux équipes ou deux joueurs. Bien que la cote et les gains soient les mêmes, la cote du pari peut être exprimée selon trois notations différentes : européenne, anglaise ou américaine. Rentrées fiscales : Les rentrées fiscales sont des prélèvements, des impôts effectués par l'état sur des revenus. Subprimes : Le terme « subprime » s'est fait connaitre en français à la suite de la crise des subprimes aux États-Unis, qui a déclenché la crise financière de 2007 à 2011. ARJEL : « Autorité de régulation des jeux en ligne », comme son nom l'indique, l'ARJEL est une autorité crée par l'état pour réguler les jeux d'argent en ligne. Parieur compulsif : Parieur ayant une addiction pour les paris, qui ne peut s'arrêter de parier. Parieur professionnel : Parieur faisant des gains de ses paris sa principale source de revenu ou néanmoins une rentrée d'argent non négligeable pour celui-ci. Parieur lambda : Parieur considéré comme banal, ordinaire. La plupart des parieurs sont dits « lambda »

Liens utiles

tpe