Devoir de Philosophie

Bergson: Conscience, mémoire et choix

Voir sur l'admin

Extrait du document

Conscience signifie d'abord mémoire. Une conscience qui ne conserverait rien de son passé, qui s'oublierait sans cesse elle-même, périrait et renaîtrait à chaque instant: comment définir autrement l'inconscience ? Toute conscience est donc mémoire - conservation et accumulation du passé dans le présent. Mais toute conscience est anticipation de l'avenir. Considérez la direction de votre esprit à n'importe quel moment: vous trouverez qu'il s'occupe de ce qui est, mais en vue surtout de ce qui va être. L'avenir est là, il nous appelle, ou plutôt il nous tire à lui; cette traction ininterrompue, qui nous fait avancer sur la route du temps, est cause aussi que nous agissons continuellement. Toute action est empiètement sur l'avenir. Disons donc, si vous voulez, que la conscience est un trait d'union entre ce qui a été et ce qui sera, un pont jeté entre le passé et l'avenir. Mais à quoi sert ce pont, et qu'est-ce que la conscience est appelée à faire ? Si la conscience retient le passé et anticipe l'avenir, c'est précisément, sans doute, parce qu'elle est appelée à effectuer un choix. Qu'arrive-t-il quand une de nos actions cesse d'être spontanée, pour devenir automatique ? La conscience s'en retire. Quels sont, d'autre part, les moments où notre conscience atteint le plus de vivacité ? Ne sont-ce pas les moments de crise intérieure, où nous hésitons entre deux ou plusieurs partis à prendre, où nous sentons que notre avenir sera ce que nous l'aurons fait ? Si conscience signifie mémoire et anticipation, c'est que conscience est synonyme de choix. Bergson

La conscience s'éveille devant l'obstacle, lorsqu'il lui faut choisir. Elle est action et choix.

• « Qu'arrive-t-il [...] diminue et disparaît « : Bergson explique pourquoi les actes accomplis automatiquement sont des actes accomplis inconsciemment (nul besoin de la conscience).
• « Quels sont, d'autre part [...] la conscience en général « : par contre, Bergson souligne l'intensité de la conscience lorsqu'il faut choisir dans un moment difficile. Choisir, c'est agir.
- La première partie du texte pourrait s'intituler : « La conscience endormie «.
- La deuxième partie : « La conscience exacerbée «.

« [impulsion de la sensation, il faut bien qu'un mécanisme déjà emmagasiné et conservé soit mobilisé. Ainsitout présent sensori-moteur d'un être doué de vie et de sensibilité suppose mémoire, donc un certain degréde conscience. En droit, la mémoire est coextensive à la conscience et la conscience à la vie.L'hypothèse leibnizienne d'une conscience instantanée s'avère contradictoire, ce qui démontre que lamémoire est bien l'essence de la conscience. Leibniz, ce penseur de la continuité, voyait dans les simplesvivants - plantes et matières inorganiques - de l'esprit déjà, mais instantané. À propos des plantes, parexemple, il parlait de «conscience sourde» ou de « perception simple» non accompagnée de mémoire. Mais,aux yeux de Bergson, instantanéité et sensibilité ne peuvent aller de pair, puisque la sensation est déjàmémoire. Il faut donc admettre que si la matière inanimée est «un esprit instantané», elle est insensible : unpur présent instantané serait la pure inconscience d'une matière inerte et insensible, et il faudrait alorsrenoncer à parler d'esprit. Une perception instantanée, sans mémoire, est impossible, car percevoir, êtresensible, être conscient, c'est toujours un tant soit peu se souvenir. La conscience ne peut se concevoirsans durée, sans passé survivant dans la mémoire - de manière spirituelle et/ou mécanique - et seconservant en chaque présent, de lui-même. La mémoire n'est donc pas une fonction de la conscience : elleest la conscience elle-même, comme conservation du passé au présent. La conscience est par essencemémoire.Si le passé se conserve ainsi, s'il fait boule de neige avec lui-même, alors la conscience ne vit jamais lesmêmes états : il suffit que du temps ait passé pour qu'elle se transforme qualitativement et progresse, et,par là, s'ouvre à la nouveauté et à l'avenir. La conscience est tension. Et c'est parce qu'elle est rétention dupassé qu'elle est tension vers l'avenir. [2) Parce qu'elle est mémoire, la conscience est perpétuelle anticipation.] Ainsi, c'est «en vue de ce qui va être» que notre esprit s'occupe de ce qui est. Si chacun en revient auxdonnées immédiates de sa conscience et coïncide intuitivement avec le mouvement de sa durée spirituelle,en se faisant contemporain de l'action en train de se faire, il s'aperçoit alors que son courant de conscienceest vectoriellement orienté. Chaque présent ne prend sens qu'en fonction de buts et fins visés. Or, lapréparation de ce qui sera requiert l'utilisation de ce qui a été, car, pour prévoir et agir, il faut se souvenirdes occurrences passées. C'est donc parce que la conscience est perpétuelle rétention du passé qu'elle esttension vers l'avenir, c'est-à-dire progrès - du latin progredior, je m'avance vers, je vais de l'avant. Ainsichaque présent est création d'avenir, préparation de ce qui sera, projection et projet. Ce qui est, c'esttoujours ce qui se fait sur le mode du projet.C'est pourquoi la conscience est attention, c'est-à-dire concentration spirituelle. En effet, seule uneconscience qui retient le passé et anticipe l'avenir est une conscience attentive. Cela apparaît clairementdans l'intention signifiante : lorsque j'écoute ou construis un discours, je ne suis vraiment attentif à chacunde ses mots, à chacune de ses phrases, que dans la mesure où je me souviens de ce qui a déjà étéprononcé et où j'attends une totalité sensée à chaque articulation du discours. «L'attention est uneattente», et il en va de la vie et de l'action comme du discours : chaque présent ne prend sens qu'enfonction de ce que j'attends de sa réalisation. La vie d'un être conscient peut être pensée comme tension etmouvement orienté vers l'avenir.L'avenir anticipé, en effet «nous tire à lui». Sa force de traction est une force d'attraction. C'est parce qu'ilest attrayant, qu'il a pour nous de l'attrait, que l'avenir nous tire, nous fait progresser, aller de l'avant, sanstrêve. La temporalité propre à la conscience a ceci d'original que le sens du présent ne lui vient passeulement du passé, mais aussi et surtout de l'avenir. Ainsi nous sommes sans cesse en mouvement, enprojet, et c'est pourquoi «nous agissons continuellement» : ces projets, ces projections de nous-mêmes,ces buts, nous poussent à entreprendre, à faire pour réaliser. Pour un vivant conscient, exister, c'est agir etainsi, changer, se mûrir, se créer indéfiniment soi-même, en une durée mélodique et continue.Si la conscience se spécifie par son rapport au passé et à l'avenir, si elle est par essence mémoire etanticipation, projet, comment alors penser la nature de son présent, pénétré de passé qui perdure, et tenduvers l'avenir qui l'attire? N'y a-t-il pas à craindre que son présent en soit dévalorisé? [3) Il n'en est rien, car le présent a une épaisseur qui le fait durer :la conscience, synthèsedynamique, est la durée elle-même.] Le rapport de la conscience à un double non-être, passé et avenir, pourrait laisser craindre qu'il n'y ait pourelle ni présent ni plénitude de la présence à l'être. Si, en effet, le propre de la conscience est de retenir cequi n'est plus, de se diriger vers ce qui n'est pas encore, il pourrait sembler que le pur présent, séparé dupassé et de l'avenir, se réduit à un instant infinitésimal aussitôt disparu que paru : aussitôt saisi, il serait«déjà loin de nous», et un tel instant serait au fond privé d'être. Mais ce n'est qu'une apparence créée parl'entendement abstrait et l'intelligence analytique de la science. En physique et en mathématique, on opèresur des discontinuités, on divise, sépare. Il s'agit du temps conçu, qui ignore toute durée, toute continuité :rien d'étonnant, alors, à ce que l'on réduise l'épaisseur du présent vécu à l'instant infinitésimal, qui n'estqu'une représentation intellectuelle. Ce temps conçu est un temps abstrait, irréel, un temps qui ne dure pas: on découpe des instantanés juxtaposés et discontinus du mouvement, qui nient le mouvement lui-même,dans sa continuité indivise, dans sa succession de moments qui s'interpénètrent. On voit alors les choses dudehors, comme dans l'espace. C'est pourquoi, dans ce temps spatialisé, le présent n'est qu'une coupureabstraite. Mais passons de l'apparence à la réalité, du temps conçu à la pure durée vécue, pour comprendrel'épaisseur du présent.En effet, pour saisir ce qu'est réellement le présent de la conscience, il faut abandonner le point de vue »

Le document : " Bergson: Conscience, mémoire et choix " compte 3276 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document 	Bergson: Conscience, mémoire et choix

Liens utiles