Devoir de Philosophie

Vouloir revenir a un mode de vie naturel a t'il un sens pour l'homme?

Extrait du document

Clément Guillot Dissertation: Vouloir revenir a un mode de vie naturel a t'il un sens pour l'homme? On parle ici d’un "retour" à la nature, comme si l’on s’était éloigné de la nature, comme si avec la civilisation moderne, on avait "perdu" le terme de naturel. Mais es-ce que vouloir retourner à une vie naturelle a t'il avoir un sens pour l’Homme ? Dans le terme de "vie naturelle" on peut d'abord extraire "vivre dans la nature". Mais ques-ce que la nature ? La Nature, c’est l’ensemble des choses réels contraites ou abstraites qui éxistent indépendamment de l’Homme. Le terme "vie naturelle" peut aussi s’interpréter de deux manières : tout d’abord cela évoque la vie "dans" la nature que l'on peut caractérisée de "sauvage", mais cela peut aussi signifier une vie plus pure, plus simple… Le problème est donc se savoir si l'Homme peut continuer à ignorer la nature, a savoir son environnement, et prétendre la dominer ? Nous pouvons aussiinerser la problématique, est-il raisonnab...

« elle pas un mythe, un danger, et le signe inquiétant d’une perte de confiance en l’homme ? C’est un fait que l’ "état de nature" de l’humanité n’est qu’un mythe. L’homme se définit comme un être culturel, et même s’il comporte encore une part naturelle de lui même , aujourd'hui, la nature ne peut plus lui servir de guide. L'Homme ne doit plus que se laisser guider par son intelligence, sa culture et son génie propre et non pas par la nature. On peut dire que d'une façon générale, il n’y a aucun retour possible pour l'Homme : selon nos aieux le progrès est irréversible (Contrairement aux grands espoirs qui ont soulevé nos aïeux, nous savons aujourd'hui qu’aucune acquisition du progrès technique n’est une valeur irréversible. Toutes les techniques peuvent être, de manière plus ou moins efficace et dangereuse, retournées contre l’homme). Il faut aussi se méfier des "idéologies" du retour à la nature : bien des défenseurs de la nature sont en réalité fascinés par elle, par son "appel" qui est une fausse harmonie, et par sa "loi" qui n’est pas une vraie justice. Dans une troisième partie nous allons désormais voir s'il faut essayer de comprendre la "vie naturelle" autrement : non pas comme un "état", mais comme un devenir, un projet? D’abord on peut dire que la "nature" a toujours été une grandeur pour la pensée philosophique, rien de moins que le symbole de l’égalité ou encore de la liberté. On le sait aussi, pour la pensée philosophique, le mal est le plus souvent produit et commis par l’homme, d’où l’idée de chercher en dehors de l’homme, "avant" le monde construit par lui, une certaine idée de paix. Même si dans la nature règne la loi du plus fort ou « la guerre de tous contre tous » (Hobbes), la nature reste le seul et unique symbole de ce qui n’est pas encore dévasté ou dégradé. D’autre part la "vie naturelle" évoque la simplicité, elle désigne ce que nous nous efforçons d’acquérir sans y parvenir au moyen de la civilisation matérialiste, soit la paix et la tranquillité de l’âme. Pour finir, il est ici question de survie pour l’humanité, revenir à la nature signifie avant tout, d’un point de vue économique et politique, qu’il faut préserver l’environnement et plus globalement se préocuper de la nature, réduire les nuisances que nous lui faisons subir. L’écologie est un "retour à la nature, il fau se rappeller du respect que nous devons à la nature ainsi qu’à nous-mêmes en tant qu’êtres issus de la nature. En conclusion, on peut dire que finalement, la vie naturelle n’est pas derrière nous comme un mythe dépassé , mais plutôt devant nous. Cela a donc bien un sens de vouloir retourner à une vie naturelle, c’est le fait de le vouloir plutôt que le fait d’y arriver qui compte et qui donne un sens. Apres réflexion, le vie naturelle ne désigne rien d’autre que notre survie collective, et surtout notre bonheur. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles