Devoir de Philosophie

LA TECHNIQUE NOUS ÉLOIGNE-T-ELLE DE LA NATURE ?

Extrait du document

technique

.../...

L'homme se donne, grâce à la technique, des connaissances utiles à la vie et qui doivent augmenter le bien-être, en premier lieu la santé.

* La technique a donc pour but de transformer la nature. L'homme s'octroie une sorte de pouvoir divin. Les Grecs veillaient à ne pas troubler l'ordre naturel des choses. C'est pourquoi ce respect de la nature ne les a pas conduits à une pensée technicienne, au sens moderne du terme, à une exploitation de la nature. L'homme était considéré comme un microcosme (petit univers) dans le macrocosme (grand univers). Il faisait partie de ce Tout. il fallait suivre la nature pour trouver l'harmonie, le bonheur.

  • Analyse du sujet : Initialement, la technique est vitale et biologique puisqu'elle correspond à l'adaptation du vivant à un milieu naturel. La technique de l'homme, consciente et inventive s'affranchit-elle du cadre naturel ? Nous éloigne-t-elle de la nature ?
  • Conseils pratiques : Distinguez le niveau initial de la technique (avec l'outil) et celui de la technique moderne (avec la machine). Demandez-vous quelle valeur morale possèdent le développement de la technique et la civilisation technicienne qui est la nôtre.

« La nature ici a un double sens sur lequel il faut travailler : la nature c'est le monde dans son ensemble, abstractionfaite des transformations que l'homme y a produit. Mais la nature c'est aussi notre nature d'homme, et ici naturesignifie essence, c'est le propre de l'homme. L'enjeu du sujet ici c'est de se prononcer sur le statut de la technique, de l'invention technique dans la nature ou àl'égard de la nature et du coup aussi sur le statut l'homme, inventeur de la technique ; est il un être de nature ?Ou bien un être contre nature ? C'est la nature elle-même qui nous dispose ou nous prépare à l'activité technique parce que nous sommes dotéd'intelligence, parce que nous somme équipé biologiquement de telle manière que notre intelligence se développedans l'action, au prise avec le réel : notre intelligence est naturellement et essentiellement fabricatrice. C'est aussi le statut de l'outil à l'égard du corps qui montre que la nature est elle-même déjà technicienne et quel'outil inventé par l'homme prolonge le corps, s'y articule, s'y adapte comme « un organe artificiel » (Bergson),l'artifice ici n'est pas contre nature, il prolonge le corps et démultiplie ses forces, augmente son amplitude d'actiondans le temps et dans l'espace , et permet à l'homme d'aménager ses conditions d'existence. Car c'est bien au service de la vie que le procédé technique se trouve voué par définition. Quelque chose qui sert la vie, que l'on peut qualifier de tactique vitale, ne peut pas être contraire à la nature. Or c'est pour survivre que l'homme aménage et transforme la nature car la nature telle qu'elle est initialement ne luiconvient pas, ne se prête pas à ses besoins alors il la réforme, mais les changements qu'il y introduit sont à la mesure des ses besoins, comme toutes les autres espèces vivantes il aménage son milieu et le recentre sur luimême. De plus l'activité technique rend familière cette nature qui d'abord fut étrangère en nous et hors de nous : enmodifiant la nature, en usant des forces naturelles de son propre corps. Le technicien transforme, produit, construit et pour ce faire il apprend de la nature ce qu'elle rend possible, car seulcelui qui connait la nature peut en user selon ses besoins. Ces transformations opérées par l'homme dans son environnement ne sont pas contre nature puisque la nature estun tout soumis à des lois constantes et nécessaires et que rien ne peut s'y produire qui soit contraire à ces lois. C'est la technique moderne et elle seule qu'il faut mettre en accusation, c'est par elle que l'homme porte atteinte àla nature d'une part et pervertit d'autre part sa nature d'homme. L'homme moderne fait violence à la nature. Heidegger, penseur de la technique moderne se fait l'écho de cette appréhension, il vise à illuminer dans un premier temps la valeur sans égal dutraditionnel. La technique moderne ne se déploie pas en une production, mais en uneprovocation par laquelle la nature est mise en demeure de livrer l'énergiecontenue en elle. Ce tenir comme un fond voila le destin de la nature à l'être de la modernitétechnique, et se tenir comme un fond ce n'est plus nous faire face, il n'y aplus d'intériorité, plus de quant à soi mais seulement une nature toujoursdisparaissant. La nature est un intérieur toujours menacé d'effraction. Et s'il n'y a plusd'objet, il n'y a plus de sujet : puisque rien ne demeure, mais que tout dansla nature est toujours disparaissant. La nature est un processus de dénaturation, condition d'accès à notre naturevéritable qui ne doit pas être confondue avec la spontanéité animale. La nature c'est le donné initial en soi et hors de soi, c'est aussi l'essence, lepropre de l'homme, son humanité qui est en puissance et que l'homme doitréaliser. La technique est contre nature comme la culture dans son ensemble dontl'activité technique est une des composantes majeures, dire qu'elle est contre nature signifie qu'il est dans la nature »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles