Devoir de Philosophie

HISTOIRE VÉRITABLE de Montesquieu (résumé et analyse)

Extrait du document

histoire

HISTOIRE VÉRITABLE. Conte philosophique de Charles de Secondât, baron de La Brède et de Montesquieu (1689-1755), qui ne vit le jour qu’en 1892, dans le second volume des Mélanges inédits. Cette œuvre fut ensuite éditée par Bordes de Fortage en 1902. Selon le dernier éditeur de Montesquieu (Œuvres, dans la Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1951), le second texte de 1902 serait antérieur à celui qui parut dans les Mélanges inédits et ne contiendrait pas les corrections que Montesquieu apporta à YHistoire véritable sur les conseils d’un de ses amis, Jean-Jacques Bel ; toutefois ce texte, lui-même, est incomplet et Montesquieu en avait commencé une nouvelle rédaction qu’il n’acheva pas. Aussi, les derniers éditeurs donnent-ils le début remanié par l’auteur, qu’ils font suivre du texte qui n’a pas été corrigé. L \"Histoire véritable était précédée d’une p ésentation que Montesquieu attribue au libraire qui devait publier l’œuvre. Il y est conseillé au public d’acheter le livre comme un roman, « s’il ne juge pas opportun de l’acheter comme une histoire ». C'est le récit, à la première personne, que fait un pauvre barbier de Tarente à un certain Ayesda, des avatars par lesquels il est passé au cours de ses existences antérieures. Lors de sa première incarnation, il était valet d’un vieux gymnosophiste, aux Indes, quatre mille ans plutôt. Ce gymnosophiste, depuis cinquante ans, s’efforcait de se procurer une transformation heureuse en s’imposant de dures pénitences et cherchait à se réduire à l’état de squelette en ce monde, pour ne pas être transformé dans l’autre en quelque vil animal. Son patron, s’étant immolé sur un bûcher, le valet prend le large pour ne pas en être réduit à partager le même sacrifice. Il se met au service de divers personnages pour subsister.

Liens utiles