Devoir de Philosophie

Faut-il préférer l'injustice au désordre ?

Publié le 14/03/2019

Extrait du document

Le tragique en politique

 

Il serait illusoire de penser qu'il soit possible de s'impliquer dans une responsabilité politique en gardant les mains totalement propres, mais on appauvrit l'idée de la politique en affaiblissant l'ambition de la justice. Le choix entre l'ordre et la justice ne doit donc être que tragique.

 

Conclusion

 

Au terme de notre analyse la question de savoir s'il convient de préférer l'injustice au désordre demeure donc et doit demeurer problématique : la nécessité de choisir entre les deux correspond nécessairement à une brisure de l'histoire normale d'une communauté. Le choix, quel qu'il soit, ne peut donc faire autorité et être converti en norme.

« Le désor dre, c'est donc une situation de non-res pea colleaif des règles de vie en société ou de fonai onnement des institut ions; il est souvent associé à un état de violence où la sécurité des personnes n'est plus garantie.

li fa ut bien distin guer le désor dre des formes légales de contestatio n de l'ordre : une man ifesta­ tion, si elle répond à certains critères, n'est pas un cas de déso rdre, elle ne le devie nt que si elle dégénèr e.

La question du sujet peut être motivée par une des consé­ quences du désordre :suspendant le cours normal des institu­ tions, il met en péril la sécurité des personnes et empêche le fo ncti onnement serein de la justice.

Un des argument s plau­ sibles des défenseur s d'une priorité de l'ordre est qu'il est une des conditions d'existence de la justice alors que l'inverse est moins vrai.

e Préc iser les différents sens du verbe « préf érer » Afin de pouv oir apporter des nuances aux argumen ts discutés, il convient de se demander également ce que signifie ici « pré­ fé rer ».Au sens le plus fort, il consiste à attrib uer à une idée une valeur plus élevée qu'à une autre et à subordonner totalement la seconde à la première, voire, dans le cas le plus extrême, à élimin er la seconde au profit de la première.

Dans un sens plus nuancé le verbe se rapporte uniquement aux cas d'incompatibilité où il s'agit non plus de faire le bien mais de limiter les dégâts.

La «préférence » donnée à l'un n'exclut pas le regret de devoir sacrifier l'autre.

Cette précision permet de rappel er que les deux notions ne sont pas toujours opposées et qu'un choix de l'une contre l'autre n'est pas toujours nécessaire.

On évitera ainsi un plan trop schématique.

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + ·� + + + + BI BLIOGR APHIE T.

HoBBEs, Le Citoyen, Garnier-Flammarion.

N.

MACHIA VEL, Le Prince, Folio.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles