Devoir de Philosophie

Le pouvoir du peuple peut il etre juste

Extrait du document

Correction 1ère dissertation : le pouvoir du peuple peut il être injuste ? [Confère : C- Le légal et le légitime]   Ne pas citer d’auteurs en règle générale dès le début. Une dissertation n’est pas un recueil de citations. Dans l’introduction on peut cependant s’appuyer sur une formule connue, mais pas quelque chose qui implique un développement et des références précises. Il faut donner les références des textes cités, pour montrer effet de lectures personnelles.   1-      Définitions   - Notion de République : On peut la définir en trois moments, c’est un régime qui se détermine par son sens, qui est le bien commun, l’intérêt général. Au sein de celle-ci, il existe une solidarité entre les citoyens, organisme dans lequel il y a une unité. Enfin, le peuple participe, d’une manière ou d’une autre, au pouvoir. On peut la définir comme un « Etat de droit «, même si celui-ci n’est pas nécessairement une République. Un Etat de droit est constitué de lois, d’institutions.   - Notion de pouvoir : Il faut distinguer pouvoir suprême et pouvoir souverain. Le pouvoir souverain signifie tous les pouvoirs, le pouvoir suprême signifie le plus haut, le plus décisif. Si le peuple a le pouvoir suprême, cela ne signifie pas qu’il a tous les pouvoirs. Pour Aristote, la République au sens strict, c’est là ou le peuple a le pouvoir suprême et au sens large, c’est la République comme nous l’avons  définit au départ. Le pouvoir, c’est la possibilité d’une domination, mais qui suppose une certaine acceptation. Plus le pouvoir est faible, plus il a recours à la contrainte pour se faire obéir. Le pouvoir se distingue de la puissance. Un pouvoir fort n’a pas besoin d’avoir recours à la force, à la pression. Une autorité est un pouvoir tout à fait légitime, car il a été autorisé. Elle nécessite une acceptation dans un cadre légitime. On  lui reconnait quelque chose de supérieur, qui le légitime. Le pouvoir suppose un commandement qui est relativement accepté, l’autorité nécessite une autorisation.   - Notion de démocratie : Chez Rousseau, toute république n’est pas nécessairement démocratique, et ce n’est pas pour lui un idéal. La république, c’est le peuple souverain, c’est les citoyen qui réunis qui font les lois. Le peuple souverain se transmet à lui-même le pouvoir exécutif....

« faible, plus il a recours à la contrainte pour se faire obéir. Le pouvoir se distingue de la puissance. Un pouvoir fort n'a pas besoin d'avoir recours à la force, à la pression. Une autorité est un pouvoir tout à fait légitime, car il a été autorisé. Elle nécessite une acceptation dans un cadre légitime. On  lui reconnait quelque chose de supérieur, qui le légitime. Le pouvoir suppose un commandement qui est relativement accepté, l'autorité nécessite une autorisation.   - Notion de démocratie : Chez Rousseau, toute république n'est pas nécessairement démocratique, et ce n'est pas pour lui un idéal. La république, c'est le peuple souverain, c'est les citoyen qui réunis qui font les lois. Le peuple souverain se transmet à lui-même le pouvoir exécutif.   - Notion de peuple : Deux grands sens de la notion de peuple, 1. Pleb ou vulgus, partie de la population inférieure, qui s'oppose aux autres classes. 2. Populus, la population en tant qu'elle est instituée par des règles communes, qui s'oppose à la multitude qui est éparse, individualiste, ne possède pas l'unité qu'on attend d'une République. Tocqueville critique la démocratie dans le sens de multitudo. Demos en grec a en fait plusieurs sens.  Dictionnaire de philosophie à l'article peuple. D'abord, son sens proprement politique : le peuple en tant qu'il est identifié à la cité. Demos désigne les membres d'une cité, les citoyens, pas les habitants. Ensuite, l'ecclésia, c'est le fait d'un peuple assemblé qui décide. Enfin, Plethos, désigne la foule, le grand nombre, la masse. Par ailleurs, le laos c'est le peuple considéré dans son unité, dans son tout indivisible. Peuple en tant que communauté politique. Le laos, c'est le singulier. Ce qui implique l'égalité de ces membres. Notion de laïcité qui en découle. La laïcité c'est l'égalité dans la liberté de conscience.    2-      Montesquieu Pour Montesquieu, le meilleur régime n'est pas la république, c'est un régime mixte. Pour Montesquieu il faut la séparation des pouvoirs, c'est-à-dire, pas le pouvoir du peuple. Il y a trois formes de pouvoir, République, »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles