Devoir de Philosophie

La violence peut-elle être légitime ?

Extrait du document

Tout comme Marx et Engels, Sorel n'est pas un apologiste de la violence. Toutefois, et à la différence d’un Saint-Simon, il ne voit pas d’autre moyen de mettre un terme à la honteuse suprématie de la bourgeoisie, dont les valeurs n'ont ni grandeur ni dignité. Conceptuelle-ment parlant, il est assez difficile, voire impossible, de conférer à la violence une dimension

morale, puisqu'elle apparaît précisément toujours là où la morale n’est plus respectée. Cela ne signifie pas cependant que la violence ne puisse jamais viser un but moral. La position de Kant, à cet égard, semble par trop rigoriste. Pour défendre sa liberté, sa dignité, un homme tyrannisé par un autre a rarement la possibilité de recourir au dialogue et d'en appeler à la raison.

« - 1 La violence ne peut pas être morale l ·~[·1:• 1 L'un des fondements de la moralité est précisément l'abolition de la violence, laquelle détruit les liens qui doivent unir les hommes. La violence, en tant que moyen, n'a jamais de contenu moral. Morale et violence tout respect. Dès l'ins -lence dilapide les agita- s ' opposent tant où elle éclate se dis- tions échevelées, qui sont A insi qu e le dit Éric sout ce corps social en de l'action en délire» (Le vue duquel j'agis mora- Pur et l 'impur). Weil , to u te morale lement afin d'en main- est morale des rela - tenir la force, l' unité , la La violence tians humaines. La vio- lence , quant à elle, rend cohérence. est un crime La violence K ant considère que •• e.llble,.., .... que Il est toujours «to ute insubordina - Je suis obHtl6 de ne flllre tion vis -à -vis de la su - aucun 11111111 man w1illlllllll, déraison prême puissance légis- c'est moins~ qu'li est un ltre ralsonneble que A gir moralement , lative , ( ... ) toute émeute perce qu'H est un tiN...,. dit Kant, c'est obé ir tournant à la rébellion ..,.. _. à la r a i son. Agir avec est, dans la communauté, Jeen-.lecques Rouu.Li, violence, c'est donc se le crime le plus grave et Discours sur rortg~tte ., les fondements soustraire à son auto - le plus condamnable, de l'ln4g8JM,.,... rité. D 'où cette grande parce qu'il en détruit les les hommes différence qu 'établit VIa- fondements» (Théorie et dimir Jankélévit c h pratique). Le reco ur s à inhumaines ces relations. entre force et violence: la v io l ence ruine le La morale m'impose de «La force propulse l' ac- fondement moral de respecter autrui; la vio- tion, qui est économique la cons tituti on civile. lence est négation de et ajustée , mais la vio- La viole nce ne peut pas etre morale . 1ànt du point de we des parti­ culiers que d'un point de we politique , elle contredit la finalité de tout principe éthique : renforcer les liens qui unissent les homm es. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles