Devoir de Philosophie

John Roger Searle: INTENTIONALITÉ (L’) - étude de l'œuvre

Extrait du document

Si l’Intentionalité de l’état mental est intrinsèque, alors que celle de l’énonciation est dérivée, quelles sont les conditions de possibilité de cette dérivation ? L’hypothèse fondamentale de Searle est que la philosophie du langage est une branche de la philosophie de l’esprit. «La capacité

 

qu’ont les actes de langage de représenter des objets et des états de choses du monde est une extension des capacités biologique-ment plus fondamentales qu’a l’esprit (ou le cerveau) de mettre l’organisme en rapport avec le monde au moyen d’états mentaux tels que la croyance ou le désir, et en particulier au travers de l’action et de la perception.» Aussi doit-on rendre compte, si l’on veut fournir une explication complète de la parole et du langage, de la manière dont l’esprit-cerveau met l’organisme en rapport avec la réalité.

 

L’auteur analyse ici l’Intentionalité des états mentaux (chap. 1), l’Intentionalité de la perception (chap. 2), l’Intentionalité de l’action (chap. 3), la causalité Intentionnelle, nécessaire pour comprendre perception et action (chap. 4). Le chapitre 5 établit que l’Intentionalité, sous toutes ses formes, ne fonctionne que sur fond d’un arrière-plan (back-ground) de capacités mentales non représentatives. Le chapitre 6 touche au but initial: expliquer les rapports entre formes mentales et formes linguistiques de l’Inten-

Liens utiles