Devoir de Philosophie

COMMENTAIRE sur le journal de la coloniasation du Soudan, Emille dussaulx

Extrait du document

Commentaire sur le journal d’Émile dussaulx au soudan La colonisation c'est incontestablement des histoires de crimes, de meurtres de masse, d'amputations, des histoires de viols, de confiscations de territoires, de pillages de ressources, de travail forcé. Ce n'est pas une mise en contact de civilisations et de cultures. Ce n'est pas une relation entre des communautés humaines, ce n'est pas un moment de rencontre. Disait aimé cesaire pour démontrer la cruauté utiliser par les colons français, belges, anglais… Si l’on peut définir la colonisation comme la soumission d’un peuple par un autre soit par la force ou la Pacification, aujourd’hui l’histoire du monde coloniale nous laisse moins de détaille sur les déroulement de la colonisation, il nous décrit tout simplement les prouesse des colons c’est a dire les grand gagnants, la plupart d’auteur ayant travaillé sur la question ne nous parle pas cette situation, la raison la plus invoqué est l’absence des sources historique originaux, c’est dans ce contexte que nous exploiterons en commentaire un extrait du journal d’Émile dussaulx, une histoire assez passionnante et qui nous livre une idée originale, pour ce commentaire, il sera important de tenter de répondre à la question de savoir quelle idée nouvelle du déroulement de la colonisation cet extrait du texte d’Émile dussaulx nous offrent? Dans un premier temps il sera préjudiciable d’invoquer l’importance de ce journal, avec sa rareté et son importance Dans un second faire une description analytique des évenements avec (A)une mis en place progressive et (b) des abus coercitive utiles Enfin, effectuer une mis en relief avec le contexte historique de l’ensemble de l’Afrique de l’ouest avec un haut fleuve et une évolution vers un premier établissement des indépendants d’Afrique de l’ouest Souvent ces atrocités ne sont pas documenté, ici Émile dussaulx nous délivre un rapport de ce qui pouvais représenter une présence coloniale En premier lieu, il faut voir cet œuvre comme outil de premier destiné pour un autre but moins scientifique I. Le journal d’Émile dussaulx : œuvre de premier main A) La rareté de cet œuvre Il n’as jamais eu besoin de le publié parce qu’il s’agit des correspondances qu’il échange avec sa famille sur une situation vécu quotidiennement c’est pourquoi il donne beaucoup des détaille, l’œuvre qui est titré journal d’Émile dussaulx une cohérence successives des éventements décrites par Émile dussaulx montre un aperçu scientifique de ce qui se passe dans le monde coloniale vers ces année de rédaction de son journal Rien de tel avec le journal de Dussaulx. Nous avons ici affaire à un militaire anonyme écrivant à sa famille restée au pays: c'est peut-être la qualité première de ce journal que d'être celui d'un inconnu et de s'écrire au présent, sans la moindre idée de publication. Le document est original à plus d'un titre, par la jeunesse de l&a...

« Le document est original à plus d'un titre, par la jeunesse de l'auteur, sa liberté de ton, la proximité affective des destinataires. Plus que d'un journal-miroir, il s'agit d'un journal chronique tenu avec une étonnante régularité: B. l’importance de l’ouvrage Tout laisse à penser que ces copies sont extrêmement scrupuleuses: dans les versions recopiées, Maria, principale scribe, n'omet jamais de transmettre les passages qui la concernent personnellement, et va jusqu'à reproduire la signature de son frère au bas des copies adressées au cousin. On a, pour l'entrée du 5 mai 1894, deux versions d'une lettre écrite en deux exemplaires par Émile: celle adressée directement à Auguste, et celle adressée à sa famille, pratiquement dans les mêmes termes que la précédente, recopiée par Maria, et Qu’à cette époque, il a perdu sa mère. Le journal de Dussaulx est donc un document exceptionnel par son caractère inédit, par son ampleur, sa continuité et, paradoxalement, sa confidentialité. Ce texte nous décrit un témoignage de premier main fait par Émile dussaulx qui est affecté en tant qu’officier de l’armée coloniale Française au soudan, il s’agit d’un journal personnelle qu’il a fait sous forme de lettre puis l’expédie à sa famille. Il décrit l’ensemble de la mis en place des structures administrative coloniales, il décrit les événements jour après jour avec spontanéité aux siens sans souci de publication, ce journal est une vrai compréhension de la mis en place de la colonisation en Afrique De l’Ouest Dans cette partie suivante, nous tenterons de décrire l’ensemble des événements tout en les analysant II. description Analytique des événements A) La mis en place progressive d’une conquête avant une installation administrative En 1788-1790, le nombre d'esclaves, plus de 780 000, représentent près de 90 % de la population dans l’ouest africain En mars 1888, le futur Soudan Français est relié à l’Atlantique et à la fin de l’année, il constitue un « […] “ immense parallélogramme” […] d’environ 300 000 km 2 […] » 1 . Le décret du 18 août 1890 transforme le Haut-Fleuve en territoire militaire du Soudan français et celui du 27/08/1892 en fait une colonie pleine et autonome. Archinard, devenu entre- temps commandant supérieur, a relancé la guerre contre Ahmadou et Samory. Fin 1893, la domination française s’étend sur 500 000 km 2 . Face à cette extension territoriale massive, nombre de contemporains, souvent des opposants politiques, pourfendent la militarisation à outrance et les brutalités de la conquête. Les colonnes expéditionnaires du Soudan auraient-elles « dérapé » ? Plusieurs « affaires » 1 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles