Devoir de Philosophie

HISTOIRE – Chronologie de l’Histoire Universelle

Extrait du document

histoire

 

-9000/-8000 la sédentarisation : se manifeste notamment par l'établissement fixe d'un regroupement humain sur un territoire.  Elle est abordée sous l'angle de l'organisation sociale, politique, économique et territoriale.

 

-6500/-4000 Début de l’agriculture en Grèce

 

-3500 Invention de la roue (Mésopotamie) et de la voile (Egypte)

 

ANTIQUITE -3000 à 476

 

-3100 Ecriture cunéiforme (Sumer) : pour savoir ce qu’on devait et ce qu’on avait. Phonogrammes et Logogrammes. Une écriture dont les caractères qui la constituent ont les formes de coin ou de clou.

 

-2600/-2480 Construction des pyramides à Gizeh : La pyramide de Khéops ou grande pyramide de Gizeh est un monument construit par les Égyptiens de l'Antiquité.  1. Tombeau du pharaon Khéops, elle fut édifiée il y a plus de 4 500 ans, sous la IVe dynastie, au centre d'un vaste complexe funéraire se situant à Gizeh en Égypte. Si elle est la seule des sept merveilles du monde de l'Antiquité à avoir survécu jusqu'à nos jours, elle est également la plus ancienne. Durant des millénaires, elle fut la construction humaine de tous les records : la plus haute, la plus volumineuse et la plus massive. Ce monument phare de l'Égypte est depuis plus de 4 500 ans scruté et étudié sans relâche. Le tombeau, chef-d'œuvre de l'Ancien Empire égyptien, est la concentration et l'aboutissement de toutes les techniques architecturales mises au point depuis la création de l'architecture monumentale en pierre de taille par Imhotep pour la pyramide de son souverain Djéser.

 

-2000/-1750 Premiers palais minoens : Cette civilisation de l’âge de bronze doit son nom au Roi légendaire Minos. Les Minoens ne semblent pas avoir constitué une civilisation de guerriers. Ils sont surtout de grands marins, ils commercent avec la Méditerranée Orientale et sont connus en Égypte sous le nom de Kheftiou a première grande civilisation de la mer Égée à été crée par les Minoens de Crête. Selon Homère (Poète Grec de la fin du VIIIe siècle), la Crète comptait 90 villes, dont Cnossos était la plus importante. cette civilisation était déjà très développée : les fouilles ont révélé une abondante vaisselle de pierre, des céramiques, des poignards en cuivre, des bijoux d'or ainsi que des fresques et de vastes mosaïques... L'extraordinaire imagination et dextérité des orfèvres notamment, prouvent que les Minoens recherchaient le confort et le luxe par la création d'un art très raffiné. Le minoen moyen est caractérisé par de grands palais comme celui de Malia, de Phaistos et de Knossos qui comportent une architecture complexe.

 

-1450 Disparition des Minoens : Au IIe millénaire avant notre ère, en plein cœur de la mer Egée, un volcan se réveille sous l’effet d’une violente poussée de magma. Une réaction en chaîne provoque une gigantesque explosion qui détruit l’île de Santorin, l’un des pôles les plus prospères des Minoens de Crète. Aujourd’hui, la disparition de la société minoenne est l’un des grands mystères du monde antique. Un tsunami, qui aurait suivi l’éruption, aurait-il balayé une aussi brillante civilisation ?

-1370 Egypte : Akhenation, culte d’Aton : (dieu unique) Aménophis IV prend place sur le trône d'Egypte à la suite de son père, Aménophis III. Il épouse alors la splendide Néfertiti, avec laquelle il réforme le pays. Il impose en effet le culte du soleil en vénérant uniquement le dieu Aton. Il prend alors le nom d'Akhenaton et édifie une nouvelle capitale à Tell el-Armana, qu'il appelera Akhetaton. Il passera ainsi le reste de sa vie sur la voie du monothéisme et rendra hommage à son Dieu par l'art architectural. Les anciens cultes seront toutefois rétablis par son successeur, Toutankhamon.

 

-1250 Guerre de Troie : La guerre de Troie est un conflit légendaire à l'historicité controversée, provoqué par l'enlèvement d'Hélène, reine de Sparte, par le prince troyen Pâris. En rétorsion, Ménélas, l'époux bafoué, lève avec son frère Agamemnon une expédition rassemblant la plupart des rois grecs, qui assiège Troie et remporte finalement la victoire. La guerre de Troie et ses conséquences formaient le sujet d'un vaste cycle épique, le « Cycle troyen «, dont les œuvres sont aujourd'hui perdues à l'exception de l’Iliade et de l’Odyssée d'Homère.

Elle représente une pierre fondatrice de la culture grecque et constitue encore une source d'inspiration pour les artistes et écrivains. « Le Cheval de Troie «

Les Grecs n'arrivent pas à prendre l'avantage. De plus Achille, le héros invincible, boude dans sa tente et refuse d'aller au combat parce que Agamemnon, le chef de l'expédition lui a pris Briséis sa captive.

 

-850/-750 Illiade et Odyssée d’Homère : L’Odyssée  est une épopée grecque antique attribuée à l’aède Homère, qui l'aurait composée après l’Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.C. Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature et, avec l’Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L’Odyssée relate le retour chez lui du héros Ulysse, qui, après la guerre de Troie dans laquelle il a joué un rôle déterminant, met dix ans à revenir dans son île d'Ithaque, pour y retrouver son épouse Pénélope, qu'il délivre des prétendants, et son fils Télémaque.

Sirènes, Circé.

 

-776 Premiers jeux olympiques : Les jeux olympiques sont un concours sportif pentétérique (qui a lieu tous les quatre ans) organisé entre les cités grecques antiques en l'honneur de Zeus Olympien. Ils prennent place pour la première fois en 776 av. J.-C. et perdurent pendant plus de mille ans.

 

-753 Fondation de Rome : Enée, héros troyen fils de Vénus, il fonda la ville d'Albe la Longue, capitale du Latium. Numitor, descendant d'Ascagne, eut une fille qui eut des jumeaux : Remus et Romulus, qu'elle dit avoir été conçus par le dieu de la guerre Mars.

Abandonnés en un lieu désert, ils furent recueillis par une louve.Devenus adultes, les deux frères chassèrent Amulius qui avait renversé Numitor. Pour savoir lequel règnerait sur la ville, ils demandèrent un signe aux dieux: Remus. Romulus traça aussitôt à la charrue le périmètre de la future cité, réputé sacré et inviolable. Mais il ne put empêcher son frère de sauter par-dessus le sillon par bravade. Romulus, alors, tua son frère jumeau...

 

-650/-600 : Invention de la monnaie en Lydie et en Grèce : Il en va ainsi des pièces en électrum (un alliage d'or et d'argent) frappées à Sardes par le roi Alyattès, qui règne sur la Lydie entre 610 et 560 avant JC. Ses pièces portent son emblème, une ou plusieurs têtes de lion. Elles peuvent s'échanger localement comme de quelconques bijoux. Mais on ne tarde pas à trouver aux pièces frappées d'autres avantages comme de faciliter les échanges de marchandises : dès lors que leur valeur, autrement dit leur poids en métal précieux, est garantie par un roi ou une association de marchands, ces pièces peuvent en effet être échangées contre des marchandises beaucoup plus pondéreuses (bétail, céréales...).C'est ainsi que la monnaie devient le référentiel d'échange que nous connaissons.

 

-556/ à -483 Vie du Bouddha : Le bouddhisme est, selon les points de vue traditionnels, une philosophie, une spiritualité ou une religion apparue en Inde au VI siècle av. J.C. Dans le bouddhisme, celui qui, ayant surmonté tous les désirs, s'éveille à la connaissance parfaite de la vérité et se libère de toute action.

 

-551 à -479 Vie de Confucius : est le personnage historique ayant le plus marqué la civilisation chinoise. Considéré comme le premier « éducateur « de la Chine, son enseignement a donné naissance au confucianisme, une doctrine politique et sociale qui a été érigée en "religion d'État" dès la dynastie Han et qui ne fut officiellement bannie qu'au début du xxe siècle.

-530 Pythagore : Pythagore (en grec ancien Πυθαγόρας / Pythagóras) est un philosophe, mathématicien et scientifique présocratique qui serait né aux environs de 580 av. J.-C. à Samos, une île de la mer Égée au Sud-Est de la ville d'Athènes ; on établit sa mort vers 495 av. J.-C., à l'âge de 85 ans.Le nom de Pythagore ou Pyth-agore (Pythagoras, en grec), étymologiquement « celui qui a été annoncé par la Pythie «, découle de l'annonce de sa naissance faite à son père lors d'un voyage à Delphes.La vie énigmatique de Pythagore permet difficilement d'éclaircir l'histoire de ce réformateur religieux, mathématicien, philosophe et thaumaturge.

 

-510 Fondation de la république (Rome) : La République romaine est la phase de la civilisation de la Rome antique qui commence en 509 av. J.-C., à la chute de la Monarchie dont le dernier représentant, Tarquin le Superbe, un Étrusque, est chassé du pouvoir par l'aristocratie patricienne qui profite de l'affaiblissement de l'Étrurie. La République romaine a pris fin entre 44 av. J.-C., avec l'assassinat de Jules César, et 27 av. J.-C., au moment où Octave reçoit le titre d'Auguste. L'année 31 av. J.-C., celle de la bataille d'Actium, qui oppose Octave à Marc Antoine, est aussi une date clé avec le dernier affrontement entre deux magistrats de la République romaine, et le début d'une ère où les terres romaines sont dominées par un seul : celui que l'on appellera le princeps, ou « empereur «.Le mot « république « vient du latin res publica, ce qui signifie « la chose publique «. Gouverner la cité est donc une affaire publique et collective. La devise de la République est Senatus Populusque Romanus (SPQR), « le Sénat et le peuple romain «. Elle symbolise l'union du Sénat romain, où siègent à l'origine les familles patriciennes, et de l'ensemble des citoyens romains. En effet, les Romains sont divisés à l'origine en deux groupes, les patriciens et les plébéiens. Ces derniers forment la masse des artisans et paysans. Ils vivent en dehors de l'organisation patricienne et n'honorent aucun ancêtre particulier. Les patriciens sont souvent propriétaires de vastes domaines cultivés. Ils appartiennent à de célèbres familles, les gentes. Chaque gens a ses propres cultes dont celui des ancêtres et ses traditions. Elle comprend un nombre plus ou moins grand de clients qui doivent obéissance à leur « patron « et reçoivent en échange aide et assistance en cas de besoin.

 

-508/-507 Clisthène établit la démocratie (Athènes) : Clisthène d'Athènes (en grec Κλεισθένης / Kleisthénês) fut un réformateur et un homme politique athénien, qui instaura les fondements de la démocratie athénienne. Après la fuite et l'exil d'Hippias en Asie Mineure, le jeu politique laissant plus de place aux grandes familles aristocratiques, Clisthène revint sur le devant de la scène. Il se posa alors en champion de l'isonomie et renversa les aristocrates.

 

-500 Monte Alban : premières écritures hiéroglyphiques au Mexique : Monte Albán fut la cité la plus importante de la culture zapotèque. L’emplacement principal se trouve distribué au sommet de trois massifs montagneux appelés Monte Albán, El Gallo et Bonete. Pendant cette période l’occupation se limite à certains endroits de la montagne présentant des aspects favorables (terres fertiles, sources, zones de cueillette et de chasse…). Les premières maisons de ces peuples étaient construites en matériaux périssables faciles à se procurer (branches, paille, troncs…) mais rapidement ils commencèrent à utiliser la pierre, surtout pour les fondations des maisons. Puis apparurent les premières tombes faites de pierre et intégrées aux habitations.

Ces évolutions permirent un accroissement de la population. Les individus durent se réunir pour mener à bien le travail énorme que représente l’aménagement du sommet de la montagne et l’édification des constructions. Il existait certainement déjà une division sociale de la population, certains se spécialisant dans les activités artisanales. L’exécution de ces travaux publics nécessitait une sérieuse organisation hiérarchisée du travail du groupe. Par ailleurs, le besoin de matériaux, d’aliments et de fournitures a certainement permis la mise en place d’un système d’échanges et de production assez évolué.À cette époque furent gravées un grand nombre de pierres connues comme les « Danzantes «, représentant des hommes nus, peut-être des prisonniers morts sacrifiés, sans doute pour démontrer le pouvoir militaire que possédait ostensiblement la cité de Monte Albán.

 

 

Ve – Ive s. :

Hérodote : Hérodote (en grec ancien Ἡρόδοτος / Hêródotos), né vers 484 ou 482 av. J.-C. à Halicarnasse (une cité grecque située sur le territoire des Cariens), actuellement Bodrum (Turquie), mort vers 420 av. J.-C. à Thourioi, est un historien grec. Il a été surnommé le « père de l'Histoire « par Cicéron (les Lois, I, 1) ; il est aussi le premier géographe et, plus généralement, le premier prosateur dont l'œuvre nous soit restée.

 

Thuyidide : Thucydide (en grec ancien Θουκυδίδης / Thoukudídês) est un homme politique et historien athénien, né vers 460 av. J.-C. dans le dème d'Halimunte (Attique), mort peut-être assassiné entre 400 av. J.-C. et 395 av. J.-C. Il est l’auteur de l’Histoire de la guerre du Péloponnèse, récit de ce conflit athéno-spartiate, qui se déroula entre 431 et 404.

 

Hippocrate : Hippocrate le Grand ou Hippocrate de Cos (en grec : Ἱπποκράτης), né vers 460 av. J.-C dans l’île de Cos et mort vers 370 av. J.-C à Larissa, est un médecin grec du siècle de Périclès, considéré comme le « père de la médecine «. Il a fondé l'école de médecine hippocratique qui a révolutionné intellectuellement la médecine en Grèce antique, en instituant cet art comme une discipline distincte des autres disciplines de la connaissance auxquelles elle avait traditionnellement été rattachée (notamment la théurgie et la philosophie), faisant ainsi de la médecine une profession à part entière.

 

Socrate : Socrate (en grec Σωκράτης / Sōkrátēs) est un philosophe de la Grèce antique (-470 à -399), considéré comme l’un des inventeurs de la philosophie morale et politique. Il n’a cependant laissé aucune œuvre écrite ; sa philosophie s’est transmise par l’intermédiaire de témoignages indirects (en particulier par les écrits de ses disciples Platon et Xénophon).

 

Platon : Platon (en grec ancien Πλάτων / Plátôn), Athènes, 428–427 av. J.-C., 348–347 av. J.-C.1, est un philosophe grec, contemporain de la démocratie athénienne et des sophistes, qu'il critiqua vigoureusement. Il reprit le travail philosophique de certains de ses prédécesseurs, notamment Socrate, Parménide, Héraclite et Pythagore, afin d'élaborer sa propre pensée qui explore la plupart des champs importants, notamment la métaphysique, l'éthique, l'esthétique et la politique.

Son œuvre, composée presque exclusivement de dialogues, est d'une grande richesse de style et de contenu, et produit, sur de nombreux sujets, les premières formulations classiques des problèmes majeurs de l'histoire de la philosophie occidentale2. Chaque dialogue de Platon interroge un sujet donné, par exemple le beau ou le courage. La pensée de Platon n'est pas monolithique : une partie de ses dialogues aboutissent à des apories philosophiques, et ses dialogues qui apportent une solution aux problèmes posés ne constituent pas une réponse unique et définitive.

Platon est l'inventeur de la théorie des Formes, qu'on appelle plus communément théorie des Idées : celle-ci interprète le monde sensible comme un ensemble de réalités participant de leurs modèles immuables. La Forme suprême est, selon le contexte, tantôt le Bien, tantôt le Beau. La philosophie politique de Platon considère que la Cité juste doit être construite selon le modèle du Bien en soi.

 

Aristote : Aristote (en grec ancien Ἀριστοτέλης / Aristotélês) est un philosophe grec né à Stagire (actuelle Stavros) en Macédoine (d’où le surnom de « Stagirite «, Σταγειρίτης), en -384, et mort à Chalcis, en Eubée, en -322. Disciple de Platon à l'Académie pendant plus de vingt ans, il prit ensuite une distance critique vis-à-vis des thèses de son maître et fonda sa propre école, le Lycée. Il fut également précepteur d'Alexandre le Grand. Véritable encyclopédiste, il s'est beaucoup intéressé aux arts (musique, rhétorique, théâtre) et aux sciences (physique, biologie, cosmologie) de son époque ; il en théorisa les principes et effectua des recherches empiriques pour les appuyer.

 

 

 

 

-387 Fondation de l’Académie par Platon : L’Académie est l'école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 387 av. J.-C. Elle dure jusqu'en 86 av. J.-C.

L'Académie tire son nom du domaine dans lequel elle est située, fait de jardins et de portiques et qui se trouve près du tombeau du héros Académos.

Platon et Aristote ont enseigné dans cette école.

Tous les usages modernes du terme académie ont pour origine le nom de l'institution platonicienne.

 

-350 à -200 Chine : Ecole taoïstes, légistes et confucéennes : le taoïsme : Le taoïsme (chinois: 道教, pinyin: dàojiào, « enseignement de la voie «) est à la fois une philosophie et une religion chinoise, regroupant vingt millions de disciples.

Légisme :En Chine, l'école des légistes apparut dès le VIIe siècle av. Au IVe siècle av. J.-C., cette école qui "faisait reposer sur la seule volonté du souverain le maintien de l'ordre éternel du monde" se développa durant la période des Royaumes combattants et triompha avec la victoire du prince de Ts'in, qui eut pour conseiller le meilleur théoricien de cette école, Han Fei Zi (280-233). Voir également légisme.

Confucianisme : Le confucianisme, Rújiā (儒家) « école des lettrés « puis Rúxué (儒學) « enseignement des lettrés « Rúxué, est l'une des plus grandes écoles philosophiques, morales, politiques et dans une moindre mesure religieuses de Chine. Elle s'est développée pendant plus de deux millénaires à partir de l'œuvre attribuée au philosophe Kongfuzi, « Maître K'ong « 孔夫子 (551-479 av. J.-C.), connu en Occident sous le nom latinisé de Confucius.

 

-329-326 Alexandre le grand en Inde : Alexandre le Grand, fils de Philippe II, roi de Macédoine, et de la princesse Olympias d'Epire.

QUOI?

Fondation du plus vaste empire de l'Antiquité (depuis la Grèce jusqu'aux portes de l'Inde) et d'une nouvelle civilisation: l'Hellénisme.

QUAND?

Naissance en 356 avant Jésus-Christ à Pella (capitale de la Macédoine); mort en 323 avant J.-C. à Babylone.

OÙ?

Conquête de la Méditerranée orientale (Athènes, Tyr, Gaza, Alexandrie d'Égypte), de l'empire perse d'Asie mineure et d'Asie centrale jusqu'à l'Inde en passant par le Golfe arabo-persique. Plus de 18 000 kilomètres parcourus.

POURQUOI?

Conviction d'être envoyé de Dieu (et fils du Dieu Amon-Zeus) pour construire un immense empire, conquérir l'univers.

 

-323 Mort d’Alexandre

-290 Fondation de la bibliothèque d’Alexandrie

 

-264 à -241 1ère guerre punique : Rome prend la Sicile : La Première Guerre punique ou Guerre de Sicile est la première de trois guerres qui opposent Rome et Carthage, deux puissances majeures en Méditerranée occidentale. L’adjectif punique vient du nom Poenici que les Romains donnaient à leurs adversaires, assimilés aux Phéniciens (Phoenici). Ce conflit, engagé pour le contrôle de la Sicile et qui dure 23 ans de 264 av. J.-C. à 241 av. J.-C., est un des plus longs menés par Rome.

 

-221 Quin Shi Huanghdi unifie la Chine : Qin Shi Huangdi (秦始皇帝 pinyin : Qín Shǐ Huángdì ; anciennement Tsin Chi Hoang) (v. -259 – 10 septembre -210) fut d'abord le roi de Qin de -247 à -221. Il mit fin à la période féodale en conquérant un à un l'ensemble des Royaumes combattants entre -230 et -221 et devint l'unificateur de l'empire de Chine, et par conséquent l'empereur fondateur de la dynastie Qin (-221 à -207).

 

-218 à -201 2ème guerre punique : Hannibal envahit l’Italie : La Deuxième Guerre punique, (218-202 av. J.-C.) est le deuxième des trois conflits connus sous le nom de guerres puniques, qui opposent Rome à Carthage. Cette guerre a commencé à l'initiative des Carthaginois, qui ont voulu prendre leur revanche suite à leur défaite lors de la Première guerre punique.

 

-83 Mort de Sima Qian, 1er historien chinois : est un historien chinois, le premier à avoir tenté de décrire l'histoire de la Chine depuis sa création. Tous les historiens impériaux chinois se sont par la suite inspirés de son œuvre.

 

-73 à -71 Révolte de Spartacus : La Troisième Guerre servile, aussi nommée Guerre des Gladiateurs ou Guerre de Spartacus, fut la dernière d’une série de rébellions d’esclaves contre la République Romaine, connues collectivement sous le nom de Guerres serviles. La Troisième Guerre servile fut la seule à menacer directement le cœur romain de l’Italie et fut doublement préoccupante pour le peuple romain entre -73 et -71 en raison des succès répétés contre l’armée romaine d’une bande d’esclaves rebelles qui augmentait rapidement. La rébellion fut finalement écrasée en -71 après que toutes les forces militaires furent concentrées dans les mains d’un seul commandant, Marcus Licinius Crassus. Malgré cette victoire, la révolte eut des effets indirects sur la politique romaine durant les années suivantes.

 

-30 Mort d’Antoine et de Cléopâtre. L’Egypte devient province romaine : Le 2 septembre de l'an 31 av. J.-C. pendant la guerre civile romaine qui suit l'assassinat de Jules César, une grande bataille navale se déroule près d'Actium, sur la côte occidentale de la Grèce, dans le golfe Ambracique, au sud de l'île de Corfou. Elle met aux prises les forces d'Octave et celles de Marc Antoine et Cléopâtre. Elle marque la fin de la guerre civile, et la victoire d'Octave (qui deviendra l'Empereur Auguste). Par son ampleur et ses conséquences, elle est généralement considérée par les historiens comme l'une des batailles navales les plus importantes de l'histoire. Ils se suicident après cette défaite.

 

-27 Octave devient Auguste. Fin de la république romaine, début de l’Empire : e titre est assez particulier. Conformément à la tradition romaine, il s'agit d'un surnom ou cognomen qu'on rajoute aux prénoms d'Auguste, tout comme on ajoute au nom d'un général vainqueur un surnom formé sur le nom du peuple vaincu. Il est décerné au général si le territoire de Rome a été accru par la victoire. Après avoir vaincu Marc Antoine à la bataille navale d'Actium par l'intermédiaire de Vipsanius Agrippa en septembre 31 av. J.-C. Octave, fils adoptif et héritier de Jules César, devient seul détenteur du pouvoir et « maître incontesté de tout l'Empire «. S'ouvre alors une période nouvelle et décisive dans l'instauration du principat, un régime politique qui apparaît comme un retour aux institutions républicaines.

 

1 Naissance de J.-C : Il est considéré par les chrétiens comme le Messie et le Fils unique de Dieu. Il tient des rôles divers dans plusieurs courants chrétiens aux croyances diverses. Jésus est connu comme « le fils de Joseph le charpentier «51 et « le fils de Marie «.

 

29/30 Crucifixion de JC : Selon les textes néotestamentaires, Jésus-Christ fut condamné à mort par le préfet romain Ponce Pilate, à l'instigation des autorités juives, et exécuté par le supplice de la croix. La croix de Jésus était vraisemblablement une crux immissa1 puisque, selon les Évangiles, un écriteau était fixé au sommet, et relativement haute puisqu'un soldat lui donne à boire avec une éponge imprégnée de vinaigre au bout d'une branche d'hysope. La crucifixion fait partie du récit de la Passion.

 

64 Incendie de Rome. 1e persécutions contre les chrétiens : Le drame survient dans la dixième année du règne de l'empereur Néron, qui a alors 27 ans, dans un empire romain au maximum de sa puissance. La Rome impériale compte près de 800.000 habitants concentrés sur 13 kilomètres carrés. L'espace urbain est occupé en grande partie par les temples, monuments publics et palais, ceux-ci étant concentrés sur la colline du Palatin et à son pied, autour des Forums et de la Via Sacra (la voie sacrée). Ce n'est hélas pas le cas de celui-ci. Il va durer six jours et détruire la plus grande partie de la ville, y compris beaucoup de monuments dont le palais impérial lui-même. Il va faire au passage plusieurs milliers de victimes (10.000 ?). Quand l'empereur Néron, qui se reposait à la campagne, est avisé de l'incendie, il rejoint prestement sa capitale et participe activement à l'organisation des secours. Sitôt le sinistre maîtrisé, il se consacre à la reconstruction de la ville en mettant de l'ordre avec ses architectes dans le réseau de rues insalubres. Tandis que l'incendie de Rome est à peine éteint, la rumeur publique suspecte Néron de l'avoir lui-même provoqué pour remodeler la ville à sa guise. Pour couper court aux médisances et pour calmer la plèbe, l'empereur Néron laisse accuser les chrétiens d'être à l'origine du désastre

 

79 Destruction de Pompéi par l’éruption du Vésuve : Les origines de Pompéi sont aussi anciennes que celles de Rome. Les pompéiens descendaient d'un des premiers peuples italiques : les Oschi.

Pompéi (Pompeii en latin, Pompei en italien) est une ville italienne de Campanie célèbre pour avoir été détruite suite à une éruption du Vésuve, le 24 août ou le 24 octobre de l'an 79. Ce site antique est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997, avec Herculanum et Torre Annunziata.

 

105 Invention du papier en Chine : Qui connaît Tsaï Loun, ministre chinois de l'Agriculture ? Pas grand monde, sans doute. Pourtant, c'est lui qui, après la naissance en Chine vers la fin du IIIe siècle avant l'ère chrétienne, codifie l'art de fabriquer le papier, en 105 après J.-C., en préconisant d'utiliser des fibres issues de bambou, des écorces de mûrier et surtout du lin et du chanvre. Le père du papier moderne en somme, et le rédacteur de la première certification "ISO 9000" pour la papeterie ! Cet art de fabriquer le papier restera chinois et japonais jusqu'au VIIIème siècle avant de passer chez les Arabes, à la suite de la bataille de Samarkand en 751. Ces derniers comprennent rapidement tout le profit qu'ils peuvent tirer du papier pour propager l'Islam.

 

200 Inde : Mahaabharata, Ramayana et Bahagavad-gita : Le Mahābhārata est une épopée sanskrite de la mythologie hindoue comportant quatre-vingt-dix milles strophes réparties en dix-huit livres. Il est considéré comme le plus grand poème jamais composé. Il comporte pas moins de 250 000 vers — quinze fois plus que l'Iliade. Textes sacrés qu’on trouve en Inde. Immense épopée. Folklore, fait parti de la culture indienne.

 

212 Edit de Caracalla : citoyenneté romaine accordé à tout sujet libre de l’Empire : Jusqu'en 212, la citoyenneté romaine (avec ses privilèges mais aussi ses devoirs fiscaux) n'était accordée de façon globale qu'aux habitants de l'Italie et dans les provinces aux municipes ayant le statut de colonie romaine. Peu à peu le nombre de citoyens avait donc augmenté et les élites provinciales en avaient largement profité. La citoyenneté romaine était aussi obtenue après 25 ans de service dans les troupes auxiliaires de l'armée romaine. C'était l'un des principaux attraits de la carrière militaire. Le nouvel édit, en accordant le droit de cité romaine à tous les hommes libres de l'Empire témoigne de l'unité morale de l'Empire romain.

 

274-277 Crucifixion de Mani : fondateur du Manichésime. Religion très simplificatrice. Deux principes le bien et le mal. Clairement définis et séparés.

 

313 Edit de Milan : christianisme toléré dans l’Empire Romain : L'édit de Milan ou édit de Constantin, promulgué par les empereurs Constantin Ier et Licinius en avril 313, est un édit de tolérance par lequel chacun peut « adorer à sa manière la divinité qui se trouve dans le ciel « ; il accorde la liberté de culte à toutes les religions et permet aux chrétiens de ne plus devoir vénérer l'empereur comme un dieu. Ce qui fait cesser les percutions chrétiennes.

 

390-405 Vulgate (Traduction latine de la Bible) : La Vulgate (du latin Vulgata qui signifie « divulguée «) désigne la version latine de la Bible, traduite par Jérôme de Stridon, entre la fin du ive et le début du ve siècle directement depuis le texte hébreu. En ceci, elle s’oppose à la Vetus Latina (« vieille bible latine «), traduite depuis le grec. Le fait de puiser directement aux sources judaïques, dans la langue de Jésus, lui donne aux yeux des chrétiens latins, un « plus «. Force est de constater, cependant, que la différence entre la Vetus Latina et la Vulgata sont relativement cosmétiques, stylistiques.

 

394 Le christianisme est la religion officielle dans l’Empire Romain : Cette date marque symboliquement le début de la chrétienté.

 

395 Partage de l’Empire Romain (Orient et Occident) : La division est définitive à la mort de Théodose le Grand en 395. Les parties occidentales et orientales échoient à ses deux fils. Honorius établit sa capitale à Rome et Arcadius à Constantinople. Dès lors, les ambitions politiques des coempereurs ne viendront plus jamais empiéter les prérogatives de l'autre. Et avec l'accession au trône de Léon Ier à Constantinople en 457, les liens dynastiques qui unissaient jusque là les empereurs d'Orient et d'Occident sont définitivement rompus.

 

476 Déposition de Romulus. Fin de l’Empire romain d’Occident : Romulus Augustule est déposé (détrôné) par le roi Odoacre, roi des Hérules (l’un des plus féroces peuple barbare germanique) qui se proclame roi d’Italie. Cet événement marque la fin de l’Empire romain d’Occident et le début du Moyen Âge.

 

FIN DE L’ANTIQUITE- DEBUT DU MOYEN AGE (476 – 1453/1492)

 

520 env Invention du système décimal en Inde 

 

525 Calendrier de l’ère chrétienne établi par Denys le Petit : Denys le Petit sur demande de Jean 1er établi le premier calendrier et fixe les dâtes de Pâques pour les années à venir.

 

529 Fermeture des écoles philosophiques d’Athènes sur ordre de Justinien : Le christiannisme était devenu la religion d’Etat de l’Empire romain et la plupart des philosophes grecs ne reconnaissant pas cette religion, cela conduisit à la fermeture des écoles. Justinien = empereur byzantin

 

622 Hégire de Mohamet (fuite de la Mecque, installation à Médine) : Mahometou Muhammad, est un chef religieux, politique et militaire arabe (de la tribu de Quraych). Fondateur de l'islam, il en est considéré comme le prophète majeur. Selon la tradition islamique, il serait né à La Mecque en 570, le 12 du mois de Rabî`a al Awal, et mort à Médine en 632. Exil, rupture : designe le départ des compagnons de Mohamet de la Mecque à la Médine.

 

632 Mort de Mahomet : il meurt âgé de 62 ans après une courte maladie à Médine.

 

650-750 Apogée de la civilisation maya : La civilisation maya est une ancienne civilisation de Mésoamérique principalement connue pour ses avancées dans les domaines de l'écriture, de l'art, de l'architecture, des mathématiques et de l'astronomie. C'est une des civilisations précolombiennes les plus étudiées avec celles des Aztèques et des Incas.

 

711 Conquête de l’Espagne par les Musulmans :Le dernier roi wisigoth Rodrigue est battu sur le Rio Barbate par une expédition militaire berbère emmenée par le lieutenant Tarik. Sous les ordres du gouverneur arabe Musa ibn Nusayr, ce dernier était parvenu à franchir le détroit de Gibraltar afin d’entreprendre la conquête de l’Espagne. Leur percée spectaculaire anéantira le royaume wisigoth. En effet, presque toute la péninsule tombera bientôt sous l’égide musulmane. Seuls quelques bastions montagneux du nord y résisteront.

 

730 env Invention de l’Imprimerie en Chine : Tsaï- Lun, ministre de l’agriculture, conçoit la première pâte à papier à l’aide de vieux chiffons, d’écorces, et de filets réduits en bouillie.

 

732 ou 733 Victoire de Charles Martel à Poitiers : arrêt de l’expansion arabe en Europe occidentale : La bataille de Poitiers ou bataille de Tours, appelée bataille du Pavé des martyrs (en arabe : معركة بلاط الشهداء (maʿrakat Balāṭ aš-šuhadāʾ)) dans l'historiographie arabe1, se déroule le 25 octobre 732 et oppose le Royaume franc et le Duché d'Aquitaine au Califat omeyyade. Les Francs et les Aquitains, menés respectivement par le maire du palais Charles Martel et le duc d'Aquitaine Eudes, y obtiennent une victoire décisive face aux Omeyyades, menés par le gouverneur d'Al-ʾAndalus ʿAbd Ar-Raḥmān ibn ʿAbd Allāh Al-Ġāfiqiyy, qui meurt lors du combat. Les détails de la bataille, notamment sa localisation et sa date exactes, ainsi que le nombre de combattants, ne peuvent être déterminés avec certitude.

Cette victoire importante des chrétiens face aux musulmans a un retentissement immédiat des deux côtés, et vaudra à Charles, élevé au rang de champion de la chrétienté, son surnom de Martel (Marteau) de la part des chroniqueurs du ixe siècle, qui voient en cette victoire un jugement de Dieu en sa faveur. La bataille devient à partir du xvie siècle un symbole de la lutte de l'Europe chrétienne face aux musulmans, un évènement qui marque un tournant dans l'Histoire avec le début du recul de l'islam face au christianisme en Europe.

 

751 Des ouvriers chinois prisonniers enseignent la fabrication du papier aux Arabes 

 

760-770 env. Adoption du système numéral indien par les Arabes

 

Fin VIII e s Le latin disparaît comme langue parlée en Gaule

 

800 Charlemagne empereur : Charlemagne (en latin Carolus Magnus, en allemand Karl der Große), désigné dans la nomenclature des souverains ayant régné en France1 comme Charles Ier, dit le Grand, né en 742, 747 ou 7482, mort le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle3, est le membre le plus éminent de la dynastie franque des Carolingiens.

Fils de Pépin le Bref, il est roi des Francs à partir de 768, devient par conquête roi des Lombards en 774 et est couronné empereur à Rome par le pape Léon III le 25 décembre 800, relevant une dignité disparue depuis l'an 476 en Occident.

Monarque guerrier, il agrandit notablement son royaume par une série de campagnes militaires, en particulier contre les Saxons païens dont la soumission a été très difficile et très violente (772-804), mais aussi contre les Musulmans d'Espagne.

Souverain réformateur, soucieux d'orthodoxie religieuse et de culture, il protège les arts et les lettres et est à l'origine de la « renaissance carolingienne «.

Son œuvre politique immédiate, l'empire, ne lui survit cependant pas longtemps. Se conformant à la coutume successorale germanique, Charlemagne prévoit dès 806 le partage de l'Empire entre ses trois fils4. Après de nombreuses péripéties, l'empire ne sera finalement partagé qu'en 843 entre trois de ses petits-fils (traité de Verdun).

 

Début IX e s. Monnaie volante (billet à ordre en Chine

 

813 Le concile de Tours préconise l’utilisation de la langue courante pour prêcher consacrant l’existence du roman (à l’origine du français) : Le concile de Tours est l'un des cinq conciles régionaux réunis par Charlemagne au mois de mai 813, avec ceux de Mayence sur les écoles, de Chalon supprimant les pénitentiels, de Reims et d’Arles. Il est important à un double titre, à la fois sur le plan religieux et sur le plan linguistique.

Le concile de Tours marque une étape importante, un moment fondamental dans la christianisation de l'Occident. Dans le canon 17, les évêques rassemblés par Charlemagne établissent que, dans les territoires correspondant à la France et l'Allemagne actuelles, les homélies ne seront plus prononcées en latin mais en « rusticam Romanam linguam aut Theodiscam, quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur «, c’est-à-dire dans la « langue rustique romaine « (« langue romane de la campagne  «, forme de proto-roman ou dans la « langue tudesque « (germanique), afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit.

C'est l'une des plus anciennes preuves qu'à cette époque le latin n'était plus parlé ni compris par le peuple.

 

827 Début de la conquête de la Sicile par les Aghlabides : C'est en 827 que les Aghlabides entreprennent une série d'expéditions pour conquérir la Sicile. La première ne compte que 700 cavaliers. Toutefois, après les premiers succès et au vu de la richesse de l'île, les effectifs arabes grossissent rapidement. C'est pour la dynastie une excellente raison pour se débarrasser de la milice turque, fauteuse de troubles, en envoyant ses membres faire le jihad. Pourtant, la conquête de la Sicile s'avère longue et difficile, Palerme est prise en 831, elle s'étend sur 65 ans à la suite de la résistance acharnée opposée par les garnisons chrétiennes et les rivalités qui dressent les chefs arabes les uns contre les autres. Syracuse tombe entre leurs mains en 871 et connaît une brillante civilisation. Dynastie d’émirs d’arabes.

 

830 env. Invention de l’algèbre, résolution d’équations du 1er et 2nd degré, usage des chiffres arabes. Le mathématicien arabe Al-Kharezmi donne son nom à l’algorithme : Suite finie et non-ambiguë d’instructions permettant de donner la réponse à un problème.

 

832 Bagdad, le calif Al-Manun crée la Maison de la Sagesse dont l’objectif est la traduction systématique de tout ce qui est écrit en grec : Les Maisons de la sagesse (en arabe : bayt al-ḥikma, بيت الحكمة, transcrit aussi par Dâr al-Hikma ou Beit Al-Hikma) sont apparues au début du ixe siècle dans le monde arabo-musulman. Bien que l'on ait encore du mal à cerner ces institutions1, elles étaient en tout cas une association de magasins de bibliothèques, de centre de traductions et de lieu de réunions, vraisemblablement en vue de traduire les ouvrages en persan de cosmologie, d'astrologie, de poésie et d'histoire. Le rôle originaire de la "maison de la sagesse" a été voulu par Al-Mansûr et les premiers califes abbassides, comme un lieu de traduction des ouvrages perses en arabe, en vue de légitimer le califat abbasside comme successeur des Sassanide.

 

842 Serment de Strasbourg : le plus ancien témoignage écrit en français et en allemand : Les serments de Strasbourg (Sacramenta Argentariae), datant du 14 février 842, signent l'alliance militaire entre deux des petits-fils de Charlemagne, Charles le Chauve et Louis le Germanique, contre les ambitions impériales de Lothaire Ier, fils aîné de Louis le Pieux et, à ce titre, prétendant unique au trône de Charlemagne. Ils aboutissent au traité de Verdun en 843 qui met fin aux hostilités entre les trois frères et dessine la carte de l'Europe pour les siècles suivants.

 

Xe siècle Dans des communautés monastiques, illustration de messe de Noël et de Pâques par des acteurs : naissance du théâtre religieux médiéval.

 

900 env. Al- Razi, médecin iranien décrit la variole dans son encyclopédie médicale en 20 volumes ; al –Battani introduit la trigonométrie dans l’astronomie arabe et détermine la longueur de l’année tropique et la précession des équinoxes : al-Battani (env. 855-923) était un astronome et mathématicien arabe (on écrit aussi Al Batani, et en latin : Albategnius, Albategni, Albatenius ; nom complet : Abū ʿAbdullāh Muḥammad ibn Jābir ibn Sinān ar-Raqqī al-Ḥarrani aṣ-Ṣabiʾ al-Battānī), né à Harran près d'Urfa en Turquie. Son épithète as-Sabi suggère que ses ancêtres étaient membres de la secte des Sabéens qui adoraient les étoiles, mais son nom complet affirme qu'il était musulman. On le désigne parfois comme le « Ptolémée des Arabes «.

 

929-1031 Califat de Cordoue : Le califat de Cordoue fut le califat occidental dans lequel régna la branche des Omeyyades dite des Omeyyades de Cordoue, concurrent des Abbassides dans la civilisation islamique alors à son apogée. Son extension maximale atteint plus de 80 % de la péninsule Ibérique, et fait suite aux invasions musulmanes en Europe occidentale. Subdivision d’une autorité politique. Espagne . Sous le pouvoir musulman – liberté de croyance.

 

 

935 Fin de la rédaction du Coran : Le Coran est le livre sacré de l'islam. Sa tradition le présente comme le premier ouvrage rédigé en langue arabe claire, affirmation à la base de la notion d'« inimitabilité « du Coran.

Le Coran regrouperait les paroles que Dieu aurait révélées au prophète et messager de l'islam Mahomet) par l'archange .

 

965-970 en. Introduction des chiffres arabes en Occident par le pape Sylvestre II 

 

973 Le caire :fondation de l’université Al-Azhar : La mosquée Al-Azhar, fondée en 970, est une des plus anciennes mosquées du Caire et le siège de l'université Al-Azhar, la plus ancienne université encore active au monde après Quaraouiyine.

 

986 Erik le rouge fonde une colonie Viking au Groenland : Le chef viking Erik le Rouge, banni d'Islande durant 3 ans suite à un meurtre, s'installe avec sa famille au Groenland en 982 : l'existence de l'île lui avait été indiquée par un marin qui s'était égaré à l'ouest en voulant rejoindre l'Islande.

Il donne ainsi naissance à "Brattahlid" (pente raide), petit village au sud de l'île. Les restes de l'église et quelques tombes ont été mises au jour par des archéologues, ce qui atteste la présence viking. Ses contemporains le surnomment « Le Rouge « en raison de la couleur rousse de ses cheveux et de sa barbe2. Il est resté dans l'histoire pour avoir fondé la première colonie européenne au Groenland, qui fut narré plus tard dans la Saga d'Erik le Rouge. Son fils, Leif Ericson découvrit et installa une colonie sur les terres encore plus à l'ouest du Vinland, que l'on pense être située sur l'actuelle Terre-Neuve.

 

987 Fondation de la dynastie capétienne (France). L’ordre de succession à la couronne de France se fixe selon la masculinité et l’aînesse : les Capétiens (appelés officiellement maison de France) sont une famille d'origine franque qui a régné notamment en France de 987 à 1848 avec une interruption lors de la Révolution française et du Premier Empire. Elle est constituée de tous les descendants par les mâles du roi Hugues Capet. Les Capétiens forment la troisième dynastie de la monarchie française, après les Mérovingiens et les Carolingiens. Trois branches de la dynastie capétienne ont accédé au trône en France mais aussi dans d'autres pays d'Europe : les Capétiens directs, les Valois, les Bourbons.

 

990 en. Expansion de l’empire Inca : L’empire inca (Tahuantinsuyu ou Tahuantinsuyo en quechua1) fut, du xve au xvie siècle, le plus vaste empire de l'Amérique précolombienne. Son territoire s'est en effet étendu, à son extension maximale, sur près de 4 000 km de long, depuis l'actuelle Colombie, au nord, jusqu'à l'actuel Chili, au sud2.

C'est dans cet empire, dirigé par un Inca principal (Sapa Inca) issu de la caste des Incas, que la civilisation inca s'est développée jusqu'à l'arrivée des conquistadors espagnols menés par Francisco Pizarro en 1532. Système de messagers système de « coureurs à relais «. Civilisation très structuré sud amérique machu pichu.

 

XI e s. Chine : 1e mention de l’aiguille aimantée : Ce passage de Louen-heng est le premier texte chinois mentionnant l'attraction d'une aiguille par un « aimant «.

 

1014 Chine : inoculation bégnine de la variole à titre prophylactique

 

1020 Canon de la médecine de l’Iranien Ibn Sina (Avicennes) , traduit en latin il fera autorité jusqu’au XVIIe siècle : était un philosophe, un écrivain, un médecin et un scientifique iranien. Il s'intéressa à de nombreuses sciences, notamment l'astronomie, l'alchimie, la chimie et la psychologie. Il naquit le 7 août 980 à Afshéna, près de Boukhara, faisant partie de la province de Khorasan, en Perse, actuellement en Ouzbékistan, et mourut à Hamadan, en Iran, en juin 10371 .

Ses disciples l'appelaient Cheikh el-Raïs, prince des savants, le plus grand des médecins, le Maître par excellence, le troisième Maître (après Aristote et Al-Farabi). Le Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (« livre des lois médicales «), composé de 5 livres, est l'œuvre médicale majeure d'Avicenne.

 

1040 Chine : invention des caractères typographiques mobiles

 

1060-1091 Conquête de la Sicile par les Normands : La conquête normande de l'Italie du Sud se fit progressivement au xie siècle et, pour ce qui est de la prise de Naples, au xiie siècle. Elle fut l'œuvre d'aventuriers et mercenaires normands initialement au service de princes Lombards et Byzantins, qui obtinrent au fil des batailles divers territoires et fiefs pour leur propre compte, et acquirent leur autonomie et indépendance politique dans les cinquante années qui suivirent leur arrivée.

C'est seulement dans un second temps qu'ils se constituèrent en une entité unique, le royaume de Sicile, qui comprenait non seulement l'île du même nom, mais aussi tout le tiers sud de la péninsule italienne (sauf le Bénévent, qui ne fut tenu que momentanément à deux reprises) ainsi que l'archipel de Malte et des territoires en Afrique du Nord. Cette conquête n'avait pas été planifiée ni organisée, au contraire de celle de l'Angleterre, et se fit sur une période beaucoup plus longue, mais elle n'en devint pas moins durable et les îles reprises aux Sarrasins ne retombèrent plus entre leurs mains.

 

1065-1100 env. rédaction de la Chanson de Roland, 1er texte littéraire français : La Chanson de Roland1 est un poème épique et une chanson de geste de la fin du xie siècle attribué sans certitude à Turold (la dernière ligne du manuscrit dit: Ci falt la geste que Turoldus declinet). Neuf manuscrits du texte nous sont parvenus, dont un (manuscrit d'Oxford) est en anglo-normand. Ce dernier, redécouvert par l'abbé de La Rue en 1834, est considéré par les historiens comme étant l'original2. C'est donc lui que l'on désigne quand on parle sans autre précision de la Chanson de Roland. L'auteur de cette chanson de geste est aujourd'hui encore inconnu. La Chanson de Roland comporte environ 4 000 vers (dans sa version la plus ancienne ; elle en compte 9 000 pour un manuscrit de la fin du xiiie siècle3) en ancien français répartis en laisses assonancées, transmises et diffusées en chant par les troubadours et jongleurs. Elle relate, trois siècles après, le combat fatal du chevalier Roland (ou Hroudland), marquis des marches de Bretagne et de ses fidèles preux contre une puissante armée maure à la bataille de Roncevaux puis la vengeance de Charlemagne.

 

1066 Bataille de Hastings : le Normand Guillaume le conquérant devient roi d’Angleterre : La Bataille d'Hastings (parfois appelée Bataille de Senlac) est une bataille qui eut lieu le 14 octobre 1066 à huit kilomètres au nord d'Hastings, dans la localité de Battle, dans le comté du Sussex de l'Est, dans le sud de l'Angleterre, qui opposa le dernier roi anglo-saxon du pays, Harold Godwinson, au duc de Normandie, Guillaume le Conquérant, et qui consacra le début de la conquête de l'Angleterre par ce dernier.

 

Après 1070 Le mathématicien persan Khayyam perfectionne l’algèbre et réforme le calendrier persan. Il écrit aussi des poèmes : Ses poèmes sont appelés « rubaiyat « (persan: رباعى [rabāʿi], pluriel رباعیات [rubāʿiyāt]8), ce qui signifie « quatrains «. Les quatrains de Khayyam, souvent cités en Occident pour leur scepticisme, recèleraient, selon Idries Shah, des "perles mystiques", faisant de Khayyam un soufi. Il aurait prôné l'ivresse de Dieu, et se disait infidèle mais croyant9. Au-delà du premier degré hédoniste, les quatrains auraient donc selon ce commentateur une dimension mystique. Omar Khayyâm est considéré comme « l'un des plus grands mathématiciens du Moyen âge5. « Mais ses travaux algébriques ne furent connus6 en Europe qu'au xixe siècle.

 

1100 env. 1e universités en Europe : Salerne, Bologne, Paris : Des maîtres grammairiens, de logique et de rhétoriques s'intéressent à la compilation à l'étude et à la transmission des connaissances relatives aux connaissances juridiques de l'époque. Ce faisant, ils fondent l'université de Bologne connue sous le nom d'Alma mater studiorum7. En 1150 les étudiants des différentes communautés de tous (universitas) les collèges de la rive gauche de Paris sont regroupés au sein de l'Université de Paris. Ces collèges représentent les différentes facultés qui composent l'université. Les étudiants anglais chassés de Paris en 1166 fondent l'université d'Oxford.

 

1170 env. Ibn Ruchd (Averroès) compose ses commentaires d’Aristote : Est un philosophe, théologien islamique, juriste, mathématicien et médecin musulman andalou du xiie siècle.

Son œuvre est reconnue en Europe occidentale, dont il est, d'après certains, comme le spécialiste Alain de Libera, pour ses commentaires sur Aristote, « un des pères spirituels «1. Certains vont jusqu'à le décrire comme l'un des pères fondateurs de la pensée laïque en Europe de l'Ouest2.

Son ouverture d'esprit et sa modernité déplaisent aux autorités musulmanes de l'époque, qui l'exilent comme hérétique, et ordonnent que ses livres soient brûlés. Il est profondément méconnu de son vivant. Il commente abondamment et brillamment les œuvres d'Aristote : aussi les théologiens latins le nommaient-ils Le Commentateur.

 

1171 Saladin bat les Fatimides et conquiert l’Egypte : Dynastie chiite ismaélienne qui régna en Afrique du Nord-Est (Ifriqiya) puis en Égypte, de 909 à 1171. Nur al-Din entreprit en 1164 la lutte contre les califes fatimides d'Égypte, alliés occasionnels des Francs et qui menaçaient la puissance de son empire et, en tant que chiites, l'orthodoxie islamique.

   Le califat d'Égypte, alors en pleine décadence, était une proie facile pour ses voisins ; aussi le roi de Jérusalem, Amaury Ier (1163-1174), se dirigea-t-il en 1163 vers Le Caire. En 1164, Chirkuh fut envoyé en Égypte par Nur al-Din et prit son neveu Saladin comme lieutenant. La guerre se circonscrit rapidement en un duel entre chrétiens et musulmans au cours des campagnes de 1164, de 1167, de 1168 et de 1169.

   Les Francs, d'abord victorieux (prise du Caire par Amaury Ier en 1167), subirent ensuite de lourdes pertes, et, en mars 1169, à la mort de Chirkuh, Saladin succéda à ce dernier au poste de vizir, avec le titre de « al-Malik al-Nasir «. Cette fonction, qui le rendait pratiquement maître de l'Égypte, allait lui permettre de réaliser son premier grand dessein. Il sut ménager si habilement le calife hérétique d'Égypte al-Adid (1160-1171) qu'à la mort de celui-ci il réussit à se faire proclamer lui-même calife de tout le pays (septembre 1171). L'islam était désormais uni contre la chrétienté.

 

1184 Excommunication des vaudois qui prônent le retour à la pauvreté évangélique : Censure ecclésiastique par laquelle quelqu'un est exclu de la communauté des fidèles [Religion]. Synonyme bannissement

Sens 2 Exclusion d'un groupe

 

1194-1250 Frédéric II de Hohenstaffen (roi de Sicile) : Frédéric II de Hohenstaufen1 (né le 26 décembre 1194 à Jesi près d'Ancône - mort le 13 décembre 1250 à Fiorentino près de San Severo) régna sur le Saint-Empire romain germanique de 1220 à 1250. Il fut : roi des Romains, roi de Germanie, roi d'Italie, roi de Sicile et roi de Jérusalem.

Il connut des conflits permanents avec la papauté et se vit excommunié par deux fois. Le pape Grégoire IX l'appelait « l'Antéchrist «.

Il parlait au moins six langues : le latin, le grec, le sicilien, l'arabe, le normand, l'allemand2, et probablement l'hébreu. Il accueillait des savants du monde entier à sa cour, portait un grand intérêt aux mathématiques et aux beaux-arts, se livrait à des expériences scientifiques (parfois sur des êtres vivants), édifiait des châteaux dont il traçait parfois les plans. De par ses bonnes relations avec le monde musulman, il mena à bien la sixième croisade – la seule croisade pacifique – et fut le second à reconquérir les lieux saints de la chrétienté, après Godefroy de Bouillon.

Dernier empereur de la dynastie des Hohenstaufen, il devint une légende. De ses contemporains, il reçut les surnoms de Stupor Mundi (la « Stupeur du monde «) et de « prodigieux transformateur des choses «3, au point qu'on attendit son retour après sa mort.

 

 

1204 La 4ème croisade détournée de son but aboutit à la prise de Constantinople : La quatrième croisade est une campagne militaire qui fut lancée de Venise en 1202. Elle avait été levée à l'origine en vue de reconquérir les lieux saints, mais la croisade fut détournée par les Vénitiens et aboutit à la prise de Constantinople par les croisés et à la fondation de l'Empire latin d'Orient en 1204.

 

1226-1229 Croisade contre les Albigeois : La croisade des Albigeois (ou croisade contre les Albigeois) est une croisade proclamée par l'Église catholique contre l'hérésie, principalement le catharisme et dans une faible mesure le valdéisme. Dès le xiie siècle, les textes de l'époque parlent d'hérésie albigeoise sans que cette région soit plus cathare que ses voisines.

 

1229 Traité de Jaffa : Jérusalem est laissée aux chrétiens : Le 11 février 1229, un traité entre l'Empereur Frédéric II et le sultan Al-'Kāmil est signé dans la ville de Jaffa. Ce traité reprend les termes d'un autre traité, proposé par le même sultan lors des négociations qui ont eu lieu pendant la 5e croisade, mais qui n'a pas été accepté du côté occidental.

Selon ce traité, Frédéric récupère Jérusalem et les villages situés sur la route entre celle-ci et Jaffa, de même que Nazareth et Bethléem. La condition est qu'il ne prenne pas possession des lieux saints de l'islam. Les fortifications de la ville ne peuvent pas non plus être relevées et enfin, la dernière condition est celle qu'une trêve de dix ans  soit conclue.

 

1231 Fondation de l’Inquisition par le pape Grégoire IX ; 1ère mention de la grenade en Chine : L'Inquisition naît de la volonté de combattre les hérésies populaires qui se multiplient en Europe occidentale à partir du milieu du XIIe s., particulièrement le catharisme. Tandis que princes et peuples réagissent par des massacres, conciles (depuis 1162) et papes se préoccupent d'organiser la lutte. Innocent III, qui cautionne la croisade, ou guerre, des albigeois (1209-1229), lui donne son efficacité par l'introduction de la procédure inquisitoriale (bulle Vergentis in senium, 1199, qui compare l'hérésie au crime de lèse-majesté).

D'abord confiée aux tribunaux ordinaires l'Inquisition devient, en 1231, par la volonté du pape, la spécialité des dominicains, auxquels Alexandre IV, en 1260, accorde une indépendance quasi totale en matière de répression des hérésies. Procédant généralement par tournées, le tribunal inquisitorial se livre, après une prédication publique, à un interrogatoire systématique de la population : la délation est encouragée, tandis que les suspects sont privés de l'aide d'un avocat et que la torture est fréquemment employée. Les sentences proclamées vont de la peine de mort, dont l'application est confiée au bras séculier, à la confiscation des biens, en passant par la prison perpétuelle ou temporaire. Après avoir étendu son action sur l'ensemble de la chrétienté romaine, l'Inquisition s'éteint peu à peu à partir du XVe s., sauf en Espagne, où les Rois Catholiques en font un élément essentiel de leur politique d'unification, et à Rome, où elle est canalisée par la congrégation de la Suprême et Universelle Inquisition, plus connue sous le nom de Saint-Office.

 

1238 Frédéric II autorise la dissection de cadavres à l’école de Salerne 

 

1244 Les Turcs conquièrent Jérusalem 

 

1257 Fondation de la Sorbonne à Paris : À ses origines, la Sorbonne est un collège pour étudiants en théologie fondé en 1253 au sein de l'Université de Paris par Robert de Sorbon, chapelain et confesseur du roi saint Louis, ainsi nommé d'après son village de naissance, dans les Ardennes. Comme les autres collèges de l'université, il devait accueillir des pensionnaires pauvres qui y disposaient de bourses, ainsi que des étudiants non pensionnaires. Le collège est ainsi destiné à sa fondation à abriter une vingtaine de personnes.

 

1266 Somme théologique de saint Thomas d’Aquin : Thomas d'Aquin (né en 1224/1225 au château de Roccasecca près d'Aquino en Italie du Sud, mort le 7 mars 1274 à l'abbaye de Fossanova près de Priverno dans le Latium), est un religieux de l'ordre dominicain, célèbre pour son œuvre théologique et philosophique. Considéré comme l'un des principaux maîtres de la philosophie scolastique et de la théologie catholique, il a été canonisé en 1323, puis proclamé docteur de l'Église par Pie V, en 1567 et patron des universités, écoles et académies catholiques, par Léon XIII en 1880. Il est également un des patrons des libraires. Il est aussi qualifié du titre de « Docteur angélique «. Son corps est conservé sous le maître autel de l'église de l'ancien couvent des dominicains de Toulouse.

 

1271 Marco Polo est-il allé en Chine ?: Marco Polo (15 septembre 1254 à Venise, Italie - 8 janvier 1324 à Venise, Italie) était un marchand vénitien qui entra au service de l'empereur mongol. Il est parti avec son père et son oncle, patriciens et commerçants passés au service du Grand Khan mongol. Il atteignit la Chine en 1275 en parcourant la Route de la soie.

Il y séjourna pendant 17 ans (1274-1291) et fut employé par l'empereur mongol Kūbilaï qui acheva la conquête de la Chine. Celui-ci prit un titre dynastique à la manière chinoise (celui des Yuan) en 1271 sans devenir véritablement un empereur chinoisNote 1. Marco Polo fut chargé de diverses missions par Kūbilaï Khan, tant en Chine que dans des pays de l'océan Indien. Étrangement aucune trace de Marco Polo ne put être retrouvée dans les archives impériales, pourtant très précises...

 

1282 Vêpres siciliennes : massacre des Français de Sicile et rattachement de l’ile à Pierre III d’Aragon : Les « Vêpres siciliennes « désignent un soulèvement et une révolte populaire de l'île de Sicile contre la domination féodale du roi français Charles d'Anjou, survenu à Palerme et Corleone, le 31 mars 1282, mardi de Pâques. À la suite de ce soulèvement et du massacre des Français, les Siciliens se libèrent du joug angevin en passant sous la protection du roi d'Aragon Pierre III1. L'événement est donc à la fois un moment clef de l'histoire nationale sicilienne et un tournant géopolitique.

 

1285 1er utilisation de lunettes correctrices en Italie : C'est au xiiie siècle à Florence que le physicien Salvino degli Armati met au point une paire de verres dont l'épaisseur et la courbure permettent de grossir les objets et les textes. La lunetterie et l'ophtalmologie se développent, les verres concaves apparaissent pour les myopes au xve siècle. Les branches ne seront ajoutées qu'en 1746. Les lunettes de vue sont nées.

 

1291 Uri, Schwytz et Unterwald fonde la Confédération Suisse : La date de 1291 est choisie à la fin du xixe siècle comme date de naissance de la Suisse, car c'est celle du pacte fédéral, le plus vieux document écrit connu parlant du renouvellement d'une précédente alliance entre des cantons suisses : Uri, Schwytz, qui donnera son nom au pays, et Nidwald13,14 (vallée inférieure d'Unterwald). Ces cantons confirment en 1315 leur alliance par le pacte de Brunnen, conclu après la bataille de Morgarten qu'ils remportent contre l'armée du Saint-Empire romain germanique.

 

1300 env. L’usage de la brouette se répand en Europe

 

1306 Dante débute la rédaction de la Divine Comédie : est un poème de Dante Alighieri écrit en tercets enchaînés d'hendécasyllabes en langue vulgaire florentine. Composée, selon la critique, entre 1307 et 13211, la Commedia est l'œuvre de Dante la plus célèbre et l'un des plus importants témoignages de la civilisation médiévale. Connue et étudiée dans le monde entier, elle est tenue pour l'un des chefs-d'œuvre de la littérature mondiale de tous les temps.

 

1307-1314 Procès des Templiers : Le procès de l'ordre du Temple est une affaire judiciaire internationale du xive siècle. L'ordre du Temple fut accusé en 1307 par la royauté française de divers chefs d'accusation : hérésie, simonie, sodomie, idolâtrie, entre autres. Cette affaire a pris une ampleur particulière car elle mettait en cause un ordre militaire composé de religieux, et également parce qu'elle est une des conséquences de la lutte entre le roi de France Philippe IV Le Bel et le pape Clément V. L'affaire débute au matin du 13 octobre 1307, et se termine vraiment en 1317, lorsque le pape Jean XXII attribua à divers autres ordres de chevalerie les derniers biens du Temple.

 

1314 1e utilisation de la poudre à canon en Europe (flandre)

1315 Uri, Schwytz et Unterwald se libèrent des Habsourg : La maison de Habsbourg ou maison d'Autriche est une importante famille royale d'Europe connue pour avoir fourni tous les empereurs du Saint-Empire romain germanique entre 1452 et 1740, ainsi que les dirigeants de l'Espagne et de l'Empire autrichien. La dynastie a pris le nom de « Habsbourg-Lorraine « en 1780.

 

1346 1ers canons en Europe à la bataille de Crécy : La bataille de Crécy oppose à partir du milieu de l'après-midi du 26 août jusqu'à l'après-midi du 27 août 1346 l'armée du royaume de France à une armée venue d'Angleterre pour saccager et piller les terres proches des rivages de la Manche.

 

1346-1353 La peste noire déferle en Europe et tue le 1/3 de la population

 

1354 Les Ottomans conquièrent Gallipoli, prenant pied en Europe : La péninsule de Gallipoli, aussi connue sous son nom antique de Chersonèse de Thrace, est une péninsule située en Turquie.

 

1378-1417 Grand schisme d’Occident : On appelle grand schisme d’Occident (ou Grand Schisme) la crise pontificale qui touche le catholicisme au tournant des xive et xve siècles (1378 - 1417), divisant pendant quarante ans la chrétienté catholique en deux obédiences.

 

1378 Apparition de la fusée à Poudre en Occident

 

1440 env. Invention de l’imprimerie par Gutenberg : tait un imprimeur allemand dont l'invention des caractères métalliques mobiles a été déterminante dans la diffusion des textes et du savoir.

 

1453 Les Turcs prennent Constantinople. Fin de l’Empire Byzantin. La ville prend le nom d’Istanbul et devient capitale de l’empire Ottoman

 

1458 Invention du ressort moteur permettant l’apparition des premières l’apparition des premières montres.

 

1487 Bartolomeu Diaz double le Cap de Bonne Espérance : est un explorateur portugais.

 

1492 Découverte de l’Amérique par Colomb

 

1453/1492 FIN DU MOYEN AGE/ DEBUT DES TEMPS MODERNES

Liens utiles