Devoir de Philosophie

Commentaire composé : Stendhal Extrait : « Le Rouge et le Noir »

Extrait du document

stendhal
Hirn sylvain                                                                                                          ps1 Commentaire composé : Stendhal Extrait : « Le Rouge et le Noir «   Introduction Le texte présenté est extrait du roman Le Rouge et le Noir de Stendhal, c’est un récit de première rencontre. Il fait partie du courant réaliste et artistique, les deux personnages sont très opposés dans la vie sociale, julien Sorel évoque la tristesse et la timidité alors que Mme de Rênal joue le rôle de la mère, seul et non rassurée ; c’est le signe du romantisme, de l’affectivité des personnages.                                                                                                   Comment Stendhal arrive-t-il à attirer le lecteur à l’intérieur d’un récit aux caractères romantiques et réalistes ?                              Nous verrons comment la focalisation permet de présenter les personnages puis comment l’auteur les faits vivre de l’intérieur pour  créer deux héros communs I – des points de vues différents -première phrase è narrateur omniscient                         a) le portait de Julien Sorel par Mme de Rênal -focalisation du récit                                                                                                                    - Julien n’est pas déterminer «ce pouvait être une jeune fille déguisée « (L.13) - « cette pauvre créature « (L.15) : l’adjectif pauvre a une valeur affective  (qui exprime de l’affection) morale/physique - « l’esprit un peu romanesque de Mme Rênal « (L.11) l’imagination sentimentale, le sentiment l’emporte sur l’affection                                                                                               -  adverbe « évidemment « (L.15) qui émet un jugement du personnage masculin - vocabulaire féminin qui domine « chemise bien blanche «(L.8), « teint «(L.10), «  jeune fille déguisée « (L.13). -le jeune homme est méprisé : è personnage préjugé (un précepteur)                                                 è Un précepteur sale, mal vêtu, méchant et vieux                      Mais Mme de Rênal tombe de ses préjugés => surprise b) le portrait de Mme de Rênal -une progression dans la détermination de Mme de Rênal          elle a une « voix douce «(L.20) et un regard « frappé «(L.23), « étonné «(L.25)                - il y a un double sens donné à la femme : une femme éblouissante mais aussi l’image de la mère de famille - « quelques grâce « (L.14) : amélioration morale et physique                                                    - la focalisation interne du récit réduit le discours directe Le texte unit les deux personnages, ils se correspondent II - l’écriture du récit                         a) la syntaxe -Les phrases sont construites                                                                                                        - Première phrase : style impressionniste et réaliste : l’émotion et la sensation avant la rencontre - « et avait sous le bras une veste fort propre de ratine violette « (L.9) = hyperbole : personnalité propre au personnage                                                                                                - l’effet du préjugé est exclu La syntaxe : création d’une émotion => les événements préparent la relation amoureuse                         b) les temps verbaux - Passé simple : les personnages prennent conscience l’un de l’autre, l «=’atmosphère est détendu, « elle se mit à rire «(L.38), « il oublia une partie de sa timidité «(L.24), il y a une libération des personnages                                                                                                          - Imparfait : temps du portrait, il dure dans le texte La diversité des temps crée une illusion romanesque - plus-que-parfait : le plus que parfait « s’était figuré «(L.41), « viendrait grondé «(L.42), c’est une référence au passé du personnage le récit est réaliste Conclusion Stendhal présente ses personnages comme étant réalistes et subjectifs. Il crée une atmosphère d’attente, les deux personnages qui ne se connaissent pas, oublie leurs aprioris, l’opposition a disparu.  

« jugement du personnage masculin - vocabulaire féminin qui domine « chemise bien blanche »(L.8), « teint »(L.10), «  jeune fille déguisée » (L.13). -le jeune homme est méprisé : è personnage préjugé (un précepteur)                                                 è Un précepteur sale, mal vêtu, méchant et vieux                      Mais Mme de Rênal tombe de ses préjugés => surprise b) le portrait de Mme de Rênal -une progression dans la détermination de Mme de Rênal          elle a une « voix douce »(L.20) et un regard « frappé »(L.23), « étonné »(L.25)                - il y a un double sens donné à la femme : une femme éblouissante mais aussi l'image de la mère de famille - « quelques grâce » (L.14) : amélioration morale et physique                                                    - la focalisation interne du récit réduit le discours directe Le texte unit les deux personnages, ils se correspondent II - l'écriture du récit                         a) la syntaxe -Les phrases sont construites                                                                                                        - Première phrase : style impressionniste et réaliste : l'émotion et la sensation avant la rencontre - « et avait sous le bras une veste fort propre de ratine violette » (L.9) = hyperbole : personnalité propre au personnage                                                                                                - l'effet du préjugé est exclu La syntaxe : création d'une émotion => les événements préparent la relation amoureuse                         b) les temps verbaux - Passé simple : les personnages prennent conscience l'un de l'autre, l »='atmosphère est détendu, « elle se mit à rire »(L.38), « il oublia une partie de sa timidité »(L.24), il y a une libération des personnages                         »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles