Devoir de Philosophie

Montrer en quoi cet extrait est un réquisitoire contre l'esclavage (CANDIDE de VOLTAIRE)

Extrait du document

esclavage

Analyse du texte

 

I. Simplicité du conte et légèreté de style

 

a. Voltaire alterne dialogue et récit dans cet extrait. Indiquez la composition de ce passaqe et montrez, en vous appuyant sur l'analyse de la première et de la dernière phrase de l'extrait, qu'il est construit comme un petit apologue indépendant du reste du conte philosophique. Ce passage est un long dialogue de vingt-six lignes (discours de l'esclave noir et réaction indignée de Candide) encadré par deux phrases de récit, à savoir l'introduction qui présente le lieu, les circonstances et les personnages, et la conclusion qui évoque les larmes finales de Candide et clôt le récit. La scène se déroule à Surinam, capitale de la Guyane hollandaise. Dès la première phrase de l’extrait, Voltaire décrit, en quelques mots d'une sobriété poignante, la situation atroce de l'esclave : il est « étendu par terre » (p. 79.1.18-19), à peine vêtu de loques, mutilé d'une main et d'une jambe, autrement dit triplement démuni. Le lecteur entre dans le vif du sujet. La dernière phrase de l’extrait (« et en pleurant, il entra dans Surinam », p. 80,1.47-48), d'une tonalité pathétique, permet à Voltaire de faire l'économie d'une morale, ici implicite. Les larmes de Candide condamnent violemment l’esclavage. Ce passage est donc construit comme un petit apologue indépendant du reste du conte philosophique puisqu’on ne parlera plus jamais de cet esclave par la suite. Cet extrait est d’ailleurs un ajout au texte initial du conte.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles