Devoir de Philosophie

Expliquez cette pensée d'un homme de notre temps : « Le pur sentir n'est pas sentir. Sentir c'est savoir qu'on sent, et savoir qu'on sent, c'est percevoir. »

Extrait du document

temps

• « Une donnée perceptive isolée est inconcevable, si du moins nous faisons l'expérience mentale de la concevoir; cette tache rouge que je vois sur le tapis elle n'est rouge que compte tenu d'une ombre qui la traverse; sa qualité n'apparaît que comme élément d'une configuration spatiale; d'ailleurs la couleur n'est déterminée que si elle s'étale sur une certaine surface : une surface trop petite serait inqualifiable... L'analyse découvre dans chaque qualité des significations qui l'habitent. Dira-t-on qu'il ne s'agit là que des qualités de notre expérience effective, recouverte par tout un savoir, et qu'on garde le droit de concevoir une qualifé pure qui définirait le pur sentir? Mais le rouge et le vert ne sont pas des sensations, ce sont des sensibles, et la qualité n'est pas un élément de la conscience: c'est une propriété de l'objet. Le pur sentir reviendrait à ne rien sentir et donc à ne pas sentir du tout «. Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty. • Quel est le sens de « savoir « dans savoir qu'on sent? • Quel est le sens de « savoir « dans savoir, c'est percevoir? Est-ce que cela inclue que tout savoir est perception? • Consulter le livre de G. Dumas Nouveau traité de psychologie (Alcan) (notamment les pages 83-85).

Liens utiles