Devoir de Philosophie

Être libre, est-ce être hors de toute contrainte ?

Publié le 11/09/2004

Extrait du document

Ainsi, selon Hobbes, tout refus des contraintes imposées par l'état risque de faire réapparaître l'état de nature où règne la guerre de chacun contre chacun.   Transition : -          On vient d'examiner les enjeux politiques du sujet : la position qui consiste à considérer la liberté comme absence de contraintes  rend toute forme de justice impraticable : illimitée, la liberté est un des ressorts de la guerre, c'est-à-dire qu'elle ne peut qu'être source de conflits. -          Cependant, Hobbes tire argument de ce constat pour justifier une obéissance absolue aux lois établies par l'état. De même, on sait que Platon critique violemment la démocratie (République, livre 8). Comment alors parler encore de liberté ? -          Problème : peut-on être à la fois libre tout en étant contraint ? -          Tel est le dilemme auquel permet de répondre le concept d'autonomie tel qu'il est élaboré par Kant.   3-      la liberté est « auto-donation « de contraintes   définition kantienne de l'autonomie (voir Métaphysique des moeurs, Fondation, 3e section, tr.A. Renaut, Paris, GF, 1994, vol.

« L'analyse de Socrate montre donc que concevoir la liberté sans contraintes revient à poser celle-ci comme démesure (ou hubris ).

Or l'absence de mesure est aussi l'absence d'ordre et de justice .

Telles sont les implications de la thèse socratique que développe Hobbes aux chapitres 13 et 14 du Léviathan . b) Sans contraintes, la liberté s'oppose à l'ordre et à la paix civile Selon Hobbes, c'est volontairement que les hommes se sont soumis à l'autorité d'un état.

En effet, à l'état de nature, la vie est « malheureuse, pénible, bestiale et brève », et cela, en raison d'un droit de nature absolu ( Cf. note page 1 ) : l'état de nature, la condition où vivent les hommes « sans qu'une puissance commune les tiennent tous en respect », ne tombe sous le coup d'aucun jugement : rien ne peut être injuste puisque « là où il n'y a pasde puissance commune, il n'y a pas de lois ; là où il n'y a pas de lois, pas de justice ».

Dès lors, la fraude et la forcesont les vertus cardinales.

Conséquence : les hommes renoncent à leur droit naturel en échange de la paix et de la sécurité assuré par l'état (qui est la somme des pouvoirs de tous).

Ainsi, selon Hobbes, tout refus des contraintes imposées par l'état risque de faire réapparaître l'état de nature où règne la guerre de chacun contre chacun. Transition : - On vient d'examiner les enjeux politiques du sujet : la position qui consiste à considérer la liberté comme absence de contraintes rend toute forme de justice impraticable : illimitée, la liberté est un des ressorts de la guerre, c'est-à-dire qu'elle ne peut qu'être source de conflits. - Cependant , Hobbes tire argument de ce constat pour justifier une obéissance absolue aux lois établies par l'état.

De même, on sait que Platon critique violemment la démocratie ( République , livre 8).

Comment alors parler encore de liberté ? - Problème : peut-on être à la fois libre tout en étant contraint ? - Tel est le dilemme auquel permet de répondre le concept d' autonomie tel qu'il est élaboré par Kant. 3- LA LIBERTÉ EST « AUTO -DONATION » DE CONTRAINTES définition kantienne de l'autonomie (voir Métaphysique des moeurs , Fondation , 3e section, tr.A.

Renaut, Paris, GF, 1994, vol.

I, p.131-132 .) Auto signifiant soi-même, et nomos renvoyant au terme de loi, Kant pense la liberté comme le pouvoir de se donner à soi-même sa propre loi, de secontraindre volontairement.

Autrement dit, Kant conserve l'idée qu'il ne peuty avoir de liberté que distincte du déterminisme naturel, mais il ajoute qu'ilfaut, pour se soustraire aux lois de la nature, les remplacer avec le mêmedegré d'efficacité modale ; il s'agit de se montrer aussi nécessaire comme principe de ses actions que la nature peut l'être de ses propres mouvements . Avec Kant, la liberté est bien l'exact contre-pied de l'hétéronomie (le fait d'être déterminé ou contraint par quelque chosed'autre que soi) et c'est pourquoi, on ne saurait concevoir la liberté comme absence de contraintes : seule une liberté sans contraintes étrangères à soi est pensable ; en tant qu'autonomie, la liberté est, par les contraintes qu'elle se donne , la capacité d'accéder à la moralité . Le principe de la moralité réside dans l'autonomie, soit la faculté de sedéterminer soi-même de par une législation rationnelle.

L'homme est lié à sondevoir par une loi qui ne lui est pas extérieure.

Aucun intérêt ne vient leforcer à faire son devoir, aucune force étrangère à sa propre volonté ne vientle contraindre.Si le devoir procédait d'une contrainte, l'homme ne serait pas libre mais hétéronome, c'est-à-dire sous ladépendance d'une loi qui ne procède pas de lui-même.

Le devoir ne se définit que par l'autonomie de la volonté.

Êtrelibre et moral, c'est agir conformément à sa propre volonté législatrice universelle.Cette loi du devoir, bien qu'en nous, vise l'universalité.

Le principe suprême du devoir est inconditionné et absolu.

Lavolonté n'y est pas intéressée, et elle n'est pas non plus motivée par la crainte d'un châtiment ou d'une sanction s'ily a désobéissance.

Dans l'accomplissement du devoir, la volonté est fondée sur un principe d'autonomie :"L'autonomie de la volonté est cette propriété qu'a la volonté d'être à elle-même sa loi (indépendamment de toutepropriété des objets du vouloir).

Le principe de l'autonomie est donc : de choisir de telle sorte que les maximes denotre choix soient comprises en même temps comme lois universelles dans ce même acte de vouloir." [1] Selon Hobbes ; les passions humaines sont telles qu'en l'absence d'un pouvoir contraignant qui tiennent tous les hommes en respect, chacun est une menace pour chacun, et cela, précisément parce que chacun est libre« d'user de sa propre puissance comme il le veut lui-même pour la préservation de sa propre vie » = définition dudroit naturel, c'est-à-dire du droit sur toute chose, y compris sur le corps des autres, tant qu'on en est pasempêché.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles