Devoir de Philosophie

Le moi est-il distinct de ses représentations ?

Extrait du document

Le moi est-il distinct de ses représentations ?

  • Représentation : Ce qui est présent à l'esprit, idée que l'on se fait d'une chose, distincte de celle-ci. Fait de produire une idée ou un objet tenant lieu d'un autre objet, auquel il renvoie. La représentation n'exige aucune ressemblance entre le représentant et le représenté, contrairement à la reproduction. Exemple : la balance représente, mais ne reproduit pas la Justice.

« égocentrés sur leur propre moi, alors qu'ils sont éclatés dans la multitude des autres moi et soumis à leursinfluences.- Nietzsche se range en fait du côté de la thèse phénoméniste, développée en particulier par le philosophe Hume. Le« moi » pour Hume et les phénoménistes n'est qu'un mot, la réalité n'est que le flux des impressions, la diversité duchangement intérieur. L'idée de substance du moi apparaît à Hume un artifice de l'imagination, pour donnerconsistance à une idée. C'est ce qu'affirme Nietzsche en critiquant l'assurance des hommes qui pensent « l'homme »comme une unité, une existence stable, et s'inventent l'idée d'un moi permanent. Le moi ne peut donc se distinguerde ses représentations, car l'homme n'a pas la force de se soustraire au confort que lui procure l'illusion d'être cemoi stable et permanent qu'il s'est fabriqué. Les hommes, selon l'auteur, préfèrent s'accrocher à « la pâle fictiongénérale » qu'ils se sont constituée plutôt que de détruire tous les fondements sur lesquels repose leur idée d'eux-mêmes, et de se risquer vers l'inconnu, leur ego véritable, qu'ils n'ont pas la certitude de pouvoir atteindre etconnaître jamais. 3ème partie : Le moi, déterminé par des qualités, n'est que représentations. (Le moi n'existe pas) - On peut finalement penser que si le moi ne peut se distinguer de ses représentations, c'est parce qu'en définitive,le moi véritable n'existe pas. Le moi ne serait qu'une fiction de l'esprit, un artifice des hommes, mais n'aurait aucuneréalité.- Pour Pascal, il est impossible de répondre à la question « qu'est-ce que le moi ? » ( Pensées , Lafuma 688). En effet, le moi n'est pas mon apparence physique, car on peut être défiguré sans changer soi-même. Le moi n'est pasnon plus ma mémoire, mon intelligence, ou toute autre qualité, car je peux les perdre sans me perdre moi-même. Lemoi reste donc insaisissable, il n'est ni dans le corps ni dans l'âme.- Kant explique qu'il ne suffit pas d'avoir conscience de soi, c'est-à-dire de pouvoir affirmer « Je pense », pourconnaître ce « je ». Cette conscience ne peut être au mieux que le point de départ pour une connaissance possible,mais il n'affirme en soi aucune connaissance du « moi ». « Je pense : tel est donc le texte unique de la psychologie rationnelle, à partir duquel elle doit développer toute sa science ». ( Critique de la raison pure , « les paralogismes de la raison pure »).Kant est d'accord avec Descartes pour dire que le Je pense accompagne toutes nos représentations mais il refuse d'accorder l'existence de ce sujet. La conscience de soi n'est possible que par conscience des choses extérieures.Le fait que je connaisse le moi comme distinct du non-moi ne m'autorise pas à en faire une instance autosuffisante.Le Je pense est la plus pauvre de toutes nos représentations car elle n'est que la représentation du sujet que je suis mais je n'en ai pas une intuition directe qui seule me permettrait d'accéder à une véritable connaissance de« moi ». En définitive, le « moi » peut être vide, en tant qu'il ne serait qu'une instance déictique, mais sansconsistance. Conclusion : Le moi est distinct de ses représentations si l'on pense le moi comme étant la simple conscience de soi, la penséequi nous permet de dire « je suis », ou « me voici ». Le moi, pris en ce sens, n'est que la certitude d'être un êtredoué de raison. Le moi n'a donc besoin d'aucune représentation, car il n'est que conscience, ressenti pur. On peutalors se dire que le moi n'existe pas en tant que réalité, mais serait plutôt un artifice pour pouvoir référer sesactions et sa pensée à une identité. Si le moi existe réellement, ce ne peut être alors qu'à travers desreprésentations que l'on s'en fait, des qualités qu'on lui associe, des interprétations subjectives. C'est si l'onconsidère le moi comme étant un être existant effectivement que le moi ne peut se distinguer de sesreprésentations, car il semble en définitive que le moi ne soit que représentation, mais n'ait aucune existenceabsolue, ou du moins, qu'il nous restera à jamais inconnu comme tel, indépendamment de ses représentations. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles