Devoir de Philosophie

Regret, remords. repentir : Leur place respective dans la vie morale.

Extrait du document

morale

A. Le regret. — L'analyse que nous avons faite précédemment de l'essence commune à ces trois idées convient sans autre addition au regret. Il se distingue des deux autres en ce qu'il n'est pas un sentiment de culpabilité morale. Nous regrettons des actes qui ne dépendent pas de notre volonté, telle pluie qui nous a empêchés de sortir, tel ami qui n'est pas venu nous voir, telle bévue que nous avons commise par mé­garde, c'est-à-dire des phénomènes naturels, des actes posés par la volonté d'autrui, des actes qui sont de nous sans que nous les revendiquions comme vraiment nôtres, car nous ne les avons pas voulus. Nos regrets peuvent aussi porter sur des décisions volontaires, mais lorsque ces décisions sont de simples erreurs, des maladresses, non des fautes. La différence entre ce que nous appelons erreur et ce que nous appelons faute n'est pas difficile à percevoir. Une action peut être appréciée diversement selon qu'on la rapporte à sa fin immédiate ou bien aux principes et aux fins dernières de l'activité humaine, selon qu'on la juge d'un point de vue technique ou d'un point de vue moral. Ainsi, un poison 

« traitions les phénom(•nes naturels comme s ïls étaient soumis à notre liberté. Appuyés sur cette contingence lictive, nous émettons le souhait 1·étrospectif que les choses se soient passées autrement. Or, le souhait est bien, lui aussi, une attitude qui ne convient qu'au futur, un futur sur lequel on sent qu'on 11 'a pa,; de prise et qu'on essaie malgré tout d'infléchir dans le sens de ses désirs. C'est la fusion paradoxale de ces deux points de vue qui constitue l'originalité commune des trois senti­ ments que nous avons à étudier. Nous allons ti\cher de distinguer chacun d'eux des autres, puis nous déterminerons leur valeur et leur rôle dans la Yie morale. J. ANALYSE. Il n'est guère facile de mettre de l'ordre dans les notions contenues sons ces trois mots : regr·et, remords, repentir. Car leur emploi n'est pas net, la langue met ici sa confusion habituelle. Le regret n'est souYent qu'une forme atténuée de remords ou de repentir sans contenn propre. On dit ainsi indifféremment »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles