Devoir de Philosophie

L'homme peut-il vivre sans croyances?

Extrait du document

L'homme peut-il vivre sans croyances ? → Croire est-il nécessaire ? La croyance et le fait religieux occupent et ordonnent la vie de l'homme depuis son origine, ce sujet revient donc souvent en philosophie. On remarque cependant que la croyance est une notion ambiguë et qu'elle est pleine de nuances. Ainsi, la croyance telle qu'on l'imagine d'abord est relié au phénomène de foi, et donc à une relation interpersonnelle, une relation marquée par la confiance. Elle peut en revanche suggérer une hypothèse, une opinion personnelle dont on n'est pas sûr. La croyance désigne également une adhésion intellectuelle ou affective à une représentation, à une image. On peut alors se demander si croire est nécessaire. Nous verrons dans un premier temps le rejet de la religion, avant de s'intéresser aux limites de ce rejet, puis enfin, nous étudierons d'autres formes de croyances que la religion.  [ANNONCE PLAN ?]   On peut vivre sans croyances [LA RAISON/RELIGION]   D'une part, on remarque que ce qu'on associe spontanément à la croyance est la religion. Celle-ci, définie comme un ensemble de croyances partagées par une communauté, apparaît souvent en conflit avec la raison, qui est la capacité à discerner le vrai du faux, la faculté de connaître et de juger sur la base de preuves irréfutables. La religion apporte des réponses quant à la conception du monde et son origine, ainsi que sur le rôle que joue l'Homme dans le monde qui l'entoure. En revanche, ces réponses ne sont pas fondées sur des preuves concrètes. Le conflit entre la foi et la raison apparaît dès l'Antiquité, au travers de mouvements philosophiques comme l'épicurisme. Épicure prône une vision physico-scientifique de notre monde, or, les sciences se basent sur des preuves et des vérifications. Au XVIIe siècle, Spinoza va même jusqu'à dénoncer l'absurdité et les erreurs qui viennent de la religion : selon lui, la croyance religieuse doit être soumise à la Raison, c'est-à-dire qu'il faut abandonner les croyances qui sont irréalisables, comme les miracles notamment. Le siècle des Lumières est également marqué par une lutte contre l'obscurantisme religieux, incarné par Voltaire qui lutte contre les préjugés et les superstitions de la religion. Il semble donc qu'on évolue vers une absence de croyances, vers un triomphe de la science au fil de l'Histoire. Croire semble être une erreur.   D'autre part, pour certains, avec l'avènement et les progrès de la science, la religion n'a plus lieu d'être et n'a plus de signification. En effet, si on considère que ces croyances s...

« philosophiques comme l'épicurisme. Épicure prône une vision physico-scientifique de notre monde, or, les sciences se basent sur des preuves et des vérifications. Au XVIIe siècle, Spinoza va même jusqu'à dénoncer l'absurdité et les erreurs qui viennent de la religion : selon lui, la croyance religieuse doit être soumise à la Raison, c'est-à-dire qu'il faut abandonner les croyances qui sont irréalisables, comme les miracles notamment. Le siècle des Lumières est également marqué par une lutte contre l'obscurantisme religieux, incarné par Voltaire qui lutte contre les préjugés et les superstitions de la religion. Il semble donc qu'on évolue vers une absence de croyances, vers un triomphe de la science au fil de l'Histoire. Croire semble être une erreur.   D'autre part, pour certains, avec l'avènement et les progrès de la science, la religion n'a plus lieu d'être et n'a plus de signification. En effet, si on considère que ces croyances sont nées d'un besoin, celui d'explications, de réponses et de réconfort, alors dans un monde où les recherches scientifiques permettent de plus en plus de nous éclairer sur le monde qui nous entoure, on peut se demander quelles autres fonctions peut occuper la religion. En outre, selon Nietzsche, les croyances liées à la religion entraînent une castration de la volonté de puissance, qu'il désigne aussi comme l'essence de la vie. En effet, la religion est faite de restrictions, alors pour Nietzsche, la religion empêche la vie, l'expression de la vie, les instincts... Croire est alors une illusion.   Par ailleurs, il est possible d'être moins catégorique quant à la religion. En effet, la science permet selon certains d'éliminer la religion ou en tout cas certains de ses aspects. Cependant, d'autres affirment que s'il est impossible de prouver l'existence de Dieu, on ne peut pas non plus prouver le fait qu'il n'existe pas. Cela se traduit par l'agnosticisme, du grec agnôs (ignorant) soutenu, entre autres, par Hume et Kant. L'agnostique choisit donc de ne pas se positionner dans un débat opposant le croyant au non-croyant : il reconnaît qu'il ne sait pas, et donc choisit de ne pas croire.   Limites de la première partie [croyances non limitées à la religion] »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles