Devoir de Philosophie

Fiche de lecture : SAISON EN ENFER (Une) d'Arthur Rimbaud

Extrait du document

lecture

SAISON EN ENFER (Une)

 

Arthur Rimbaud. Poèmes, 1873.

 

Testament spirituel du poète, Une saison en enfer se présente comme le récit, entremêlé de vers, d’une aventure dont le sens est poursuivi sans relâche. La poésie est une malédiction, et la vie du poète, une damnation, dont il recherche d’abord l’origine dans la race («Mauvais Sang) et dans la fatalité sociale. «Nuit de l’enfer» et «Vierge folle» disent l’échec de toute tentative pour échapper à cette damnation, échec du «nouvel amour», échec du rêve de la voyance, dont «Alchimie du verbe» relate toutes les illusions. Ce retour sur les expériences d’introspection créatrice qui produisirent les Illuminations («Je devins un opéra fabuleux») sonne comme l’annonce du renoncement : « Cela s’est passé. Je sais aujourd’hui saluer la beauté. » Après la révélation de l’Éden entrevu, dans une «minute d’éveil», «L’Éclair» et «Matin» proclament une sagesse nouvelle, fondée sur la science et le «travail humain». L’œuvre se termine sur un «Adieu» qui est l’annonce d’un nouveau départ: «À l’aurore, armés d’une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes. »

« fondée sur la science et le • travail humain•. L'œuvre se termine sur un ·Adieu• qui est l'annonce d'un nou­ veau départ: •À l'aurore, annés d'une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes. • • C'est après le séjour londonien avec Verlaine et le drame de Bruxelles qui le suivit, en 1873. que Rimbaud U854-t89ll composa ce texte inclassable, dans lequel on peut voir la • clef • de son œuvre. la synthèse de son expérience poétique et une nouvelle façon d'appré­ hender la poésie. qui devient acte. Cette œuvre, de fonne narT&tive, semble à pre­ mière vue d'accès plus facile que celui des Poésies• ou des /Uuminations: mais la signification exacte des différentes phases relatées, et leur lien avec ce que l'on salt des événements extérieurs de la vie du poète, ou avec sa production poé­ tique. n'en deme urent pas moins pleins d'obscurités et de mystère. • Cela n'enlève rien à la puissance fon­ datrice d'un langage d'une vigueur et d'un rythme inouYs: martèlement des aphorismes triomphants !·D faut être absolument moderne •), scansion des élans lyriques vite refoulés, fulguration des éblouissements et des échappées vertigineuses. tout concourt à faire de cette œuvre le lieu où s'élabore une prose poétique résolument nouvelle. �. Rimb&ud, Une Bci$on en enfer. éd. Pierre Bnmel. José Cortl. 1987. Gallimard. •Poésie•. �973. E'I'UilU• Yves Bonnefoy. IUmbclud par lui-nw!me. Le Seuil, 1961. Uonel Ray, IUmbclud. Seghers. 1976. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles