Devoir de Philosophie

VIPÈRE AU POING. Roman d'Hervé Bazin (résumé & analyse)

Publié le 07/11/2018

Extrait du document

Avec ce premier roman qui l'a rendu immédiatement célèbre, Hervé Bazin s'est défendu d'avoir écrit une autobiographie, et a refusé toute assimilation avec Brasse-Bouillon, son héros. Pourtant, il souligne lui-même les ressemblances qui existent entre sa famille et celle de Vipère au poing, aux traits à peine forcés. Si sa mère n'était pas, à l'instar de Folcoche, une tortionnaire, son irruption tardive dans la vie du jeune Hervé Bazin a néanmoins été l'origine d'une blessure profonde. Aussi l'essentiel, avec ce livre, était-il ia libération par une << jeune écriture » d'une << jeune rancune >> : si l'épisode d'un humour corrosif qui ouvre le roman est fictif, qui voit Brasse-Bouillon, âgé de quatre ans, rapporter triomphalement chez lui une vipère qu'il a lui-même étranglée, et dont le regard lui sera ensuite rappelé par celui de sa mère, tout le livre est écrit, selon l'expression du héros, par << celui qui marche, une vipère au poing >>. 

VIPÈRE AU POING. Roman d'Hervé Bazin, pseudonyme de Jean-Pierre Hervé-Bazin (1911-1996), publié à Paris chez Grasset en 1948.

 

Jean, dit Brasse Bouillon, est élevé par sa grand mère dans la maison familiale près d'Angers. en compagnie de son frère aîné. Frédie, et de quelques domestiques fidèles. Lorsqu'il a huit ans, sa grand mère meurt. Ses parents. qui vivaient jusqu'alors en Chine. reviennent s'installer en France, accompagnés d'un petit frère. Aus sitôt, la mère de Brasse-Bouillon impose un régime presque pénitentiaire à ses enfants. Malgré les protestations de la gouvernante, vite chassée, du père, trop faible pour imposer son autorité, des précepteurs ecclésiastiques, souvent remplacés, elle les prive systématiquement de toute joie et de tout confort. Brasse-Bouillon et Frédie la surnomment Folcoche, amalgame de « folle » et de « cochonne », et font tout pour se venger de ses vexations. Elle subit une grave opération : ses enfants goûtent les délices de la liberté retrouvée, et souhaitent sa mort. Lors qu'elle revient, son empire est menacé. La révolte de ses fils, de Brasse Bouillon surtout, est désormais ouverte. Ils vont jusqu'à tenter de la noyer, après qu'elle les a obligés à manger d'un plat avarié. Cet épisode provoque une fugue de Brasse Bouillon. Lorsqu'il revient, il s'aperçoit que Folcoche médite de le faire accuser de vol. Il uti lise sa découverte pour faire chanter sa mère, et obtient ainsi qu'elle envoie enfin les trois enfants au collège.

« 1er en France, accom pagnés d'un petit frère.

Aus sitôt, la mèr e de Brasse-Bo uillon impose un ré gime presq ue péniten tiair e à ses enfants.

Malgré les protestations de la gouvernante, vite ch assée, du père, trop faible pour imposer son autorité, des précepteurs ecclésia stique s, souvent re mpla cés, elle les prive systéma tiquement de toute joie et de tout confort.

Brasse-B ouillon et Fr édie la surno mment Folcoche, amalgame de « fo lle » et de « cochonne », et font tout pour se venger de ses vexa tions.

Elle subit une grave opér ation : ses enfants goûtent les délices de la li berté retrouvée, et sou haitent sa mort.

Lors qu'elle revient, son empire est mena cé.

La révolte de ses fils, de Brasse B ouillon surtout, est désormais ouverte.

Ils vont jusqu'à tenter de la noyer, après qu'elle les a obl igés à manger d'un pla t avarié.

Cet épisode provoq ue une fugue de Brasse B ouillon.

Lorsqu'il revient, il s'aperçoit que Folcoche médite de le faire accuser de vol.

Il uti lise sa décou verte pour faire chanter sa mèr e, et obtien t ainsi qu'elle envoie enfin les trois enfants au collè ge.

Avec ce premier roman qui l'a rendu imméd iatement célèbre, Hervé Bazin s'est défendu d'avoir écrit une autobio­ g raphie, et a refusé toute assimilation avec Brasse-B ouillon, son héros.

Pour­ tant, il souligne lui-même les ressem­ blances qui existent entre sa famille et celle de Vipère au poin g, aux traits à peine forcés.

Si sa mère n'était pas, à l 'instar de Folcoche, une tortionnaire, son irruption tardive dans la vie du je une Hervé Bazin a néanmoins été l' origine d'une blessure profonde.

Au ssi l'essentiel, avec ce livre, était-il ia libération par une >, un archange fort et désespéré.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles