Devoir de Philosophie

Que nous apprennent les beautés de la nature sur la nature même de la beauté?

Extrait du document

Chez Kant, la beauté de et dans la nature (beauté qu’il qualifie d’adhérente, par opposition à celle de l’art, qui est « libre ») est encore attachée à la singularité de l’objet et se trouve déterminée par un point de vue au moins partiellement finalisé (un beau cheval de course est différent d’un beau cheval de labour parce qu’on n’attend de lui ni les mêmes fonctions ni en conséquence les mêmes qualités). Même différence entre sublime « mathématique » (d’origine humaine : les Pyramides) et sublime «dynamique» (dans la nature), qui renvoie à l’idée de création divine.

 

D’où l’on peut déduire, si l’on admet ainsi l’existence de beautés de la nature, qu’elles nous apprennent précisément à repérer ce qui leur manque pour accéder à la dimension purement esthétique.

« -Chez Kant, la beauté de et dans la nature (beauté qu'il qualifie d'adhérente, par opposition à celle de l'art, qui est« libre») est encore attachée à la singularité de l'objet et se trouve déterminée par un point de vue au moins partiellement finalisé (un beau cheval de course est différent d'un beau cheval de labour parce qu'on n'attend de lui ni les mêmes fonctions ni en conséquence les mêmes qualités). Même différence entre sublime «mathématique» (d'origine humaine: les Pyra­ mides) et sublime «dynamique» (dans la nature), qui renvoie à l'idée de création divine. D'où l'on peut déduire, si l'on admet ainsi l'existence de beautés de la nature, qu'elles nous apprennent précisément à repérer ce qui leur manque pour accéder à la dimension purement esthétique. - Le chant du rossignol nous séduit à partir du moment où l'on croit y percevoir l'expression de sentiments humains, c'est-à-dire quelque chose qui se situe au-delà du rossignol naturel (Hegel). De la même façon, selon Kant, un bois usé par un torrent nous semble obéir à une volonté artistique, et c'est pourquoi il nous paraît émouvant. - Hegel est plus catégorique: la prétendue beauté de la nature ne peut rien nous enseigner sur la nature de la beauté dans la mesure où elle est de très loin inférieure puisque lui fait défaut la marque de l'esprit et de sa liberté. III. LA BEAUTÉ ARTISTIQUE DÉFINIT LES BEAUTÉS DE LA NATURE - Les beautés de la nature ne sont pas perçues universellement: ce qui est pour moi un beau paysage peut n'être qu'un ensemble d'obstacles pour le promeneur ou un terrain riche en gibier pour le chasseur. Pour les percevoir, il faut être désintéressé (au sens kantien) et cette absence d'intérêt dépend des circonstances dans lesquelles se trouve le sujet (ce qui n'est pas Je cas pour la beauté artistique). - Elles ne sont pas non plus perçues uniformément à travers l'histoire. Le« beau paysage» n'apparaît «beau» que relativement à la représentation (picturale, littéraire, photographique, cinématographique ... ) artistique d'un paysage (symbo­ liquement, on peut considérer que c'est Rousseau qui, au xvm• siècle, affirme définitivement que la nature peut être «belle»). -La perception de la «beauté» naturelle n'est donc pas immédiate: elle suppose au contraire l'intervention d'un travail artistique préalable (et donc d'une conception culturelle de la beauté). C'est ce dernier qui, en sélectionnant certains éléments de la nature et en les transformant, définit leur beauté potentielle et attire sur eux l'attention. CONCLUSION Les beautés de la nature, parce qu'elles ne sont ni spontanément ni «naïvement» perçues, ne font que confirmer le caractère culturel de la Beauté. Ce n'est qu'après l'élaboration de cette dernière qu'elles peuvent en évoquer -métaphoriquement - certains aspects. 90 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles