Devoir de Philosophie

PASCAL : Le haïssable du moi - fragment 455 de l’édition Brunschvicg ou du fragment 136 de l’édition Chevalier (en Pléiade)

Publié le 12/09/2015

Extrait du document

pascal

S’il se vante, je l’abaisse; s’il s’abaisse, je le vante; et le contredis toujours jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il est un monstre incompréhensible.

Le moi est haïssable : vous Milton, le couvrez, vous ne l'ôtez pas pour cela; cela vous est donc toujours haïssable. - Point, car en agissant, comme nous faisons, obligeamment pour tout le monde, on n’a plus sujet de nous haïr. - Cela est vrai, si on ne haïssait dans le moi que le déplaisir qui nous en revient. Mais je le hais parce qu’il est injuste, qu’il se fait centre du tout, je le haïrai toujours.

 

En un mot, le moi a deux qualités : il est injuste en soi, en ce qu’il se fait centre du tout; il est incommode aux autres, en ce qu’il les veut asservir : car chaque moi est l’ennemi et voudrait être le tyran de tous les autres. 

Il est dangereux de trop faire voir à l’homme combien il est égal aux bêtes, sans lui montrer sa grandeur. Il est encore dangereux de lui faire voir sa grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer l’un et l’autre.

pascal

« 184 1 Moi ce moi, ne peut l'empêcher d'être là, toujours aussi despotique sous les allures de la modestie.

Et l'on en arrive donc au deuxième sens de cette for­ mule, celui qui prédomine à juste titre dans la mémoire collective.

Le moi est haïssable parce que sa prétention à être au centre de tout traduit l'orgueil humain.

Cet orgueil est pour Pascal la grande faute.

La princi­ pale qualité du chrétien doit être l'humilité.

Il doit sentir combien il est peu de chose face à l'infinie puis­ sance de Dieu.

Pascal ne souhaite pas que l'homme se ravale au rang de l'animal car il est grand par la pensée.

Mais il ne veut pas non plus que cet homme, fier de cette supério­ rité sur l'animal, en vienne à se prendre pour le roi de l'univers.

Ce qui lui fait écrire, toujours dans les Pen­ sées «S'il se vante, je l'abaisse; s'il s'abaisse, je le vante; et le contredis toujours jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il est un monstre incompréhensible.

>> ou encore, dans un autre fragment: «>) sur cette formule dans la bouche du défenseur. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles