Devoir de Philosophie

LA MORT

Publié le 09/09/2014

Extrait du document

·  Vaincre ta peur qu'elle inspire :

Pour Épicure, c'est par ignorance que nous craignons la mort. Celle-ci, en effet, est un pur néant : elle n'est donc rien pour nous, puisque tant que nous sommes, elle n'est pas et que, lorsqu'elle survient, nous ne sommes plus.

- Pour les steriens, la mort est un processus nécessaire qui ne dépend pas de nous. Le sage ne peut donc que l'accepter, et il convieni de la dédramatiser et de l'attendre avec sérénité. C'est la philosophie qui nous enseignera cette sérénité. (Cf Montaigne : de philosopher c'est apprendre à mourir. �1 En revanche, pour Spinoza, g l'homme libre ne pense rien moins qu'à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie s.

·  Refuser toute consolation et accepter sa dimension tragique :

 

Selon Heidegger. l'homme est un étre-pour-la-mort et l'angoisse qu'elle entraine est la donnée essentielle de l'existence humaine. La refuses, c'est donc refuser de vivre une vie authentiquement humaine.

« LA MORT châtiment divin, le résu ltat d'une chute, l'homme étant à l'origine immortel. • Incompréhensible, irreprésenlable, la mort est par là même i;ource d'angoisse. Pour lutter con tre celle-ci, l'homme adopte les attitudes les plus diverses : • Fuir la m ort en tentant de l'oublier dans les occupations et les plai.si r s de la vie. C'est ce que Pascal nommait le • divertissement .. (cf. • Les hommes n'ayant pu suérir la mort, la misère, l'ignorance, ils se sont avis6s, pour se rendre heureuJ\, de n'y point penser .). • Se réfug i er dan s l'es pérance d'un e vie éte rnell e. C'est l 'att itude religieuse. • Vain~ rc la peur qu 'e ll e in spire : -Pour Epicu re, c'es t par ignorance que nous craignons la mort. Celle­ ci, en effet, es~ un pur néant : elle n'est donc rien pour nous, puisque tant que nous sommes, elle n'est pas et que, lorsqu'elle survient. nous ne sommes plus. -Pour les stoïc iens , 1l un processus nécessaire qui ne dépend pas de nous. Le sage ne peut donc que l'accepter, et il convient de la dédramatiser et de l'attendre avec sérénité. C'est la philosophie qui nous enseignera cel t e sérénité. CCf. Montaigne: «philosop her c'es t apprendre à mourir. ·) En revanche, pour Spinoza, •l'homme libre ne pense rien moins qu'll IJ mort, et SJ sagesse est une médililtion non de la mort, mais de lc1 vie•· • Refuser toute consolatjon el accepter sa dimension tragique : - Selon H eid egger , l'homme est un être-pour-la-mort et l'angoisse qu'elle entraîne esl la donnée essentie lle de l'existen ce humaine. La refuser, c'est donc refuser de vivre une vie authentiquement humaine. -Selon Camus , la mort est totalement absurde et la grandeur de l'homme vient de ce qu'il s'li l l!ve sans cesse contre e lle tout en sacha nt qu'il sera vaincu par elle. • L.i mort est-elle pensable 7 • En quoi le c ulte d es m orts est-il signe d'humanité 7 • La mort ajoute-t-elle à la valeur de la vie ? • La co nscience de devoir mourir peu t-e lle susciter chez l'h o mm e d'autr es sentim ents qu e la peur ? • Que faut -il penser de cette affinnaÛQl1: «Nous savons que nous som mes mortels, mais nous ne le c roy ons pas • ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles