Devoir de Philosophie

Qu'est-ce qu'une volonté universelle ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

« Trouver une

forme d'association qui défende et protège de toute la force

commune la personne et les biens de chaque associé, et par

laquelle chacun, s'unissant à tous, n'obéisse pourtant qu'à luimême

et reste aussi libre qu'auparavant. Tel est le problème

fondamental dont le contrat social donne la solution. »

« [Reprise Annales – ABC du BAC – Nathan]    1. Le dessein de Rousseau    « L'homme est né libre, et partout il est dans les fers ». C'est par  cette formule incisive que s'ouvre le «Contrat social» (1762) de  Rousseau. L'auteur y recherche les conditions d'un état social qui  serait légitime et qui préserverait la liberté caractéristique de  l'homme à l'état de nature (c'est‐à‐dire dans cet état fictif qui  précède la réunion des hommes en société civile). « Trouver une  forme d'association qui défende et protège de toute la force  commune la personne et les biens de chaque associé, et par  laquelle chacun, s'unissant à tous, n'obéisse pourtant qu'à lui‐ même et reste aussi libre qu'auparavant. Tel est le problème  fondamental dont le contrat social donne la solution. »        2. Les termes du contrat    A la différence du pacte que proposait Hobbes, lequel était conclu entre les citoyens et leur chef, le  contrat social de Rousseau lie chaque citoyen à tout le corps social, c'est‐à‐dire au peuple, en tant  qu'il exerce désormais la souveraineté politique.    3. La loi, expression de la volonté générale    Si ce contrat exige la soumission, ce n'est donc plus la soumission au «Prince» (et à ses caprices),  mais la soumission à la volonté générale, qui est la volonté même du peuple. La volonté générale  n'est pourtant pas la somme des volontés particulières ; elle est la volonté qu'a tout citoyen lorsqu'il  fait abstraction de ses passions et de ses intérêts particuliers pour ne se soucier que du bien  commun. L'objet de la volonté générale est la loi, qui ne doit jamais concerner le particulier, mais  toujours l'universel. Il appartient au peuple souverain, inaliénable et indivisible, de faire la loi. Ainsi le  citoyen, parce qu'il participe à la loi qui le gouverne, demeure libre : « L'obéissance à la loi qu'on s'est  prescrite est liberté ».    Notons que la volonté générale n'est pas la majorité ni même l'unanimité quand celle‐ci est  constituée d'un assemblage de volontés particulières. La volonté générale est la volonté du bien  commun et s'exprime directement en chaque homme sous la forme de la raison.    Critique de la conception rousseauiste (1): si l'unanimité n'est pas réalisée, il faut accepter la loi de la  majorité, (50% des voies + 1). Risque de voir triompher les intérêts de classe est inévitable : la  démocratie ne serait‐elle pas  une "tyrannie de la majorité" sur la minorité ?  Critique de la conception rousseauiste (2): La démocratie =  « le pouvoir du/par/pour peuple », repose  sur l'assentiment donné par le plus grand nombre. Mais la foule manque de connaissances précises dans  l'optique de déterminer ses choix électoraux. Aussi, elle peut être tentée de choisir le discours le plus  séduisant, celui qui semble avoir raison par l'habileté de son langage. Ainsi, le règne démocratique  »

Le document : "Qu'est-ce qu'une volonté universelle ?" compte 312 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Qu'est-ce qu'une volonté universelle ?

Liens utiles