Devoir de Philosophie

Le Rainbow Warrior, coulé sur ordre

Extrait du document

1985 - chronologie spécialisée

   
10 juillet 1985
Le Rainbow-Warrior, navire du mouvement écologique Greenpeace, est coulé dans le port d'Auckland (Nouvelle-Zélande), alors qu'il se préparait à partir en campagne contre les essais nucléaires français dans le Pacifique. Un photographe néerlandais d'origine portugaise est tué dans l'attentat après l'explosion de deux bombes placées sur la coque du bateau.

 

12 juillet 1985
Les faux " époux Turenge " sont arrêtés et, le lendemain, inculpés de meurtre. " Sophie Turenge " sera très vite identifiée comme étant le capitaine Dominique Prieur, envoyé en mission par les services secrets français avec un faux mari, le commandant Alain Mafart.

 

21 juillet 1985
D'autres agents de la DGSE (Direction générale des services extérieurs), qui ont pu quitter la Nouvelle-Zélande à bord d'un voilier loué à Nouméa, l' " Ouvéa ", sabordent ce bateau, qui disparaît officiellement corps et biens. La presse commence à publier des informations mettant en cause la DGSE.

 

7 août 1985
François Mitterrand demande à Laurent Fabius d'ordonner " sans délai une enquête rigoureuse ".

 

8 août 1985
Laurent Fabius charge Bernard Tricot, conseiller d'Etat, de lui " indiquer (...) si des agents, services ou autorités français ont pu être informés de la préparation d'un attentat criminel ou même y participer ".

 

18 août 1985
François Mitterrand, dans une " directive " aux forces armées, " réitère l'ordre (...) d'interdire, au besoin par la force ", toute intrusion étrangère à Mururoa.

 

26 août 1985
L'hôtel Matignon rend public le rapport Tricot, qui dégage le gouvernement et la DGSE de toute responsabilité. " Je n'exclus pas d'avoir été berné ", déclare toutefois, le jour même, Bernard Tricot, à la télévision.

 

12 septembre 1985
François Mitterrand se rend à Mururoa, où il visite le centre d'essais nucléaires et préside la première réunion du comité de coordination du Pacifique sud. A son retour à Paris, il réaffirme, le 15, que " la France poursuivra autant qu'elle le jugera nécessaire les expérimentations utiles à sa défense ".

 

17 septembre 1985
Le monde révèle que l'attentat contre le " Rainbow-Warrior " a été commis " par une troisième équipe de militaires français " ayant agi sur ordre.

 

20 septembre 1985
Charles Hernu démissionne : après avoir réaffirmé le 17, puis le 18, qu'aucun militaire n'avait reçu l'ordre de saboter le navire de Greenpeace, il reconnaît que " des responsables de son ministère lui ont caché la vérité ". Paul Quilès lui succède au ministère de la défense. L'amiral Pierre Lacoste, directeur général de la DGSE, est limogé.

 

22 septembre 1985
Laurent Fabius déclare : " Ce sont des agents de la DGSE qui ont coulé le " Rainbow-Warrior " ; ils ont agi sur ordre; cette vérité a été cachée à Bernard Tricot ".

 

27 septembre 1985
Le général René Imbot, nommé le 25 à la tête de la DGSE, déclare à la télévision qu'il a découvert " une véritable opération maligne de déstabilisation de nos services ".

 

14 octobre 1985
Laurent Fabius et Paul Quilès assistent à Mururoa à un essai nucléaire.

 

22 novembre 1985
Le commandant Alain Mafart et le capitaine Dominique Prieur, jugés depuis le 4 à Auckland, sont condamnés à dix ans de réclusion. 

 

Liens utiles