Devoir de Philosophie

La nature n'est-elle qu'un automate ?

Extrait du document

 

«L'ancienne notion d'un univers fondamentalement sans changement, qui aurait existé et qui continuerait à exister, a été remplacée pour toujours par la notion d'un univers dynamique, en expansion.«

 

Stephen W. Hawking, Une Brève Histoire du temps

L'homme qui cherche à comprendre la nature découvre qu'elle est comparable à un automate. Ses mouvements sont immuables et prévisibles.

« - j La nature n'est pas un automate 1 •U·H• Les sciences contemporaines saisissent toujours plus fine­ ment la structure de la matière. Elles ont mis en évidence que la nature est vivante, foisonnante. Par elle-même, elle est susceptible d'innovation et de création. La nature est à limage de l'homme J acques Monod écrivait dans Le Hasard et la Nécessité (1970): «L'an ­ cienne alliance est rom­ pue ; l'homme sait enfin qu'il est seul dans l'im­ mensité de l'Univers d'où il a émergé par hasard.» Prigogine et Stengers ne soutiennent pas l'idée d'un Dieu, ne se risquent pas à croire qu'il existe dans l'univers d'autres formes de vie. Ils mon­ trent simplement que l'homme ne vit pas au sein d'une nature tota­ lement étrangère, froi­ dement et passivement mécaniste. La nature est instable, inno­ vante, évolutive L a physique moderne montre que 1a nature, tout comme l'homme, est susceptible d'in- -Letampsestvenu de~ wleselllanœs, depulstau­ Jours nou6es, longtemps rn6c:omues. entre l'hlstalre deshamnm, delus90d6- tés, c1e lus8llldnletr ... ....... lœdelll l'lllll.nJo llya Prigogine et Isabelle Stengers, La. Nouvelle Alliance venter des structures riches, aux comporte­ ments irréguliers. En l'homme comme dans la nature, tout n'est pas rigoureusement déte- miné, comme on le pen­ sait encore au x1x · siècle. Les sciences contemporaines permettent une «nouvelle alliance» avec la nature L a nature, parce qu'elle est bien vivante, parce qu'elle est dynamique et non statique, amène à une nouvelle forme d'éc hanges entre elle et les hommes. Il ne s'agit plus de la dominer, de la manipuler. Il s'agi t bien plus de la respecter, en tant qu'elle est instable, complexe, comme le sont les socié­ tés humaines. La nature n'est pas ce monde statique, froid, qui, depuis sa création, a toujours été ce qu'il est. Elle est vivante, â l'image de l'homme et des sociétés qu'il conçoit. - »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles