Devoir de Philosophie

Quelle est la signification et la portée de L'Allégorie de la Caverne de Platon ?

Extrait du document

platon

 

Allégorie

Récit ou oeuvre exprimant une idée fondamentale à l'aide d'une série d'images ou d'éléments narratifs.

L'allégorie présente toujours un double sens, littéral et figuré. Ce dernier peut être religieux, moral ou philosophique.

Les philosophes ont souvent utilisé ce procédé pour présenter un problème métaphysique. Les éléments narratifs sont alors des métaphores qui correspondent terme à terme au développement de l'idée à exprimer.

Un exemple célèbre d'allégorie est celui de la caverne, dans la République (livre VII) de Platon.

 

L'allégorie de la caverne retrace le chemin que doit parcourir l'homme pour parvenir à la connaissance. Elle est une ascension à partir d'un degré de connaissance très faible, le plus courant, qui est symbolisé par les ombres des objets fabriqués projetées sur le mur de la caverne par un feu ; le second degré est la vision des objets fabriqués eux-mêmes puis - troisième degré - celle des réalités de la nature, et enfin, dernier stade du savoir, celle du soleil qui permet de voir toute chose. La connaissance oppose deux mondes, celui des réalités sensibles, changeantes, mouvantes, et celui des réalités idéales, les idées, qui sont les essences des choses, ce qui leur permet d'être parce que les choses sensibles participent de cette idéalité. Le monde des hommes n'est pas une illusion mais un reflet déformé qui ne tire toute sa réalité que d'éléments qui sont en dehors de lui : la conception platonicienne de la connaissance est donc transcendante.   

« L'allégorie de la Caverne Au début du chapitre VII de La République , un débat capital est à l'ordre du jour : à qui doit être confi é le gouvernement de l'État ? La réponse abstraite devra ensuite être représentée d'une manière concrète en recourant à l'allégorie de la Caverne. La thèse abstraite Pour mieux cerner l'essence de la Justice, on imagine une cité idéale – idéalement juste. Cette cité est composée de trois classes à l'image des trois parties de l'âme ; pour être parfaitement harmonieuse, cette cité devra répondre à une triple exigence : de travail (confi é à des producteurs), de dévouement au bien public (confi é à des gardiens), de gestion rationnelle et sage (confi ée à des philosophes magistrats). Les futurs gouvernants en charge des affaires de l'État ne pourront accéder à leur responsabilités et à leur tâche qu'après un long apprentissage et une éducation morale et intellectuelle rigoureuse. L'accès à la connaissance se fait par degrès : du plus illusoire au plus réel, du plus obscur au plus lumineux. Il existe une correspondance entre l'âme et la cité ( République IV), toutes deux divisées en trois parties : âme corps Parties de l'âme Localisation dans le corps Disposition Classes Vertu dominante Risque de perversion Noûs ou « âme raisonnante, partie divine de l'homme » »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles