Devoir de Philosophie

TPE SUR LE DESPOTISME ÉCLAIRÉ

Extrait du document

Le despotisme éclairé est un phénomène qui concerne principalement les pays de l’Europe orientale. Ainsi , au XVIIIe siècle , plusieurs États européens de l'est ont à leur têtes un despote éclairé : Catherine II, impératrice de Russie s’est distinguée par sa réforme de l’administration. Frédéric II , roi de Prusse entreprit une réorganisation de ses États en les dotant d’une administration moderne. Il incarne le modèle du despote éclairé. Il affirme être le premier serviteur de l'État et est entièrement dévoué à sa fonction. Cela se traduit notamment par son omniprésence et son omnipotence dans tous les domaines qui concernent son royaume. Il véhicule également l’idée que le roi est « un homme comme un autre « marquant ainsi une rupture avec l’origine sacrée du pouvoir des monarques.Joseph II , archiduc d’Autriche abolit le servage et pratiqua une politique de contrôle à l’égard de l'Église. Il n’est pas étonnant de voir que des philosophes de l’époque ont rencontré et parfois même conseillé les despotes éclairés. Le despotisme éclairé aboutit à des réformes qui sont synonymes de progrès. Les réformes concernent les principaux domaines de la société tels que l’agriculture , l’économie , l’industrie , la religion et l’ organisation de l'État . Plusieurs despotes éclairés s'inspirent de la philosophie des Lumières et ont appliqué de nouvelles réformes tel que Joseph II , archiduc d’Autriche qui décide d’établir la « tolérance civile « qui stipule que chacun est libre de choisir sa religion. Ainsi , il réforme l'Église en réduisant son champs d’action et décrétant la fermeture des couvents.

« censure. Les articles ou dessins censurés étaient alors remplacés par des « blancs ». La censure disparaît officiellement lors de la promulgation de la « Loi sur laliberté » de la presse du 29 juillet 1881. Cette loi confie au système judiciaire l'essentiel du contrôle des informations publiées en France. Ce contrôle s'effectue aprèsdiffusion ce qui limite les abus de pouvoirs. Toutefois, la censure théâtrale subsiste jusqu'en 1906. La censure n'a jamais été officiellement rétablie en France, sauf entemps de guerre, notamment lors des deux guerres mondiales, avec le retour des « blancs » dans les pages. Sous le régime de Vichy, on alla plus loin et la censuredevint préventive. Ainsi les directeurs de journaux recevaient de l'autorité compétente des consignes sur les informations à mettre en évidence en première page, àéliminer, ou à réduire à l'état d'entrefilets dans les pages les moins lues (Le Canard enchaîné à ses débuts dut se débattre contre la censure en adoptant son tonironique pour la détourner, de nombreux articles, même anodins, étant censurés).II/La relation entre les Despotes Éclairés & les philosophes des Lumières 1- Qui sont les despotes éclairés. Le mot despote vient du grec despotis qui signifie maître. Le despotisme est la forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté est exercée par une autoritéunique,ce qui fait qu'il n'y a qu'une personne ou un petit groupe restreint qui dispose d'un pouvoir absolu. Le despotisme implique souvent un pouvoir autoritaire,arbitraire, oppressif, tyrannique, sur tous ceux qui lui sont soumis. Le despotisme est l'une des trois formes de gouvernement (avec la république et la monarchie) queMontesquieu distingue dans L'esprit des lois. Pour lui, le despotisme, qui est le mal absolu, est le pouvoir d'un seul homme, sans règle, si ce n'est celle de son bonplaisir, pouvoir fondé sur la crainte. Le philosophe en déduit la nécessité de la séparation des pouvoirs afin d'éviter le despotisme et de préserver la liberté. Al'inverse,le despotisme éclairé est une doctrine politique selon laquelle le souverain doit gouverner avec la raison et non le caprice personnel. Il traduit une volonté demoderniser l'État et de renforcer l'autorité des souverains. Le despotisme éclairé correspond à un mode de gouvernement par lequel le souverain tente d'asseoir sonautorité tout en s'efforçant d'intégrer les principes philosophiques « des Lumières » dont les notions clefs sont la tolérance , la raison ,le progrès. Ainsi, il n'est pasétonnant de voir que des philosophes de l'époque ont rencontré et parfois même conseillé les despotes éclairés. Le despotisme éclairé est un phénomène qui concerneprincipalement les pays de l'Europe orientale. Ainsi , au XVIIIe siècle , plusieurs États européens de l'est ont à leur tête un despote éclairé tel que Catherine IIimpératrice de Russie qui s'est distinguée par sa réforme de l'administration, Frédéric II roi de Prusse et Joseph II archiduc d'Autriche qui abolit le servage et pratiquaune politique de contrôle à l'égard de l'Église. Le despotisme éclairé est une forme de gouvernement imaginée pour une monarchie constitutionnelle ; il s'agit doncd'un gouvernement idéal illustrant une utopie. On doit à Diderot la formule paradoxale de " despotisme éclairé ". Les philosophes désignent ainsi l'idéal politique d'unroi fort qui utiliserait son pouvoir pour instituer des réformes rationnelles. De tels monarques seraient sensibles aux idées phares des Lumières - raison, loi naturelle,bonheur, progrès et liberté - et s'en inspireraient. Catherine de Russie, Frédéric le Grand (Prusse) et Joseph II (Autriche) embrassent ces idées. Ils initient desréformes visant à améliorer l'éducation, le commerce et les échanges. Chacun d'eux se trouve alors à la tête d'un État en retard de développement sur les payseuropéens et doit réagir vite et sensément pour le remettre à niveau. En ce sens, leurs actions politiques sont motivées par des idéaux économiques autant quephilosophiques. Le despotisme éclairé prit fin à partir de 1789, lorsque les souverains constatèrent les excès de la Révolution française qu'ils attribuèrent à l'espritphilosophique des Lumières. Ici présente Catherine II de Russie. 2-Les liens qu'ils entretenaient entre eux . Les Lumières françaises reportent leurs espoirs sur des souverains qu'ils espèrent convertir à leurs idées: c'est le début du «despotisme éclairé»Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, plusieurs souverains européens, tout en conservant le pouvoir absolu, se sont inspirés des principes de la raison et desthéories politiques des philosophes des "Lumières". Certains rois ont même fait appel à eux comme conseillers. Ce fut, par exemple, le cas de Frédéric II, roi dePrusse, avec Voltaire et de Catherine II de Russie avec Diderot. Cependant les philosophes perdirent vite leurs illusions, voyant qu'il ne s'agissait que de raison d'État,de cynisme et d'autoritarisme. C'est la société toute entière qu'il fallait convaincre et pas seulement le prince.Les principaux despotes éclairés ont ainsi entretenu une correspondance suivie avec les philosophes des Lumières, et certains d'entre eux les ont même soutenufinancièrement. On trouve parmi eux : Charles III d'Espagne, Marie-Thérèse et Joseph II d'Autriche, Frédéric II de Prusse, Catherine II de Russie, Gustave III deSuède. Voltaire en parle dans son livre Candide avec le passage de l'El Dorado. Mais les philosophes qui croyaient jouer un rôle positif en conseillant les princes,comme Voltaire auprès de Frédéric II et Diderot auprès de Catherine II, perdirent vite leurs illusions. Ce qu'ils avaient pris pour l'avènement de la raison et de l'Étatrationnel était en réalité celui de la raison d'État, cynique et autoritaire. L'impasse découle d'une insurmontable contradiction: vouloir imposer le progrès d'en haut,c'est s'exposer à l'autoritarisme. Il faut convaincre la société entière et pas seulement le prince. Le despotisme éclairé est en opposition contradictoire avec la libertépolitique. « Votre majesté me dira que je ne pense pas assez en philosophe, et que la paix est le plus grand des biens. Personne n'est plus convaincu que moi de cette vérité;mais permettez-moi de désirer très fortement que cette paix soit signée de votre main dans Constantinople. Je suis persuadé que si vous gagnez une bataille un peuhonnête en deçà ou en delà du Danube, vos troupes pourront marcher droit à la capitale.»Cet extrait de texte est tirée d'une lettre de Voltaire envoyée le 20 juillet.. On peut clairement voir que dans cette lettre Voltaire propose à Catherine II de faire la paix. 3- Les avantages qu'en tiraient les deux partis. Le despotisme éclairé est un phénomène qui concerne principalement les pays de l'Europe orientale. Ainsi , au XVIIIe siècle , plusieurs États européens de l'est ont àleur têtes un despote éclairé : Catherine II, impératrice de Russie s'est distinguée par sa réforme de l'administration. Frédéric II , roi de Prusse entreprit uneréorganisation de ses États en les dotant d'une administration moderne. Il incarne le modèle du despote éclairé. Il affirme être le premier serviteur de l'État et estentièrement dévoué à sa fonction. Cela se traduit notamment par son omniprésence et son omnipotence dans tous les domaines qui concernent son royaume. Ilvéhicule également l'idée que le roi est « un homme comme un autre » marquant ainsi une rupture avec l'origine sacrée du pouvoir des monarques.Joseph II , archiducd'Autriche abolit le servage et pratiqua une politique de contrôle à l'égard de l'Église. Il n'est pas étonnant de voir que des philosophes de l'époque ont rencontré etparfois même conseillé les despotes éclairés. Le despotisme éclairé aboutit à des réformes qui sont synonymes de progrès. Les réformes concernent les principauxdomaines de la société tels que l'agriculture , l'économie , l'industrie , la religion et l' organisation de l'État . Plusieurs despotes éclairés s'inspirent de la philosophiedes Lumières et ont appliqué de nouvelles réformes tel que Joseph II , archiduc d'Autriche qui décide d'établir la « tolérance civile » qui stipule que chacun est librede choisir sa religion. Ainsi , il réforme l'Église en réduisant son champs d'action et décrétant la fermeture des couvents. On parle alors de « Joséphisme ». Cesréformes ont pour but d'améliorer le bien-être de la population et vont dans l'intérêt de l'État . Considérant que les masses populaires ne sont pas assez éduquées pourque « le progrès pût partir d'en bas », le souverain assure la mise en œuvre de ces réformes par le biais d'une autorité forte. Bien que le souverain prétende agir dansl'intérêt de sa population , celle-ci n'a aucun moyen d'exercer un quelconque contrôle sur le despote. Le despotisme éclairé donne lieu à une interaction entre lesphilosophes et les souverains qui exercent le pouvoir dans leur pays respectifs. En conséquence , les philosophes voient l'esprit des lumières diffusé à travers denouvelles réformes et les souverains parviennent à rationaliser l'État et les origines de leur pouvoir. Cependant, des nuances doivent être apportées. En effet ,certainespratiques qui découlent du despotisme éclairé entrent en contradiction avec l'esprit des lumières. Par exemple , Catherine II via sa réforme de l'agriculture étend leservage. Ces contradictions sont telles que Voltaire reviendra « déçu » de son voyage en Prusse Nous pouvons citer quelques dates importantes concernant lesdifférents despotes éclairés :1740 : Avènement de Frédéric II de Prusse.1752 : Avènement de Catherine II de Russie.1781 Édit de tolérance proclamé par Joseph II.En conclusion nous pouvons dire que les philosophes étaient des penseurs se basant surtout sur la raison. Ils voulaient faire passer leurs idées afin « d'éclairer » lepeuple. Cependant ces génies du XVIII étaient contraints de respecter certaines règles pour ne pas subir de représailles. De plus, la censure les empêchait tout autantde faire part de la plupart de leurs idées. Les philosophes profitèrent donc pour travailler avec des despotes. Ainsi ils pouvaient faire passer leurs idées librement ,despotes éclairés profitant aussi des avantages se présentant. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles