Devoir de Philosophie

Les apparences sont-elles toujours trompeuses ?

Extrait du document

B. Les apparences sensibles ne doivent pas être exclusivement définies par rapport à la connaissance et aux notions de vérité et de fausseté : les apparences ont bien d'autres dimensions, comme le plaisir esthétique ou même le plaisir des sens qu'elles peuvent occasionner.

C. Les apparences sont innocentes : leur dénonciation repose en fait sur le rejet général du sensible, inséparable de la sensualité et du plaisir, au profit de la connaissance intellectuelle, au moyen de laquelle les choses telles qu'elles sont en soi sont susceptibles d'être connues.

Pourtant, il y a peut-être une dimension importante qui associe apparence et connaissance. Mais il ne s'agit plus alors de dénoncer leur caractère trompeur.

■■ 3. L'apparence, seule source de connaissance du monde réel

pour un être fini

A. L'homme est un être fini : alors qu'un être infini par définition créerait et connaîtrait les choses d'un seul et même mouvement, l'homme ne peut connaître les choses que lorsqu'il les rencontre. Autrement dit, l'homme ne crée pas les choses, mais elles doivent lui apparaître.

« B. Les apparences sensibles ne doivent pas être exclusivement définies par rapport à la connaissance et aux notions de vérité et de fausseté : les apparences ont bien d'autres dimensions, comme le plaisir esthétique ou même le plaisir des sens qu'elles peuvent occasionner. C. Les apparences sont innocentes : leur dénonciation repose en fait sur le rejet général du sensible, inséparable de la sensualité et du plaisir, au profit de la connaissance intellectuelle, au moyen de laquelle les choses telles qu'elles sont en soi sont susceptibles d'être connues. Pourtant, il y a peut-être une dimension importante qui associe apparence et connais­ sance. Mais il ne s'agit plus alors de dénoncer leur caractère trompeur. -3. L'.apparence, seule source de connaissance du monde réel pour un être fini A L'.homme est un être fini : alors qu'un être infini par définition créerait et connaîtrait les choses d'un seul et même mouvement, l'homme ne peut connaître les choses que lorsqu'il les rencontre. Autrement dit l'homme ne crée pas les choses, mais elles doivent 'lui apparaître. B. L'.apparence ne s'oppose donc pas nécessairement aux choses telles qu'elles sont en soi : l'apparence désigne plutôt, plus profondément la manière dont le réel apparaît à un être fini comme l'être humain. Nous savons que le bâton apparemment brisé quand il est plongé dans l'eau est en réalité droit, parce qu'il nous apparaît tel avant d'être plongé : autrement dit, il ne faut pas opposer les apparences aux choses réelles, mais certaines apparences à d'autres. !.'.homme ne peut échapper à l'apparence. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles