Devoir de Philosophie

En quoi l’évocation d’un monde éloigné dans le temps ou dans l’espace permet-elle de faire réfléchir le lecteur sur la réalité qui l’entoure ?

Publié le 01/06/2013

Extrait du document

temps
Sujet de dissertation : En quoi l'évocation d'un monde éloigné dans le temps ou dans l'espace permet-elle de faire réfléchir le lecteur sur la réalité qui l'entoure ? La relation de voyage réelle ou imaginaire soit-elle, a longtemps été le support favori des romans de fiction, et cela depuis l'antiquité avec l'Odyssée ou encore « l'âge d'or « selon Hésiode au VIIIe siècle avant J-C. L'Homme s'est donc toujours intéressé à la description de mondes idylliques et harmonieux. La découverte de l'Amérique en 1492, fait renaitre ce genre d'écrits. De nombreux auteurs se lancent alors dans cette fiction et nous emmènent dans des mondes parfaitement lointains et imaginaires. Thomas More, grand humaniste du XVIe siècle, avec son île d'Utopie, inaugure cette tradition littéraire européenne, qui va durer jusqu'au XXe siècle. Ce dépaysement séduit plus que jamais les lecteurs désireux de rêver. Mais au-delà de la rêverie, nous pouvons nous demander, en quoi l'évocation d'un monde très éloigné du nôtre, profite à l'auteur pour provoquer en nous une réflexion sur nôtre environnement social ? Pour répondre à cette question, nous verrons dans un premier temps que la description d'un monde éloigné créer chez le lecteur un sentiment de dépaysement, puis nous verrons comment se sentiment stimule une réflexion personnelle chez le lecteur, enfin nous étudierons l'efficacité de ce genre de démarche et comment peut-elle être limitée. Ecrire sur un monde lointain différent de celui que nous connaissons peut provoquer chez le lecteur un sentiment de dépaysement. Ce dernier peut avoir plusieurs modalités. Ainsi de nombreux auteurs sont portés sur le dépaysement géographique, comme « l'île des esclaves « de Marivaux ou encore  « Utopia « de Thomas More. Ces lieux sont des endroits improbables dans notre monde. Voltaire a aussi envoyé son personnage Candide à la découverte du Monde, passant par des villes saccagées par la guerre, puis vers une destination unique, qui l'Eldorado, endroit idyllique o&ugr...
temps

« D’aut res p rocédés caractér isent les écr i ts f ict i fs. L a descr ipt ion de ces mondes i n hab i t uels, est souvent fa i te pa r des personnages extér ieurs, qu i se caractér isant pa r une posi t ion pa r t icu l ière. A i nsi Cand i de découvre l a réa l i té du monde. En effet, ap rès avoi r été chassé du château, i l découv re le monde de l a guer re, ce qu i le choque. Dans Le supp lément au voyage de Bouga inv i l le , ce n’est pas D i derot qu i par le, ma is i l subst i tue à l u i un v ieux otaït ien qu i donne une nouvel le v is ion de l a colon isat ion. Le regard neuf peut être appor té pa r des étrangers, comme les persans dans les « lett res persanes » de Mon tesqu ieu, ou pa r regard d’un personnage i nexistan t comme le si r ien et le satu rn ien dans « M ic romégas » de Volta i re. Tous ces écri ts mettent en p lace des personnages dans un monde d i fférent, i nconnu et font des réf lexions sur ce qu’i ls voient. Le lecteur est a insi i nv i té à en fa i re de même. C’est donc l a découverte d’un monde nouveau et ce regard neuf qu i favor ise l’ i n t r igue. Ceci i nc i te un sent i ment d’adm i ra t ion comme dans l’E l dorado, ou un sent i ment de refus, dans l a cont re utop ie de Cyrano de Bergerac « L’aut re monde ou les états et empi res de l a L u ne ». Le monde de l’ utop ie, donne une i mage pa rfa i te d’une société, débar rassée de ces v ices. C’est donc cet état d’apa isement qu i sédu i t le lecteur et crée le p la is i r du rêve. En p l us de leu r pouvoi r à fa i re rêver le lecteur, les réci ts utop iques permettent à l’au teur de fa i re des cr i t iques d i rectes de l a société contempora ine. L a Fonta i ne mont re l a relat ion entre le compte mervei l leux et son pouvoi r mora l isateur dans « Le pouvoi r des fab les ». A i nsi, der r ière le couvert de l a fanta is ie du compte, ces réci ts débattent des sujets i mpor tan ts (pol i t ique, rel ig ieux, j u r i d ique). Certa i ns romans f ict i fs proposent une i mage i nversée de not re société. A i nsi cette i mage t rès d i f férente de ce que nous conna issons nous fa i t prend re conscience des v ices de not re société, lesquels nous para issaient j usque l à natu rels. A i nsi, Cyrano de Bergerac dans « Les états et empi res du solei l » , i nverse les rô les t rad i t ionnels de l’ Homme et de l’an i ma l, pou r dénoncer le sent i ment de supér io r i té de l’ Homme et son penchant pou r l’esclavagisme. La Perd r ix décr i t les gestes hab i tuels de l’ Homme ( les p leu res, l a p r ière), comme des fa i ts r i d icu les. Les réci ts f ict i fs permettent de mett re en évidence l a relat iv i té cul tu rel le, entre le monde i mag i na i re et le réel pou r a i nsi l u t ter cont re l ' i n to lérance et le fanat isme. A i nsi, écri re sur un monde i nconnu sert l a réf lexion ph i losoph ique, et permettent de mett re en relat ion not re société et cel le que l’on nous p ropose, pour enf i n en conclu re les d i f férences existantes entres ces deux mondes. Dans « Les cann iba les » de Mon ta igne, les not ions de sauvage et de barbare, souvent u t i l isés pou r décr i re les hab i tan ts du nouveau monde, sont redéf i n is, ce qu i i nc i te le lecteur à remett re en question les va leurs de sa société et ses prop res »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles