Devoir de Philosophie

Peut-on être trop libre de s’exprimer ?

Extrait du document

« Concours d’éloquence : Peut-on être trop libre de s’exprimer ? La liberté : en apparence, c'est le fait de ne jamais être contraint, de faire ou de penser ce que l'on veut. L'expression consiste en général à extérioriser notre pensée, par la parole ou par l'écrit (la presse par exemple). La liberté d'expression est presque un pléonasme, puisque s'exprimer revient toujours à libérer quelque chose en nous. Le problème est donc le suivant, peut-on réellement être trop libre de s’exprimer. Je repondrais par la négative : Nous ne sommes jamais trop libres de nous exprimer. Tout d’abord, nous allons nous intéresser au verbe “pourvoir” présent dans cette phrase, car il peut en effet signifier deux choses. On peut le voir, premièrement, sous l’angle de « est-il possible ? « (est-il possible de tout dire ?). Mais on peut également le voir sous l’angle du « estil permis ? » (est-il permis de tout dire ?). On peut donc envisager ce problème selon la permission, auquel on s’intéressera en particulier. Selon la permission, il s’agit de voir si moralement, ou légalement, il est autorisé de tout dire. Ce qui engage alors les autres, la société, et donc, des questions de norme sociale, de droit et de limites autour de la liberté. Dans notre société, a l’heure actuelle, il nous est impossible de nous exprimer librement, car il existe des limites à notre liberté d’expression, et qui ainsi, ne nous permettent pas d’être trop libre : - Il y a d'abord des limites naturelles : comme la liberté de pensée, la liberté d'expression rencontre les limites naturelles de toute faculté humaine. Nous avons également une liberté de choix entière (liberté de la volonté, libre arbitre), pourtant elle reste réalisable seulement avec nos capacités intellectuelles de concevoir les choses, et qui sont évidemment limitées. D'autre part la capacité de "dire" connaît des limites d'ordre psychologique : l'homme pratique souvent l'auto-censure, il y a des choses que l'on s'empêche (consciemment ou inconsciemment) de dire ... - Il y a ensuite et surtout les limites juridiques et politiques. Toute liberté socialement reconnue se trouve, en même temps, juridiquement limitée (=par la loi). Par exemple on ne peut insulter librement et publiquement une personne, tenir des propos racistes (encore moins les publier), ou encore se livrer à la diffamation. Les critères de ces interdits concernent surtout le droit à l'honneur : certes les paroles ne tuent pas, mais elles peuvent porter atteinte à l'honneur, ou à l'intégrité morale. D'autre part il existe des critères plus politiques : tout ce qui peut porter atteinte à la sécurité de l'Etat est interdit. La liberté de la presse n'est donc pas absolue. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles