Devoir de Philosophie

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) - Histoire

Extrait du document

histoire

Alors que le 15 août 1944, PATTON délivre Orléans, le même jour est déclenchée sur les côtes de Provence l'opération « Anvil « qui jette entre le Lavandou et St-Raphaël la 7e Armée franco-américaine, au total huit grandes unités que viendront bientôt renforcer trois autres. Face à cet assaut, la Wehrmacht ne peut mettre en ligne que 8 Divisions (19e Armée) déployées des Pyrénées à la frontière italienne. Dès le 30 aout, la lutte se terminait sur la côte avec la délivrance de Toulon, Marseille, Cannes et Nice. La 7e Armée remonte alors la vallée du Rhône et les Alpes libérant le territoire jusqu'à Dijon (11 septembre) en liaison avec la 3e Armée américaine à partir de Châtillon-sur-Seine (12).

« daiscs aux ordres de MANNERHEIM vont atlronter victorieusement le choc de 27 D.l. soviétiques commandées par Timochenko et appuyées de 3 000 chars et de 2 500 avions. La campagne comporte trois périodes : du 30 noveinbre au 31 déceinbre 1939, les Russes Inultiplient en vain leurs attaques sur les trois principaux secteurs du front; - du 1•• janvier au 1• • février 1940, règne une certaine accalinie donnant à la lutte l'allure d'une guerre d'usure; - du 2 fé­ vrier au 12 Inars, Moscou, renforçant de 18 nouvelles divisions le front de Carélie, engage une offensive générale qui emporte déflnitiveinent l'héroïque résistance finlan­ daise. Le projet d'intervention d'un corps expéditionnaire franco-britannique resta sans suite en raison du refus de la Norvège et de la Suède d'en autoriser le transit par leurs terri toi res. Danemark et Norvège (9 avril-7 juin 1940) Sans moyens pour faire assurer le respect de sa neutralité par les arines, la Norvège ne tarde pas à attirer la convoitise de l'Alle­ magne qui désire en effet conserver vers le Reich le libre parcours de la « Route du Fer » , ce dernier en provenance de Kiruna et de Gellivare par Narvik. Le 7 avril, Lon­ dres et Paris adressent à Oslo une protesta­ tion contre les violations de la neutralité norvégienne par Berlin qui a fait Inouiller un barrage de Inines devant Narvik dans la nuit du 6 au 7. Déjà en cette Inêine nuit, la Kriegsmarine a déclenché une autre opération en faisant appareiller une escadre navale pour Bergen et Narvik, tandis que le 9 avril la Wehr­ Inacht envahit le Daneinark et la Norvège (opération WESERUEBUNG). Sans coup férir, le Jutland et Copen­ hague sont occupés et le Reich annonce qu'il assure désorinais « la protection arinée » du Danemark pour le garantir d'une attaque de l'Angleterre qui à son tour débarquera le 10 Inai des troupes en Islande. Moi1;1s rapide fut la conquête de la Nor­ vège en dépit de la saisie des principaux ports (Narvik, Oslo, Kristiansand, Bergen, Trondheim, etc .) et de la disparité des forces : 16 régiinents norvégiens incomplets avec 123 avions contre 8 Divisions d'élite de la Wehrmacht avec 600 avions. Du 14 au 16 avril des contingents britanniques (4 Bri­ gades), français (1 D.l.) et polonais (1 Bri­ gade) débarquent dans les régions de Nar- vik, Andalsnes et Nainsos (15 Bataillons), puis du 28 avril au 7 mai la Division légère de chasseurs du général BÉTHOUARD (9 Ba­ taillons). Mais les Alliés n'ayant pu roinpre le front allemand à Lillehammer (24 avril), le Conseil suprême franco-anglais décide le reinbarqueinent des détacheinents alliés (2 Inai). Toutefois la D.L .C . en bonne posi­ tion d'attaque enlève Narvik (28 Inai), accule à la frontière suédoise l'Alpenkorps de DieU et ne reinbarque que le 7 juin. I.a famille royale de Norvège gagne l'Angle­ terre le 10 juin, le général RuEGE ordonne de cesser le feu suivant une convention de capitulation et le Major Vidlmin QUISLING qui a pris le pouvoir à Oslo depuis le 10 avril gouverne désorinais son propre pays au nom du III• Reich. Pays-Bas, Belgique, Luxembourg et France (10 mai-25 juin 1940) Exposant dans sa conférence du 23 novem­ bre 1939 aux chefs de l'Armée et de l'Avia­ tion les Inotifs conduisant à chercher la décision à l'ouest, HITLER, dès la fln de la campagne de Pologne, fait orienter vers la France et le Benelux le dispositif d'attaque de la Wehrmacht .. En dehors de petites opé­ rations locales sur le front de la Sarre, aucune action d'envergure n'est entreprise du 3 septembre 1939 au 9 mai 1940. L'ordre de bataille allemand, à cette der­ nière date, coinporte du Nord au Sud sous les ordres de VoN BRAUCHITSCH trois Grou­ pes d'Arinées : B (VoN BocK : 18• et 6• Ar­ Inées, 2• Luftflotte), A (VoN RuNDSTEDT : 4• Pt 12• Arinées, Panzergrupp Kleist, 2• et 9• Ar­ mées, 3• Luftflotte) et C (VoN LEEB : 16•, l" et 7• Armées), au total 146 Divisions (dont 10 D.B., 4 motorisées, 1 D. C. et 1 aéroportée), 3 003 chars et 3 842 avions. Face à ce déploiement, les Alliés alignent : 8 Divisions néerlandaises, 22 belges, 11 bri­ tanniques, 94 françaises et 2 polonaises, soit 137 D.I. avec 3 142 chars (dont 60 % non endivisionnés) et 2 890 avions. Le Coininan­ dant en chef français GAMELIN a autorité sur les fronts du Nord-Est et des Alpes, le Levant et l'Afrique du Nord. Le front du N.E. (GEORGES) est articulé de Dunkerque à Huningue en trois Groupes d'Armées : le 1•• (BILLOTTE : 7• Arinée, B.E.F., 1 .. , 9• et 2• Armées), le 2• (PRETELAT : 5•, 4• et 3• Arinées, 3• D.L.C ., 1 Brigade de spahis et les 3 secteurs fortifiés de Lorraine) et le 3 • (BEssoN : 8• Arinée, 43• C.A.F. ). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles