Devoir de Philosophie

ALAIN - EXPLICATION DE TEXTE: Qu'est-ce qu'un inconscient ?

Extrait du document

alain

Expliquer le texte suivant :

Qu'est-ce qu'un inconscient ? C'est un homme qui ne se pose pas de question. Celui qui agit avec vitesse et sûreté ne se pose pas de question ; il n'en a pas le temps. Celui qui suit son désir ou son impulsion sans s'examiner soi-même n'a point non plus occasion de parler, comme Ulysse, à son propre coeur, ni de dire Moi, ni de penser Moi. En sorte que, faute d'examen moral, il manque aussi de cet examen contemplatif qui Fait qu'on dit : « je sais ce que je sais ; je sais ce que je désire ; je sais ce que je veux. « Pour prendre conscience, il faut se diviser soi-même. Ce que les passionnés, dans le paroxysme, ne font jamais ; ils sont tour entiers à ce qu'ils font ou à ce qu'ils disent ; et par là ils ne sont point du tout pour eux-mêmes. Cet état est rare. Autant qu'il reste de bon sens en un homme, il reste des éclairs de penser à ce qu'il dit ou à ce qu'il fait ; c'est se méfier de soi c'est guetter de soi l'erreur ou la faute. Peser, penser, c'est le même mot ; ne le Ferait-on qu'un petit moment, c'est cette chaîne de points clairs qui fait encore le souvenir. Qui s'emporte sans scrupule aucun, sans hésitation aucune, sans jugement aucun ne sait plus ce qu'il fait, et ne saura jamais ce qu'il a fait.

ALAIN

La connaissance de la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, pu la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

À l'inverse, celui chez lequel l'emportement domine se trouve privé de scru­pule, d'hésitation, de jugement. L'« emportement est passionnel, mais le mot dit aussi la hâte, l'urgence, la sortie hors de soi : d'où l'incapacité de juger qu'il produit, puisque juger implique le recul, la suspension de l'action, le refus de l'urgence. S'emporter (se laisser emporter), c'est renoncer au bon sens et donc à soi-même : on ne sait plus ce qu'on fait. On ne saura pas davantage ce que l'on a fait : la conscience empêchée devient incapable d'assurer aussi bien la responsabilité des actes passés que, plus radicalement, la continuité du sujet lui-même.

[Conclusion]

 

Haut-il, là où Alain dénonce les effets dramatiquement négatifs du paroxysme passionnel, deviner qu'il vise en fait les pulsions de l'inconscient freudien ? La résistance à la psychanalyse dont a fait preuve le philosophe français y invite, et l'on devine que cette résistance est provoquée avant tout par la crainte de voir s'effondrer les barrières morales à ses yeux, un sujet privé d'une complète lucidité sur ses agissements devient irresponsable ; au sens strict, ce ne serait même plus un sujet. Qu'attendre d'un tel individu ? et comment le distinguer, par exemple, d'un singe ?

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles