Devoir de Philosophie

Le monde est-il à interpréter ou à connaître ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

L'interprétation est herméneutique, elle est une recherche de sens. La connaissance, elle,  relève de la positivité de la science. Dès lors, il semble que les deux attitudes soient  opposées et qu'il faille en saisir les origines et les buts. Pourquoi rechercher un sens au  monde ? Le sujet recherche une stabilité, une cause, une raison dès lors il interprète le monde  jusqu'à la superstition, la foi, la croyance en une entité supérieure qui aurait un dessein, un  plan, une finalité. La science quant à elle, chercherait simplement à expliquer le monde, c'est-à-dire les causes et les effets à la recherche de lois. La différence serait alors radicale  entre un comprendre comme saisie du sens, et un expliquer comme saisie de l'extérieur, des  causes mécaniques. Bien plus cette différence serait redoublée par la valeur de scientificité de  ces deux attitudes. Mais pourquoi une telle opposition ? En effet, toute connaissance ne  suppose-t-elle pas une interprétation du monde, une représentation de ce dernier. De plus, même  dans la critique que l'on pourrait adresser à ces deux volontés, ne font-elle pas référence  toutes deux à une quête de vérité sur le monde, un sens ? En quel sens, et pourquoi ?

« de la réflexion et le travail d'interprétation qui peuvent permettre de dévoiler un sens qui n'apparaît pas au premierabord. L'interprétation est alors ce qui permet de ne pas en rester aux apparences. Ainsi, s'il n'y a pas de symbolesans un début d'interprétation, il est nécessaire de prendre en compte l'importance de la démarche interprétativeparce qu'elle est une dimension essentielle de l'exercice de la pensée. • La science moderne ne repose-t-elle pas sur le développement des signes mathématiques ? Pour Galilée, le « livrede la nature » est écrit en langage mathématique. L'invention de la géométrie analytique par Descartes conduira àsubstituer à l'intuition spatiale de la géométrie euclidienne la manipulation des symboles algébriques : une courbedevient une équation. Galilée est un savant du XVI ième siècle, connu comme le véritable fondateur de la physique moderne, et l'homme auquel l'Inquisition intenta un procès pour avoir soutenu que la Terre tournait sur elle-même et autour du soleil. Dans un ouvrage polémique, « L'essayeur », écrit en 1623, on lit cette phrase : « La philosophie [ici synonyme de science] est écrite dans ce très vaste livre qui constamment se tient ouvert devant nos yeux –je veux dire l'univers- mais on ne peut le comprendre si d'abord on n'apprend pas àcomprendre la langue et à connaître les caractères dans lesquels il est écrit. Or il est écrit en langage mathématique et ses caractères sont lestriangles, les cercles, et autres figures géométriques, sans lesquels il est absolument impossible d'en comprendre un mot, sans lesquels on errevraiment dans un labyrinthe obscur . » Dans notre citation, la nature est comparée à un livre, que la science a pour but de déchiffrer. Mais l'alphabet qui permettrait de lire cet ouvrage,d'arracher à l'univers ses secrets, ce sont les mathématiques. Faire de la physique, saisir les lois de la nature, c'est d'abord calculer, faire desmathématiques. Galilée est le premier à pratiquer la physique telle que nous la connaissons: celle où les lois de la nature sont écrites sous forme d'équations mathématiques, et où les paramètres se mesurent. Pour un homme du vingtième siècle cette imbrication de la physique et des mathématiques va de soi, comme il semble évident que nous devonsmesurer et calculer les phénomènes observés. Pourtant, c'est une véritable révolution qui se manifeste dans ces lignes : elles signent la fin d'unetradition d'au moins vingt et un siècle. La tradition inaugurée par Aristote , et que Saint Thomas a christianisé au treizième siècle. Pour comprendre la portée de cette révolution qui manifeste et renforce une véritable crise de civilisation, il faut d'abord exposer la vision du monde etdes sciences qui prédominait jusqu'à Galilée . Koyré a magnifiquement résumé le changement du monde qui s'opère entre le XVI ième et le XVII ième : on passe du « monde clos à l'univers infini ». Pour les anciens, le monde était fini, comparable à une sphère, dont le centre était la Terre, immobile au centre du monde, et la circonférence lesétoiles fixes. L'espace est non seulement fini, clos, achevé, mais parfaitement ordonné. De plus, les anciens séparaient ce monde en deux zones : le supralunaire (au-dessus de la Lune), et le sublunaire(au-dessous de la Lune). Ils croyaient que le monde supralunaire était parfait, immuable, car on observe à l'œil nuque le cours des astres est régulier, et toujours identique, et l'un ne peut voir aucun accident, aucun changement àla surface des étoiles. Par contre, sur Terre, tout change, tout se modifie constamment : les choses apparaissent,se transforment et meurent. Tout est dans un perpétuel changement. Notre monde était considéré comme celui dela génération et de la corruption, par opposition à celui des astres. C'est ainsi qu'on en arrivait à penser une hiérarchie et une imitation d'un monde à un autre. Notre monde imparfaitet changeant tentait d'imiter le caractère incorruptible et parfait du monde des étoiles. Par exemple, si l'individu doitmourir, en se reproduisant il perpétue l'espèce. L'individu meurt mais l'espèce est immortelle. Se reproduire revient àtenter d'imiter, autant qu'il se possible, l'immortalité du monde supralunaire. On a donc un monde orienté de façon absolue. Non seulement la Terre est le centre du monde, mais chaque chosea sa place naturelle, chaque élément son lieu naturel. Ainsi la pierre est attirée par la terre, et y retombera toujourssi on la lance, ainsi le feu « monte » vers son lieu naturel, l'éther. Cette vision du mode est celle d'un cosmos, clos, achevé, hiérarchisé. Chaque chose, dont l'homme, y a sa place et sa fonction. Enfin, cette vision, qui est celle que les contemporains de Galilée reçoivent d' Aristote , interdit que l'on fasse de la physique mathématique. La physique s'occupe des corps concrets & naturels. La mathématique s'occupe d'objetsabstraits. On ne trouve pas sur Terre d'objets parfaitement sphériques comme ceux qu'étudient les mathématiques,on ne trouve pas dans la nature où tout est en trois dimensions de cercle censé se situer dans un espace à deuxdimensions, puisque le cercle mathématique n'a pas d'épaisseur. Avec les découvertes de Galilée , tout change. Galilée est le premier à avoir l'idée de pointer la lunette récemment découverte sur le ciel. Il découvre des tâches solaires, des volcans et des cratères lunaires, et montre que la voielactée est faite de milliers d'étoiles. C'est donc que le monde supralunaire n'est pas parfait, immuable, incorruptible.Ces cratères et ces tâches sont le signe qu'il y a changement, génération & corruption partout dans l'univers. Galilée est le premier à formuler correctement la loi de la chute des corps, à calculer le rapport de la distance parcourue par un objet qui tombe, le temps de la chute et sa vitesse. Il montre alors deux choses : Ø Il n'y a pas de lieu naturel des corps, la notion de mouvement est relative à la place et au mouvement de celui quiobserve. Par exemple si un marin en haut d'un mât laisse tomber une pierre sur le bateau, il verra la pierretomber en ligne droite. Mais un observateur sur un pont verra la pierre tomber suivant une parabole. Ou encore »

Le document : "Le monde est-il à interpréter ou à connaître ?" compte 3629 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Le monde est-il à interpréter ou à connaître ?

Liens utiles