Devoir de Philosophie

Défendre ses droits est ce la même chose que défendre ses intérêts ?

Publié le 18/04/2012

Extrait du document

Il s'agit donc de se demander ici si on peut identifier les droits, les intérêt et les privilèges. Quand on dit qu'on défend ses droits, on dit qu'on s'attache à faire respecter les lois qui nous protègent. Par exemple, un employé défendra ses droits face à son employeur si ce dernier abuse de son pouvoir économique, il fera donc appel aux lois qui le protègent et qui définissent ses droits, par exemple tout un ensemble de droits sociaux. Défendre ses droits peut alors revenir à défendre ses intérêts a partir du moment ou les droits nous garantissent une certaine protection qui va dans le sens de nos intérêts. Ces droits peuvent alors être considérés comme des privilèges acquis. Mais, quand dans on dit que l'on défend ses intérêts, ces derniers ne correspondent pas nécessairement à des droits. Je peux,dans une négociation financière , défendre mes intérêts économiques qui sont alors des intérêts propres, des intérêts particulier s, dans cette situation, on n'identifiera pas les intérêt au droits, même si inversement, les droits peuvent défendre nos intérêts. On peut remarquer que parfois les notions se confondent et que d'autres fois elles se distinguent. Il s'agit donc de se demander à quelle conditions, dans quelles situations il y a une différence. On va distinguer le légal du légitime en revenant sur la distinction de l'intérêt particulier et de l'intérêt général.

« pourquoi saint Ambroise écrit : «Le pain que tu gardes appartient à ceux qui ont faim, les vêtements que tu caches appartiennent à ceux qui sontnus et l'argent que tu enfouis est le rachat et la délivrance des malheureux.

» Or le nombre de ceux qui sont dans le besoin est si grand qu'on nepeut pas les secourir tous avec les mêmes ressources, mais chacun a la libre disposition de ses biens pour secourir les malheureux.

Et, même encas de nécessité évidente et urgente, où il faut manifestement prendre ce qui est sous la main pour subvenir à un besoin vital, par exemple quandon se trouve en danger et qu'on ne peut pas faire autrement, il est légitime d'utiliser le bien d'autrui pour subvenir à ses propres besoins; on peutle prendre, ouvertement ou en cachette, sans pour autant commettre réellement un vol ou un larcin.

» THOMAS C'est par une vérité affirmée comme universel que Saint Thomas commence cet extrait.

"Rien de ce qui est de droit humain ne saurait déroger à cequi est de droit naturel ou de droit divin".

Cette vérité fonde une hiérarchie des droits, subordonnant le droit humain ou positif, car le droit édictépar l'homme et pour l'homme, au droit naturel, qui désigne le droit établi par la nature ou encore ce qu’en termes platoniciens on pourrait appelerl’Idée de juste.

Le droit naturel n'est pas né de l'artifice humain mais provient de la nature donc de Dieu.

Le principe de Saint Thomas revient doncà limiter l'arbitraire des lois trop humaines.

Ce droit naturel fixe un programme au législateur : instituer une juridiction positive qui soit la moinséloignée possible de l’idée du Juste, ou réformer la législation existante, pour la rapprocher de cet idéal. Or, le premier principe de droit naturel relatif à la propriété autorise celle-ci, en donnant à l'homme le droit d'utiliser la nature à son service.

Descartes dira plus tard que les hommesdoivent se rendre "comme maîtres et possesseurs de la nature." En effet, l'homme pour sa survie même se doit de transformer la nature, de sel'approprier. Mais Saint Thomas ajoute une restriction: « le partage des biens et leur appropriation selon le droit humain ne suppriment pas la nécessité pourles hommes d'user de ces biens en vue des besoins de tous ».

L e droit de propriété, légitimé par le travail, est pensé comme nécessité imposée par la nature pour préserver l'espèce humaine.

Si les législateurs peuvent librement fixer les modalité de la propriété privée, il n'en demeure pas moinsque cette appropriation des biens et des richesses doit concourir au bien de tous. Autrement dit, la répartition des richesses doit viser le bien commun. Si cette dernière condition n'est pas respectée, se pose un problème de préséance: si la loi humaine n'a rien attribué au miséreux, qui selon ce pointde vu du droit positif devrait se résigner à son malheur.

Mais le droit naturel exige que personne ne se trouve dans la misère.

C'est donc, d'aprèsSaint Thomas à la législation humaine de s'adapter à ce principe transcendant du droit naturel.

Ainsi, « les biens que certains possèdent ensurabondance sont destinés, par le droit naturel, à secourir les pauvres »,ce qui rappelle que le droit de propriété n'existe qu'a la condition qu'ilpermette aux hommes de subvenir à leurs besoin, et doc que la surabondances, qui dépasse par définition le stricte nécessaire de survie, nesaurait être justifiée, mais seulement tolérée si, par extraordinaire, personne ne se trouve dans la misère.

Autrement dit, le luxe et l'abondance desuns ne sont permis que si et seulement si aucun autre homme ne se trouve dans le besoin.

Je peux faire un repas copieux si aucun autre homme nesouffre de la faim. Pour illustrer ce point, Saint Thomas cite Saint Ambroise qui énonce trois paradoxes: « le pain que tu gardes appartient à ceux qui ont faim », autrement dit ton pain cesse d'être ton pain si quelqu'un d'autre en a besoin alors que toi-même ne le consomme pas, et , de même, « les vêtements que tu caches appartiennent à ceux qui sont nus et l'argent que tu enfouis est le rachat etla délivrance des malheureux »IL faut savoir que ces exemple sont tiré de la bible.

Qu'on rappelle le « Jugement dernier ».

Un riche qui nesoulagerait pas la misère du pauvre serait promis a la damnation,donc a l'enfer. Antithèse : IL ne faut pas confondre droit et intérêts privés.

On peut défendre ses intérêts en ignorant les fondements su droit.

Si l'on a des droits, l'on aréciproquement des devoirs.

La notion d'intérêt ne suffit pas a fonder le droit.

Au nom de l'intérêt, l'homme peut facilement e^ter tenté detransgresser ses droits.

Les droits et les loi ne remplace pas la conscience moral le droit est général, son application est particulière.

Aucunelégislation humaine ne peut prétendre rendre compte de toutes les situations particulières qui naissent de la complexité des relations entre leshommes.

C'est la raison pour laquelle tout droit effectif renvoie à une responsabilité moral.

J'ai des devoirs envers les autre et envers le droit quigaranti la juste application des lois. Les intérêts particuliers contredisent l'idée de droit, Rousseau dans son contrat social ne cessera de critiquer la volonté particulière.

Elle est selonlui à l'origine de toutes les injustices, de tous les malheurs de la société.

En effet, la volonté particulière est celle de l'égoïsme, du « cher moi »comme dirait Kant, volontiers injustice et partial.

La meilleure façon qu'ont les hommes de défendre leur droits, c'est de c'en remettre à la volontégénéral, qui est la seul façon de promouvoir la liberté, la paix et l'égalité de tous. « Rousseau partage avec les partisans du droit naturel l’idée que l’être humain est naturellement libre et autonome, chacun d’entre nous anaturellement le droit de décider de ses propres actions, dans son propre intérêt.

Or, l’intégration à un État nécessite une organisation sociale, deslois, un pouvoir commun.

Le problème central qu’examine le « Contrat social » est de savoir ce qu’est une loi légitime, ou encore de déterminer àquoi chacun de nous s’engage en vivant sous un pouvoir commun.

Qu’est-ce que je donne de mon pouvoir de me diriger moi-même ? À qui ? Enl’échange de quoi ? Ou encore, dans quel but véritable les hommes décident-ils de s’associer, de se donner des lois communes ? » Alors que Hobbes pense que le souci d'être en sécurité est le principal moteur de la vie sociale, Rousseau affirme. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles