Devoir de Philosophie

Pensez-vous qu'autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même ?

Extrait du document

Puisque nous sommes en situation de penser par rapport à notre propre conscience, nous avons l'impression que nous sommes les mieux placés pour savoir ce que nous ressentons, et nous nous représentons de cette manière. Mais la conscience nous permet de nous connaître, et, nous le verrons, autrui sera un facteur de développement pour notre conscience et nous permettra nous porter un jugement sur notre propre personne. De là, pouvons nous affirmer qu'autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même ? Cela remet en question la pensée de Jean-Paul Sartre (1905-1980), qui affirme que notre conscience sera influencée par les gens qui nous entourent. Nous répondrons à cette problématique à travers plusieurs étapes. Dans la première, nous présenterons comment nous pouvons caractériser notre conscience dans le cas où autrui ne serait pas présent, puis par la suite nous déterminerons comment le regard qu'autrui porte sur moi permet de révéler qui je suis réellement.

« « Autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même. » Sartre Nous sommes des êtres conscients. Dès lors nous nous regardons agir, nous nous jugeons. Nous pourrions penser spontanément que cette conscience de soi ne concerne pas autrui, ou qu'elle se fait en son absence, loin de son regard. Il n'en est rien. La relation de soi à soi-même passe par l'autre : l'autre est un médiateur entre moi et moi-même. En effet, la relation qu'on a de soi à soi s'inscrit dans une relation avec autrui. Autrui est la condition non seulement de mon existence, mais aussi de la connaissance que j'ai de moi. Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l'autre, dit encore Sartre. Je me juge jaloux, méchant, spirituel, je me considère comme un bon professeur, un bon père, etc., dans la mesure même où autrui me juge tel. Le regard que nous portons sur nous-mêmes passe par le regard qu'autrui porte sur nous-mêmes: en ce sens autrui est une médiation entre moi et moi-même. Sartre donne un exemple fameux dans L'Être et le Néant qui est très éclairant: je suis seul et je fais quelque chose de plus ou moins répréhensible; or, soudain, je m'aperçois que je suis vu par autrui, je suis surpris par le regard de l'autre, et, alors, j'ai honte. C'est le regard d'autrui sur moi-même qui fait que j'ai honte de moi-même: je suis tel que me voit autrui :j'ai honte de moi tel que j'apparais à autrui. Ce qu'il est important de comprendre, c'est qu'il est illusoire de croire que je peux détacher le regard qu'autrui pose sur moi de celui que j'ai sur moi-même, comme si le premier était faux, et le second seul vrai. Non, le regard que je porte sur moi-même est constitué par le regard qu'autrui a sur moi. Lorsque j'ai honte, il n'est pas vrai que j'ai honte seulement par rapport à autrui, mais non par rapport à moi-même : j'ai bien honte de moi, tel que je suis vu par autrui. Je suis traversé, imprégné par le regard d'autrui. L'autre est un médiateur indispensable entre moi-même et moi-même, et non un médiateur superflu, dont je pourrais me passer. Je construis aussi ma vie, mon identité en fonction du »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles