Devoir de Philosophie

Séquence 3 : séductions romanesques : Objet d'étude : Le personnage du roman du XVIIèmes à nos jours.

Extrait du document

Séquence 3 : séductions romanesques : Objet d'étude : Le personnage du roman du XVIIèmes à nos jours. Madame de La Fayette, La Princesse de Clève Elément d'introduction : Roman du XVIIème. Roman de chevalerie n'existe plus et laisse la place au roman précieux = mouvement littéraire donné par des femmes qui pensaient donner du prix aux comportements. But : raffiné et civilisé les hommes de la noblesse, les langages, les manières. Roman précieux est dans la continuation du roman de chevalerie. On les appelés des romans fleuves, roman extrêmement long avec des histoires d'amour et des aventures qui multiplient les péripéties. Le roman n'est, à l'époque, pas considéré comme un genre sérieux, il s'oppose à la littérature savante et est considéré comme un genre de « bonne-femme ». La Princesse de Clèves apparait comme un 1er roman moderne. En effet : - il ne fait pas 5000 pages comme les autres mais 200 => relativement cours - c'est une narrative logique et rigoureuse, ne se perd pas dans les rebondissements ? vraisemblance : tous les éléments d'entrée sont présentés au début des autres où un élément extérieur vient perturber l'histoire. ? lien avec la pureté de l'intrigue dans la tragédie classique. C'est le 1er roman moderne d'analyse psychologique des personnages. C'est un roman historique qui étudie les passions dans un milieu bien particulier : celui de la cour. Milieu qui à la fois favorise (se présente sous son meilleur jour) les passions et les condamne (rigueur morale). Dans les romans précieux, les hommes sont civilisés par l'amour qu'ils portent aux fem...

« I-1-a- Evènement très attendu (l 2), festin royal qui se déroule au Louvre (palais royal  les rois y vivaient) b- Les plus grands de la cour => plus grande noblesse => d’où ce soin de la parure => circonstances et personnes exceptionnelles. A travers ce roman historique, l’auteur évoque les mœurs de son époque. 2-a- - L 1 à 3 : préparatifs, arrivée au bal. - Danse termine, bruit que fait Nemours pendant son entrée - Invitation du roi l’invitant à se retourner vers celui qui arrive - Le jeu de regard et la reconnaissance de l’un et l’autre : mouvement, regard, reconnaissance : jeu de regard mis en valeur par le jeu de ralentit l 6 et 7. - Danse : harmonie physique immédiate avant même qu’ils ne se parlent. - Présentation avec dialogue : ils ne se parlent pas directement mais par l’intermédiaire de qqn d’autre, on peut parler de mise en scène. C’est un topos/cliché de la littérature. b- > l 2 : la cour qui voit la princesse : « l’on admira » => admiration > l 6 : Princesse qui voit Nemours => « elle se tourne et vit un homme qu’elle crut d’abord ne pouvoir être que M. de Nemours »  restrictive : que lui  évidence = mouvement intérieur de la conscience  explication : litote : « Ce prince était fait d’une sorte »  c’est le plus beau. « il était difficile de n’être pas surprise »  aussi une litote  double négation (renforcement de l’affirmation)  on est forcément surprise. Litote car pudeur. Cette surprise est l’affirmation atténuer d’un coup de foudre. 2 I- Une rencontre idéalisée : 1- des circonstances exceptionnelles : a- cadre spatiaux-temporel. b- personnages. 2- déroulement de la rencontre : a- les étapes de cette rencontre minutieusement décomposées. b- le jeu des points de vues : qui voit qui ? 3- Une rencontre féerique : a- fée. b- prédestination. c- Ils perdent leurs moyens à la vue de l’autre. II- Une rencontre « piégée » : 1- la cour est un théâtre dangereux. 2- un dialogue révélateur. 3- une rencontre tragique.Lecture analytique 6 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles