Devoir de Philosophie

Sujet : Comparez les approches intégration des femmes au développement (IFD) et Genre et Développement (GED) et dites sur quoi se fondent leurs différences au plan idéologique et ce que vous inspire vos expériences professionnelles ou de terrain.

Publié le 26/06/2022

Extrait du document

« Plan Introduction I. De la genèse des approches liées au mouvement femmes et développement. II. Comparaison des approches « Intégration des femmes au développement » (IFD) « Genre et Développement » (GED) III. Les incidences des approches IFD et GED au plan pratique. Conclusion ………………………………………………………………………………………………………………. Introduction Le genre est une construction sociale basée sur la culture des communautés. Il est marqué dans toutes les régions du monde par une hiérarchisation et des inégalités au détriment des femmes. Les hommes sont dominats en matière de pouvoir et de prise de décision au niveau politique et économique, tant dis que le travail gratuit domestique et ménager des femmes, qui constitue la base de l’organisation des sociétés et du travail gratuit humain productif, reste invisible et non pris en compte dans le calcul des richesses nationales La compréhension des rapports de genre est une condition indispensable à un développement efficace et durable. Elle se fonde sur la justice sociale et les droits humains. La lutte contre la pauvreté n’est possible que si l’on considère les contributions des hommes et des femmes et que l’on renforce le pouvoir des plus défavorisés. C’est dans cette optique que des approches d’analyse du genre avec comme objectif de promouvoir un développement humain et durable, plus juste et équitable. Deux approches ont été principalement employées ; les approches intégration des femmes au développement ( IFD ) et Genre et Développement ( GED ). Nous tenterons, après avoir abordé (I) la genèse des approches liées au mouvement femmes et développement, de (II) comparer ces deux approches, en mettent en exergue leurs soubassements idéologiques et (II) leurs incidences au plan pratique. I. De la genèse des approches liées au mouvement femmes et développement. Les premières initiatives sur l’émancipation de la femme ont fait abstraction des rôles des femmes dans le développement, dans les 50-60. On peut noter quelques projets en santé maternelle et infantile orientés vers l’émancipation des femmes. On y a pris en compte les expériences des hommes en les transposant aux femmes. Les années 1960-70, le constat était que les femmes étaient totalement absentes dans les planifications nationales pour le développement. Les premières revendications féministes vont permettre de développer des procédés et des activités spécifiques aux femmes au sein des structures féministes. C’est durant cette période qu’il y a une prise de conscience sur les rôles de la mère. C’est l’avènement du « planning familial ». Le années 1970-80 s’orientent vers la valorisation des différentes activités productives des femmes, notamment dans le secteur informel et agricole où leur accès et leur contrôle sur les ressources (terre, intrants, formations, etc.) étaient inéquitables. On prend conscience de l’invisibilité du travail des femmes, qui demandait d’être corrigée. C’est à partir des 80, qu’une nouvelle vision va permettre de poser les véritables problèmes liés à la persistance des inégalités. Un nouveau cadre d’analyse et des outils appropriés favorables à l’intégration de la femme dans le développement vont prendre corps. Cette nouvelle vision insiste surtout sur une meilleure utilisation des ressources qui profiteraient de manière équitable aux hommes et aux femmes au sein de chaque société. C’est de ces réflexions que le concept de genre a vu le jour. Et c’est à la suite de la première Conférence mondiale sur les femmes, à Mexico, en 1975 que la façon de traiter la question des femmes dans le processus de développement à considérablement évolué. Et les organismes de développement ont d’abord préconisé l’approche dite « Intégration des femmes au développement » (IFD). Et c’est progressivement que l’approche « Genre et Développement » va s’installer. De leurs comparaisons, on peut déceler leurs soubassements idéologiques. Les résultats de ces réflexions firent ressortir, dès les années 1980, tout un ensemble de contraintes et de limites auxquelles devraient faire face les planificateurs de projets, soit:  peu de projets ont été planifiés en tenant compte de données socio-économiques précises sur la situation des femmes en particulier;  l’implantation des projets n’a pas toujours amélioré l’accès des femmes à des moyens de production et a souvent augmenté la disparité des ressources entre les hommes et les femmes;  les projets planifiés pour améliorer les conditions de vie des populations en général n’ont pas répondu ni aux besoins ni aux intérêts des femmes;  et les femmes elles-mêmes, comme membres du personnel d’assistance technique ou comme bénéficiaires, avaient eu peu d’influence et de place dans la consultation et la prise de décision (Lexow: 1988, 36-39) »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles