Devoir de Philosophie

Faire son devoir, est-ce renoncer à la violence?

Extrait du document

  III/ Le devoir peut exiger l'emploi de la violence               Si nous ne devons plus confondre la force morale (qui consiste à faire violence à ses intrêts particuliers au nom de l'intérêt  de l'humanité) et la violence pure, doit-on décréter que cette dernière soit absolument mauvaise et n'ait absolument aucune utilité ?  En effet, il existe peut-être des droits fondamentaux que chacun doit protéger ? La protection de ces droits commande alors peut-être l'usage de la violence comme un devoir lorsqu'ils sont bafoués. Certes, la violence romprait le calme et la tranquillité civile, mais, comme dit Rousseau, dans Du  Contrat Social,   « on vit tranquille aussi dans les cachots, en est-ce assez pour s'y trouver bien ? Les Grecs enfermés dans l'antre du Cyclope y vivaient tranquilles, en attendant que leur tour vint d'être dévorés. » Si nous n'estimons pas qu'il y ait une violence légitimée par devoir, alors toute résistance pendant la seconde guerre mondiale par exemple serait injustifiable. « Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. Il n'y a nul dédommagement possible pour quiconque renonce à tout. Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme, et c'est ôter toute moralité à ses actions que d'ôter toute liberté à sa volonté. ».

Liens utiles