Devoir de Philosophie

LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945) - HISTOIRE

Extrait du document

histoire

- En juillet 1943, les Anglo-américains débarquaient en Sicile. Le roi d’Italie Victor-Emmanuel III obligea Mussolini à démissionner (le 24 juillet) et l’Italie signa sa capitulation le 3 septembre 1943. La progression des Alliés, dans laquelle les troupes françaises du général Juin ont joué un rôle important, est extrêmement difficile (Rome n’est libérée que le 4 juin 1944). - Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie après deux ans de préparation. La bataille de Normandie qui suit est éprouvante et le front allemand n’est percé que fin juin 1944. Le 15 août eut lieu un deuxième débarquement en Provence. Les troupes allemandes sont contraintes à la retraite sur le sol français. Paris est libérée le 25 août 1944, et le général de Gaulle peut y installer son Gouvernement provisoire de la République française (GPRF). Malgré la contre-offensive allemande dans les Ardennes (en décembre 1944), les Allemands pénétraient en Allemagne (en mars 1945). - A l’Est, la bataille de chars de Koursk (juillet 1943) marque le début de la contre-offensive soviétique. En février 1945, les Russes pénètrent en Allemagne. En avril 1945, Berlin est assiégée ; le 30 avril, Hitler se suicide. Les 7 et 8 mai 1945, l’Allemagne signe à Reims et Berlin la capitulation sans condition. - En Asie et dans le Pacifique, à partir de 1942, l’infériorité industrielle japonaise se faisait de plus en plus sentir ; mais les soldats japonais résistèrent avec acharnement (les kamikazes). En janvier 1945, le général Mac Arthur débarque aux Philippines. L’île d’Okinawa, dans le sud de l’archipel nippon, est conquise en avril-juin 1945. Les bombes atomiques sont lancées par les Américains sur Hiroshima (le 6 août) et sur Nagasaki (le 9 août). L’empereur Hiro-Hito accepta la capitulation le 15 août en s’adressant publiquement à la nation, et celle-ci fut signée à bord du cuirassé américain Missouri en rade de Tokyo le 2 septembre 1945.

« septembre 1939 ; Dantzig est annexé. Le 3 septembre, tandis que les Etats-Unis proclament leur neutralité et que l'Italie se déclare « non belligérante », le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre au IIIème Reich. II – Les victoires –éclair des pays de l'Axe (1939-1942)1) La Blitzkrieg en Europe (1939-1940)- En quelques jours, le front polonais est enfoncé grâce à une nouvelle stratégie, la Blitzkrieg ou « guerre éclair ». Des avions démodés et l'héroïsme des cavalierspolonais ne peuvent rien contre les chars et les avions modernes de la Wehrmacht. Le 17 septembre, les Soviétiques envahissent l'est du pays : la Pologne, écrasée encinq semaines, doit capituler. Le pays est partagé entre les deux vainqueurs. Ses élites sont massacrées (officiers, nobles, enseignants) : les Allemands veulent faire dela Pologne une terre de colonisation germanique en éliminant les Slaves et surtout les Juifs, dont le regroupement et les massacres commencent dès la phase descombats ; les Soviétiques veulent éliminer les « éléments contre-révolutionnaires ». En novembre 1939, l'Armée rouge envahit la Finlande, puis les pays baltes en juin1940 et la Bessarabie (juin 1940).- A l'Ouest, Français et Britanniques attendent l'offensive allemande : c'est la « drôle de guerre ».En avril 1940, les Alliés décident de couper les importations allemandes de fer suédois qui passent par le port norvégien de Narvik. Hitler devance les plans alliés etenvahit le Danemark et la Norvège, malgré le débarquement allié dans la région de Narvik le 28 mai.Le 10 mai 1940, les troupes allemandes envahissent les Pays-Bas et la Belgique, violant ainsi leur neutralité. L'état-major allié avait prévu cette attaque, mais lesPanzers traversent les Ardennes (le 13 mai) et atteignent l'estuaire de la Somme (le 21 mai). De 7 à 8 millions de civils fuient vers le Sud en espérant échapper àl'avance allemande : c'est l'exode. Abandonnant tout leur matériel, 330 000 Britanniques et français rembarquent péniblement à Dunkerque et gagnent l'Angleterre (le3 juin). Reprenant son offensive vers le Sud, l'armée allemande occupe Paris (le 14 juin). Le 10 juin, l'Italie déclare la guerre à la France. Un nouveau gouvernement,présidé par le maréchal Pétain demande l'armistice le 17 juin : il est signé le 22 juin à Rethondes (près de Compiègne). En cinq semaines et au prix de 92 000 morts,la France a subi la plus grave défaite militaire de son histoire.- Galvanisé par son Premier ministre, Winston Churchill, le Royaume-Uni est le dernier rempart européen du monde libre face aux forces de l'Axe. Hitler envisage undébarquement dans les îles britanniques : pour écarter la Royal Navy, la Luftwaffe doit être maîtresse des airs. C'est l'enjeu de la bataille d'Angleterre : d'août àoctobre 1940, les aviateurs de la Royal Air Force (R.A.F.), guidés par les premiers radars, repoussent les attaques allemandes. Hitler doit ajourner son projetd'invasion.2) La guerre devient mondiale (1941)- Hitler est obligé d'étendre le conflit :- les Allemands tentent d'asphyxier le Royaume-Uni par la guerre sous-marine ;- Mussolini envahit la Grèce en octobre 1940 mais ses armées sont repoussées. Hitler doit l'aider : la Yougoslavie et la Grèce sont conquises en cinq semaines (avril-mai 1941) ;- fin 1940, en Afrique, les Britanniques repoussent les attaques italiennes contre l'Egypte et s'emparent de l'Afrique orientale italienne. En mars 1941, Hitler envoiel'Afrika Korps du général Rommel soutenir les Italiens en Lybie.- Hitler a décidé dès octobre 1940 d'attaquer l'URSS. Plusieurs raisons dictaient cette décision : agrandir « l'espace vital » (le Lebensraum) à l'Est, coloniser lesSlaves considérés comme des « sous-hommes », abattre le communisme, et s'emparer des richesses naturelles soviétiques. L'opération Barbarossa ne put êtredéclenchée que le 22 juin 1941.De la Finlande à la mer Noire, 5,5 millions de soldats allemands, finlandais, hongrois, roumains et italiens, 3 800 chars, 5 000 avions s'élancent en direction de l'Est.L'Armée rouge, désorganisée après les purges de 1938, est enfoncée. En septembre, Leningrad est assiégée, l'Ukraine, la Biélorussie et les pays Baltes sont conquis.La guerre est totale : les communistes sont exécutés sur place, les prisonniers parqués et laissés sans soins ni nourriture, les Juifs massacrés. Mais l'arrivée de l'hiver,les difficultés de ravitaillement et la mobilisation de la population stoppent les Allemands devant Moscou (décembre 1941). Hitler n'a pu écraser l'URSS en une seulecampagne.- Aux Etats-Unis, l'opinion publique refuse tout engagement direct. Néanmoins, grâce à la loi prêt-bail, votée en mars 1941, les Etats-Unis fournissent du matériel àtout Etat dont la sécurité est nécessaire à la leur (Royaume-Uni, URSS). En août 1941, Churchill et Roosevelt signent la Charte de l'Atlantique. Mais le présidentaméricain ne peut aller plus loin, et c'est le Japon qui précipite les choses. Le général Tojo, partisan de la guerre, devient Premier ministre en octobre 1941. Le 7décembre 1941, sans déclaration de guerre, les Japonais attaquaient la flotte américaine du Pacifique basée à Pearl Harbor. L'Allemagne déclare la guerre aux Etats-Unis (le 11 décembre) conformément à l'accord tripartite (du 27 septembre 1940).3) 1942 : l'apogée de la puissance de l'AxeEn 1942, les victoires de l'Axe se succèdent :- En Russie, Hitler reprend l'offensive au printemps 1942 vers le Caucase et les champs de pétrole de Bakou. En août, la Wehrmacht atteint la Volga à Stalingrad.- En Afrique du Nord, l'Afrika Korps parvient à 80 km du Caire.- En Asie, de décembre 1941 à mars 1942, bénéficiant de la surprise, les troupes japonaises s'emparent de tout le Sud-Est asiatique (de l'Indochine dès juillet 1941) :les Philippines, les Indes néerlandaises (Indonésie), Hong Kong, la Malaise, Singapour (qui sont britanniques). A la mi-1942, les Japonais sont aux portes des Indesbritanniques et de l'Australie.L'avenir est sombre pour les Alliés. III – La guerre totale1) L'Europe allemande- En Europe, Hitler se flattait d'établir un ordre nouveau pour mille ans. Tant que la guerre durait, des structures furent improvisées : l'Allemagne annexa desterritoires (Ouest de la Pologne, Luxembourg, Alsace, Nord de la Lorraine, Slovénie) ; d'autres territoires furent soumis à une administration allemande directe(Norvège, Hollande, Belgique, Danemark, Nord et Ouest de la France, Russie). Ailleurs, l'Allemagne utilisa l'administration indirecte, derrière la façade degouvernements vassaux ou fantoches (Slovaquie, Croatie, Serbie, Grèce) + le cas de la France dont la zone libre avec l'Etat français (le régime de Vichy) restesouverain jusqu'en novembre 1942 (invasion de la zone libre par la Wehrmacht) mais en collaborant ouvertement avec les Allemands.- Un des grands projets de Hitler a été la mise en pratique du Lebensraum, l'espace vital, en réalisant la germanisation d'une fraction de l'Europe en y établissant descolons allemands, en particulier à l'Est. Pour Hitler, il s'agissait d'achever par une victoire définitive le conflit entre Germains et Slaves remontant au Moyen Âge.Pour faire de la place, en URSS occupée, 9,5 millions de civils furent tués (dont au moins un million de Juifs soviétiques).- L'ordre nouveau se matérialise essentiellement par l'exploitation de l'Europe au profit de la machine de guerre allemande. Ce pillage a été d'autant plus nécessaireque la guerre s'éternisait : la chasse à la main-d'œuvre fut un objectif fondamental pour l'Allemagne qui avait mobilisé ses hommes sur les fronts. Par la contraintedans les pays de l'Est, par la conviction au début dans les pays de l'Ouest, 7 millions de travailleurs étrangers furent transférés en Allemagne (chiffre de 1944) et 7millions furent utilisés dans leurs pays, notamment pour construire le « mur de l'Atlantique » (par l'organisation allemande Todt) ; c'est l'instauration du STO enFrance.- L'ordre nouveau a surtout été représenté par un effroyable système répressif, la Gestapo, les SS et leurs collaborateurs locaux traquèrent les résistants. Parmi ceuxqui étaient arrêtés, beaucoup furent torturés et exécutés, mais le plus grand nombre fut déporté en Allemagne dans les camps de concentration. On estime à 6 millionsle nombre des victimes de ces camps (hors les camps d'extermination des Juifs en territoire polonais), sur 7 à 8 millions d'internés.La destruction des Juifs d'Europe à fait six millions de victimes (dont au moins 3 millions dans les camps d'extermination). Les Tziganes furent considérés aussicomme une population à éliminer en Europe centrale. Les Slaves furent victimes de la barbarie nazie : Polonais (6 millions tués, dont 3 millions de Juifs), Russes(dont 3,5 millions de prisonniers de guerre soviétiques tués).- Dans tous les Etats vassalisés, les gouvernements collaborent ouvertement avec le nouveau maître de l'Europe. Une minorité de la population, par intérêt ouconviction, accepte de collaborer dans la « croisade contre le bolchevisme ». Ils s'enrôlent alors dans l'armée allemande ou dans la Gestapo (exemple, en France, laLégion des Volontaires français contre le Bolchevisme créée en 1941, ou la division SS Charlemagne créée en 1943).- Inversement, seule une minorité de la population entra en Résistance, répondant à un réflexe patriotique contre l'occupant, mais aussi voulant lutter contre lefascisme. Les obstacles à cet engagement étaient nombreux et décourageants : le choc de la défaite et de l'occupation, les risques de la vie clandestine, souventmortels du fait de la répression, aussi bien de l'armée d'occupation que des autorités nationales.Lorsque le gouvernement était fantoche (Serbie, Grèce, Norvège) il était plus facile de savoir où était la légitimité, surtout lorsque les Résistances étaient dirigées par »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles