Devoir de Philosophie

DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN, 26 août 1789. (résumé et analyse)

Extrait du document

DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN, 26 août 1789.

 

Il n’existe pas une, mais des Déclarations des droits de l’homme et du citoyen. Nous envisagerons principalement celle de 1789, matrice de toutes les autres. Mais la comparaison avec les versions postérieures est évidemment des plus instructives.

 

Ces Déclarations sont-elles des textes philosophiques? Dans leur visée, sûrement pas, car celle-ci n’est pas théorique mais pratique, voire historique. Dans leur démarche non plus: les droits et devoirs qu’elles présentent — sous forme d’articles successifs — ne sont pas fondés en raison; on se contente de les énoncer. La solennité qui entoure le texte ne remplace pas les analyses discursives. On peut même dire que la rédaction des Déclarations témoigne de 1 ’urgence politique qui présida à leur naissance. Mais dans leur souci d’articuler «le but de toute institution politique» autour d’un discours sur la nature de l’homme, elles témoignent d’un souci apparenté à la philosophie. Enfin, elles se nourrissent directement d’une tradition philosophique classique, consciemment revendiquée par leurs auteurs, même si les philosophes (Locke, Voltaire, Rousseau) ne sont pas mentionnes.

 

Une Déclaration des droits de l'homme et du citoyen n’est pas un acte par lequel ces droits sont institués. Ceux qui les énoncent et les codifient ne prétendent que les «exposer», les rappeler, les publier, afin de garantir l’humanité future contre leur oubli. Ces droits étant naturels, ils sont aussi vieux que

Liens utiles