Devoir de Philosophie

CONTRAT SOCIAL (Du) ou Principes du droit politique. (résumé & analyse)

Extrait du document

droit

Le contrat social, précisément parce qu’il est absolu, sans conditions ni réserves de la part des individus, n’est jamais une source de privilèges et d’injustices, puisqu’il constitue un corps politique unitaire qui ne peut vouloir nuire à lui-même en nuisant à ses propres membres. Ce corps politique est souverain : son unique expression, c’est la « volonté générale », qu’il ne faut pas confondre avec la « volonté de tous ». Tandis que la première accomplit, par la création des lois, le bien commun du corps social, s’identifiant ainsi, par l’universalité de la volonté morale intime, à la conscience de chacun, la seconde n’est que la somme des volontés individuelles poussées par de simples intérêts particuliers, inspirées par des inclinations et des passions. La souveraineté, étant exprimée par la volonté générale, est, comme celle-ci, indivisible, inaliénable, et réside essentiellement dans tous les membres du corps politique ; elle agit en pro-mulgant des lois qui ne se rapportent qu’à des objets d’utilité commune, sans quoi elles perdraient leur validité. Les lois ne pouvant avoir qu’un caractère général, le pouvoir souverain doit avoir, un organe exécutif, le gouvernement, qui s’occupe à les appliquer aux cas particuliers. Mais cet organe ne devra pas se substituer à la loi : il est appelé à exécuter et non à modifier ; son rôle consiste à veiller sur la liberté civile

 

et politique dont la loi même est l’expression. Le gouvernement, ou pouvoir exécutif, 

Liens utiles