Devoir de Philosophie

Dissertation religion rationnelle

Extrait du document

religion
n pense généralement que les croyances religieuses sont irrationnelles, car celles-ci mettent en œuvre des éléments contraires à la raison. Ainsi, nous n’avons objectivement aucune bonne raison de croire en un ou plusieurs dieux car aucune donnée empirique ne vient étayer la thèse de l’existence d’un pouvoir supérieur : Dans le cas des religions dites "révélées", les seuls éléments de réponses avancés sont les miracles et les prophètes, or ceux-ci sont évidemment contestables. Il en est de même pour les religions dites "naturelles", qui n’ont comme seul argument que l’ordre et l’harmonie apparente de notre monde. Ainsi, la religion apparaît le plus souvent comme totalement irrationnelle, comme complètement opposée à la raison humaine, car celle-ci se base sur des croyances qui restent infondées et subjectives. Affirmer que la religion n’est simplement que pure irrationalité suppose plusieurs choses. Tout d’abord, si la religion n’a aucune raison, littéralement, d’exister, elle a alors certainement des causes. Elle peut très bien ne pas être justifiable mais il est nécessaire pour l’accepter qu’elle soit explicable. On peut ici avancer plusieurs hypothèses : la religion peut provenir d’une attente de réponses indispensables qui se posent à nous au cours de notre existence. Elle devient alors une entité apaisante, rassurante, qui peut s’accorder avec l’explication de la religion par Freud, par exemple : Pour lui, Dieu prend en réalité la place du père ; c’est la satisfaction sublimée du complexe d’Œdipe. Ainsi, la religion, même en étant complètement infondée, peu probable et irrationnelle, n’en a pas moins une utilité et une nécessité certaine pour les croyants. On peut néanmoins déceler des contradictions dans l’affirmation d’une opposition totale de la religion à la raison. Par exemple, comment expliquer l’apparition des croyances sans un quelconque lien avec la raison. Il a bien fallu que la religion ait eu un certain effet positif sur les êtres humains pour que ceux-ci commencent à y croire, or cet effet ne peut être dissocié de la raison. C’est peut-être justement dans les limites de la raison, dans les limites de la pensée humaine, que la religion trouve sa source. L’homme, limité par sa faculté de penser, face aux multiples inconnues de la vie, se tourne vers la croyance, et c’est en ceci que l’opposition radicale entre la foi et la raison se contredit, puisque la raison devient alors la cause de la foi, ce qui les rend indissociables. Il nous faut alors formuler une hypothèse. La religion n’apparaît pas comme purement irrationnelle et sévèrement opposée à la raison, mais plutôt comme une prolongation de la raison, qui serait irrationnelle dans son application, peut-être par nécessité, et rationnelle de par son origine. Ainsi l’affirmation selon laquelle la religion est nécessairement irrationnelle devient fausse car on ne peut envisager une croyance dénuée de pensée. La foi n’est qu’un mode illusoire de représentation de la réalité, un savoir erroné, mais celle-ci devient un moyen d’améliorer le monde subjectif du croyant en fournissant des réponses à celui-ci. Ces réponses sont certes basées s...

« radicale entre la foi et la raison se contredit, puisque la raison devient alors la cause de la foi, ce qui les rend indissociables. Il nous faut alors formuler une hypothèse. La religion n'apparaît pas comme purement irrationnelle et sévèrement opposée à la raison, mais plutôt comme une prolongation de la raison, qui serait irrationnelle dans son application, peut-être par nécessité, et rationnelle de par son origine. Ainsi l'affirmation selon laquelle la religion est nécessairement irrationnelle devient fausse car on ne peut envisager une croyance dénuée de pensée. La foi n'est qu'un mode illusoire de représentation de la réalité, un savoir erroné, mais celle-ci devient un moyen d'améliorer le monde subjectif du croyant en fournissant des réponses à celui-ci. Ces réponses sont certes basées sur des faits contestables et contraires à la raison mais si tant d'hommes s'en sont contenté, c'est simplement pour la facilité avec lesquelles elles rassurent l'humanité. On peut exposer les différents présupposés qu'entraîne cette hypothèse. Dire que la religion est à la fois irrationnelle et rationnelle, car celle-ci naît et meurt dans la rationalité, implique plusieurs choses. Premièrement, comment expliquer le lien puissant qui unit la religion et la raison, lorsque ces deux termes sont normalement opposés ? De plus, il apparaît important d'évoquer les raisons de la foi des croyants. Ainsi, ceux-ci voulant trouver rapidement et facilement des réponses à leurs interrogations, à leurs questions existentielles, n'ont-ils que le choix de la religion institutionnalisée ? Il peut paraître un peu facile et lâche de se réfugier dans une foi aveugle plutôt que d'essayer par soi-même de trouver les réponses à ses questions. Cependant, on peut mettre en évidence certaines limites de notre hypothèse. Par exemple, pour que cette dualité de l'irrationnel et du rationnel s'applique, il nous faut bien faire la distinction entre foi véritable et superstition. En effet, la superstition possède une garantie objective très faible ou nulle, elle est totalement irrationnelle, et celui qui l'éprouve possède possède une conviction très forte du contraire. Elle correspond dans une moindre mesure à la foi, mais se différencie complètement de celle-ci car elle n'a aucune prise sur notre vie, elle n'est en aucun cas vecteur de bien-être ou porteuse de réponses constructives. Nous parlons donc ici d'une religion qui permet, sainement, de supporter la vie et ses interrogations. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles