Devoir de Philosophie

Discuter cette pensée de Renouvier : La marque essentielle de ce développement achevé qui fait l’homme capable de spéculation sur toutes choses et l'élève à la dignité d'être Indépendant et autonome, c’est le doute. PLAN.

Publié le 06/02/2016

Extrait du document

Introduction. — Une importante école philosophique, le scepticisme, recommande a l’homme de douter de tout. Même certains penseurs, qui ne sont point des sceptiques, conseillent aussi le doute (mais avec d’autres intentions et un autre point de vue). Par exemple, le fondateur du néo-criticisme, Renouvier, écrit ...

« Jib JA LiiibLiiiAlluiN t'fl1Luaut'1 - iiyUr.

2e partie.

- Le doute que recommande Renouvier A.

- n'est pas universel, mais est Limité ; il ne porto pas sur la valeur de l'esprit humain.

B.

- Bien qu'il résulte d'un développement intellectuel, il n'est pas une conclusion définitive, mais un point de départ vers des vérilés nouvelles.

3e partie.

- Dans ces conditions le doute s fait l'homme Capable de spéculation sur toutes choses s A.

- dans les sciences le doute est un élément essenties de l'esprit scientifique ; le savant doit avoir des doutes sur n) la valeur de son propre esprit (modestie) 1 ; b) la valeur des idées traditionnelles 2 e) la valeur des témoignages, et des affirmations basé[email protected] sur la simple autorité B.

- en philosophie (ex.

doute provisoire de Descartes) 4 partie.

- Le doute s élève l'homme à la dignité d'être Indépendant et autonome u.

A.

- C'est lui qui le dégage des traditions étroites de son milieu B.

- et lui permet ainsi d'atteindre à l'autonomie mo- rale (recommandée surtout par Kant) 6 Conclusion.

- Alors que le doute, s'il est la conclusion universelle du sceptique, nuit à l'esprit autant qu'à l'ao- tion, un doute limité et préalable est éminemment fécond au point de vue intellectuel et même au point de vue moral '.

1.

Ph.

S.

et M., p.

91.

2.

Ph.

S.

et M., p.

284.

3.

Ph.

S.

et M., pp.

190-195.

4.

Voir le Discours de ta Méthode, notamment le début de la qua- trième partie.

5.

Ph.

S.

et M., pp.

265-267; pp.

284-285.

6.

Ph.

S.

et M., pp.

433-437.

7.

On pourrait rattacher à ci chapitre les plans des pages 152-153.

159-161 et 231-233.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles