Devoir de Philosophie

Peut-on mesurer le temps ?

Publié le 02/01/2004

Extrait du document

temps

 

  • Sens des termes

   — Instrument : objet permettant de réaliser une opération, appareil, outil.  — Mesure : détermination d'une grandeur à partir d'un étalon ou d'une unité servant de référence.  — Temps : milieu indéfini, où les événements se déroulent, durée humaine qualitative et vécue.  — Connaître : saisir l'essence et l'être d'une chose.  

  • Sens du sujet
   Les appareils permettant de déterminer quantitativement le temps, à partir d'une unité, nous font-ils saisir son essence ?  
  • Le problème
   Faut-il valoriser l'aspect qualitatif ou quantitatif du temps?   

 

1. Les instruments de mesure du temps nous font connaître le temps objectif, celui de la science, de la prévision et de l'action.

2. Mais les instruments expriment seulement le travail de l'intelligence.

3. Au-delà de cette sphère, est un autre temps, le temps vécu, que les instruments de mesure ne nous font pas connaître.

temps

« POUR DÉMARRER Les outils appréciant quantitativement, avec des termes de comparaison, le temps, nous font-ils saisir l'essence dece dernier? Encore faut-il distinguer le sentiment de la durée (temps vécu) et les moments égaux que les pendulesquantifient. Analyser le temps de manière polysémique.

Il y a le temps vécu, irréversible, que nous expérimentons et il y a letemps continu et uniforme de notre montre.

Les instruments de mesure du temps s'occupent du sens deuxième etnon du premier. CONSEILS PRATIQUES Montrez l'opposition entre le temps quantifiable et la durée qualitative (cf.

Bergson).

Pas de définition univoque dutemps, tel est ici l'impératif majeur. BIBLIOGRAPHIE BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, PUF. Sens des termes — Instrument : objet permettant de réaliser une opération, appareil, outil.— Mesure : détermination d'une grandeur à partir d'un étalon ou d'une unité servant de référence.— Temps : milieu indéfini, où les événements se déroulent, durée humaine qualitative et vécue.— Connaître : saisir l'essence et l'être d'une chose. Sens du sujet Les appareils permettant de déterminer quantitativement le temps, à partir d'une unité, nous font-ils saisir sonessence ? Le problème Faut-il valoriser l'aspect qualitatif ou quantitatif du temps? Plan 1.

Les instruments de mesure du temps nous font connaître le temps objectif, celui de la science, de laprévision et de l'action. Le temps abstrait et objectif, mon allié pour accomplir mes tâches dans le monde. • Le temps du monde physique, dimension selon laquelle les faits s'ordonnent, et forme divisible, analogue àl'espace.Il faut donc mentionner, à côté du temps vécu et irréversible, un temps objectif, milieu indéfini dans lequel sedéroulent les événements.

C'est une forme divisible, analogue à l'espace, appréhendée sur le modèle de cet espace.Ce temps est la condition de mon action dans le monde, il apparaît donc un organe, un instrument et un allié.

Letemps des horloges, des instruments et de la science est le vrai temps de la liberté humaine. • Le temps intelligible et rationnel est lié à la prévision scientifique.Mais il faut aller plus loin : toute la science donne à voir un temps maîtrisé grâce à la saisie rationnelle des loisscientifiques.

La science est, en effet, inséparable d'un temps de prévision s'effectuant à travers la connaissancedes lois de la nature.

Ici, l'homme peut prévoir l'avenir et maîtriser le temps, devenu ainsi son allié « objectif ». 2.

Mais les instruments expriment seulement le travail de l'intelligence. Le travail d'abstraction et de rationalité de l'intelligence. Jusqu'à présent, nous en sommes restés au niveau du temps vécu et concret.

Mais l'homme est également un êtred'abstraction, opérant par concepts et idées générales, séparant ce qui ne l'est pas concrètement dans la réalité(telle se définit l'abstraction).

Ainsi l'intelligence peut-elle mener à bien ses tâches en isolant, de manière abstraiteles données.

C'est dans cette perspective de l'abstraction que nous pouvons comprendre le temps saisi commenotre allié, le temps objectif et scientifique. 3.

Au-delà de cette sphère, est un autre temps, le temps vécu, que les instruments de mesure ne nousfont pas connaître. Il faut, en effet, revenir sur le temps vécu, sur la temporalité de la conscience : nous pouvons reconnaître en cettedurée l'allié de notre action, l'outil de nos projets dans le monde, voire même l'objet d'une intuition quasi esthétique.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles