Devoir de Philosophie

Merleau-Ponty: autrui et langage

Extrait du document

merleau

Dégagez l'intérêt philosophique de ce texte en procédant à son étude ordonnée.

 

Il y a un objet culturel qui va jouer un rôle essentiel dans la perception d'autrui : c'est le langage. Dans l'expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu'un seul tissu, mes propos et ceux de l'interlocuteur sont appelés par l'état de la discussion, ils s'insèrent dans une opération commune dont aucun de nous n'est le créateur. [...] Nous sommes l'un pour l'autre collaborateurs dans une réciprocité parfaite, nos perspectives glissent l'une dans l'autre, nous coexistons à travers un même monde. Dans le dialogue présent, je suis libéré de moi-même, les pensées d'autrui sont bien des pensées siennes, ce n'est pas moi qui les forme, bien que je les saisisse aussitôt nées ou que je les devance, et même, l'objection que me fait l'interlocuteur m'arrache des pensées que je ne savais pas posséder, de sorte que si je lui prête des pensées, il me fait penser en retour.

 

Merleau-Ponty

« + + + + +,+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + REPE RER LE MOU VEME NT DU TEXTE Il n'est pas vraiment possible ni intéressant de divis er ce texte en « parties » bien distinctes :il est d'un seul tenant et propose moins une démonstr ation argumentée qu'une évocation. On peut cependant repérer trois points forts :la per ception d'au­ trui doit beaucoup au langage ; qui constitue un monde com­ mun ; au sein duquel se déroulent l'échange et la promotion récip roque de nos pensées. ++++++++++++++++ +++++++++ EXP LICITER LES TERMES « objet culturel » : comment peut-on assimiler le langage à un objet ? Que signifie cette expressi on? Sans doute peut-on traduire ici « objet » par « élément », « structure ». Le langage est un des élément s essent iels de la culture, c'est-à-dire de la fa çon proprem ent humaine d'exister en société. - « la per ception d'autrui » : il ne s'agit pas seulement de la per ception visuelle mais de la façon génér ale de prendre conscience de la présence d'autrui à mes côtés. Cela signifie que la perception d'autrui est constitutive de la conscience que j'ai du monde et de moi -même :pas de conscience réelle sans lan­ gage, pas de langage sans échange avec autrui. « ma pensée et la sienne ne font qu'un seul tissu » :a na lysez cette métaphor e du tissu. Que nous donne-t-elle à comprend re sur le dialogu e avec autrui? - « une opér ation commune dont aucun de nous n'est le créa­ teur » : que signifie ici ce terme de « créateur » ? Comment comprendre l'image d'une « opération sans créateur» ? Mer ­ leau-Ponty montre que, si chacun est bien l'auteur des paroles qu 'il prononce, le dialogue en revanche est presque un être auto­ nome né de l'échange. « je suis libéré de moi-même » :c 'est-à-dire de mon point de vue purement subjectif, dont je ne puis, par définition, pas sortir par mes propres forces. ++++++++++++++++++++++++ BIBL IOGR APHIE M. MERLEAu-PoNIT, Phénoménologie de la perce ption, Gallimard. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles